"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

20 août 2023 - 12h00 - Maroc - Ecrit par : P. A

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé physique et mentale des consommateurs.

Les jeunes qui consomment la « Lboufa » deviennent très agressifs et incontrôlables. Cette drogue, accessible à un prix abordable (50 dh/1g), est très dangereuse, car elle affecte le système nerveux et peut conduire à la folie. « L’lbouffa est fabriquée à partir de la cocaïne, à laquelle sont ajoutés des composants chimiques dangereux, comme l’ammoniac, qui est composé à son tour d’atomes d’azote et de trois atomes d’hydrogène, formant une substance cristalline utilisée de diverses manières : Elle peut être injectée, fumée ou reniflée », explique à Hespress Rachida Elmokrie Elidrissi, présidente de la coalition nationale de lutte contre les drogues.

La consommation de la « Lboufa » a des effets destructeurs. En plus de la montée d’adrénaline, elle met les consommateurs dans un état de violence excessive et peut entrainer une insomnie de plusieurs nuits, une impuissance sexuelle et même une mort subite, ajoute-t-elle, précisant que cette drogue détruit les neurones. « Quand on consomme cette drogue à un jeune âge, on risque de perdre à vie ses capacités cognitives, comme la capacité de réfléchir et de se remémorer », prévient la spécialiste. Le drame est que les jeunes marocains mélangent cette drogue déjà dangereuse à d’autres stupéfiants comme le « karkoubi » et la « marijuana ».

À lire : Une nouvelle drogue fait des ravages au Maroc

Les jeunes marocains deviennent accros à cette drogue en raison de son effet instantané. « Dès les cinq premières minutes après l’injection, tu te sens maître de ton univers, tu peux tout contrôler. Cependant, une fois où tu deviens addict, c’est terrible. C’est la pire des drogues que j’ai consommées de ma vie », témoigne un ancien drogué qui appelle les ONG à « lutter contre ce fléau dévastateur ». S’il a pu s’en sortir, c’est grâce à sa famille, confie-t-il. La famille a donc « un rôle majeur » à jouer, insiste la présidente de la coalition nationale de lutte contre les drogues. « Elle est la première ligne de défense… Elle doit armer les jeunes et adolescents avec les mécanismes de réticence et de résistance aux comportements addictifs qui perturbent leur vie ».

« Plus le pourcentage de jeunes toxicomanes dans les établissements d’enseignement est élevé, plus le pourcentage de problèmes est élevé. La facture est très chère. C’est pourquoi nous suggérons dans la Coalition nationale qu’il y ait une formation de compétences sociales et psychologiques », recommande la militante qui évoque par ailleurs un autre phénomène inquiétant : des femmes enceintes qui se droguent. « Un fléau on ne peut plus dangereux pour le bébé qui naît avec moult problèmes et pour la maman qui nuit à sa santé psychique et physique. Il faut absolument s’intéresser à ces cas déplorables », alerte-t-elle.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Drogues - Santé - Consommation - Jeunesse

Aller plus loin

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

Tarifa : "Scarface" sur des paquets de cocaïne en direction du Maroc

Les agents de la Garde civile du port de Tarifa ont procédé samedi à la saisie de 90 kilos de cocaïne dissimulés dans une voiture qui s’apprêtait à embarquer sur un ferry à...

Comment Casablanca tente d’éradiquer la cocaïne des pauvres

Casablanca semble réussir à éradiquer “Lboufa”, la « cocaïne des pauvres » qui détruit les jeunes marocains en silence, de son territoire. Comment la ville s’y est-elle prise ?

Rabat : une soirée arrosée finit en drame

Un jeune homme est mort par overdose la semaine dernière à Rabat, après avoir consommé la drogue « L’Bouffa » lors d’une soirée arrosée entre amis.

Ces articles devraient vous intéresser :

Prix du pain au Maroc : pas d’augmentation ... pour l’instant

Pas de hausse immédiate du prix du pain au Maroc, rassure la Fédération nationale des boulangeries et pâtisseries du Maroc. Face aux rumeurs qui circulaient ces dernières semaines, la Fédération a tenu à clarifier sa position dans un communiqué officiel.

Maroc : fin des frais « injustifiés » pour les factures en ligne

Le Conseil de la concurrence a lancé un avertissement : des frais de service ajoutés sur les paiements en ligne dans plusieurs secteurs économiques n’ont pas de justification. Ces coûts supplémentaires, selon le Conseil, freinent la digitalisation de...

Maroc : pas d’augmentation des prix des consultations médicales

Les tarifs des consultations médicales au Maroc n’ont subi aucune augmentation. L’information a été démentie par un syndicat, assurant qu’aucun accord n’a été signé entre les médecins du secteur privé et le gouvernement sur ces prix.

Le Maroc face à la menace de la « Poufa », la cocaïne des démunis

Le Maroc renforce sa lutte contre la « Poufa », une nouvelle drogue bon marché, connue sous le nom de cocaïne des pauvres », qui a non seulement des répercussions sociales, notamment la séparation des familles et une augmentation des suicides et des...

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

Maroc : clap de fin pour Jumia Food

Les Marocains ayant l’habitude de commander via Jumia Food devront dorénavant se diriger vers un concurrent. L’entreprise vient d’annoncer la fin de son service au Maroc.

Maroc : vers une hausse des taxes sur la chicha et les cigarettes électroniques

Le Maroc entend augmenter les taxes sur la chicha et les cigarettes électroniques. Une décision motivée, dit-on, par le souci de préserver la santé des consommateurs, notamment les jeunes Marocains.

Maroc : le débat sur l’interdiction de TikTok s’invite au parlement

Plusieurs députés marocains appellent à l’interdiction de TikTok au Maroc. Ils s’inquiètent de la qualité des contenus publiés sur ce réseau social chinois qui, selon eux, constitue un danger pour la jeunesse.

Maroc : bonne nouvelle pour le personnel de la santé militaire

Au Maroc, le gouvernement a décidé de revaloriser les primes de risque attribuées au personnel de la santé militaire bénéficiant du statut de salariés des Forces armées royales (FAR).

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.