"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

20 août 2023 - 12h00 - Maroc - Ecrit par : A.P

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé physique et mentale des consommateurs.

Les jeunes qui consomment la « Lboufa » deviennent très agressifs et incontrôlables. Cette drogue, accessible à un prix abordable (50 dh/1g), est très dangereuse, car elle affecte le système nerveux et peut conduire à la folie. « L’lbouffa est fabriquée à partir de la cocaïne, à laquelle sont ajoutés des composants chimiques dangereux, comme l’ammoniac, qui est composé à son tour d’atomes d’azote et de trois atomes d’hydrogène, formant une substance cristalline utilisée de diverses manières : Elle peut être injectée, fumée ou reniflée », explique à Hespress Rachida Elmokrie Elidrissi, présidente de la coalition nationale de lutte contre les drogues.

La consommation de la « Lboufa » a des effets destructeurs. En plus de la montée d’adrénaline, elle met les consommateurs dans un état de violence excessive et peut entrainer une insomnie de plusieurs nuits, une impuissance sexuelle et même une mort subite, ajoute-t-elle, précisant que cette drogue détruit les neurones. « Quand on consomme cette drogue à un jeune âge, on risque de perdre à vie ses capacités cognitives, comme la capacité de réfléchir et de se remémorer », prévient la spécialiste. Le drame est que les jeunes marocains mélangent cette drogue déjà dangereuse à d’autres stupéfiants comme le « karkoubi » et la « marijuana ».

À lire : Une nouvelle drogue fait des ravages au Maroc

Les jeunes marocains deviennent accros à cette drogue en raison de son effet instantané. « Dès les cinq premières minutes après l’injection, tu te sens maître de ton univers, tu peux tout contrôler. Cependant, une fois où tu deviens addict, c’est terrible. C’est la pire des drogues que j’ai consommées de ma vie », témoigne un ancien drogué qui appelle les ONG à « lutter contre ce fléau dévastateur ». S’il a pu s’en sortir, c’est grâce à sa famille, confie-t-il. La famille a donc « un rôle majeur » à jouer, insiste la présidente de la coalition nationale de lutte contre les drogues. « Elle est la première ligne de défense… Elle doit armer les jeunes et adolescents avec les mécanismes de réticence et de résistance aux comportements addictifs qui perturbent leur vie ».

« Plus le pourcentage de jeunes toxicomanes dans les établissements d’enseignement est élevé, plus le pourcentage de problèmes est élevé. La facture est très chère. C’est pourquoi nous suggérons dans la Coalition nationale qu’il y ait une formation de compétences sociales et psychologiques », recommande la militante qui évoque par ailleurs un autre phénomène inquiétant : des femmes enceintes qui se droguent. « Un fléau on ne peut plus dangereux pour le bébé qui naît avec moult problèmes et pour la maman qui nuit à sa santé psychique et physique. Il faut absolument s’intéresser à ces cas déplorables », alerte-t-elle.

Sujets associés : Drogues - Santé - Consommation - Jeunesse

Aller plus loin

Cocaïne : la BNPJ et la DEA réussissent un grand coup au Maroc

La Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ), en collaboration avec l’Agence fédérale de lutte contre les drogues (DEA) des États-Unis, a réussi à déjouer au port de...

Une nouvelle drogue fait des ravages au Maroc

Une nouvelle drogue dénommée « Lpoufa » ou « cocaïne des pauvres », fait des ravages depuis quelques jours, détruisant la vie de plusieurs jeunes casablancais.

«  Flakka  », la «  drogue des zombies  » au Maroc, déjà une victime

«  Flakka  », « la drogue des zombies » ou « drogue qui rend fou », principalement produite en Chine semble désormais présente au Maroc. Une première victime déjà enregistrée.

Comment Casablanca tente d’éradiquer la cocaïne des pauvres

Casablanca semble réussir à éradiquer “Lboufa”, la « cocaïne des pauvres » qui détruit les jeunes marocains en silence, de son territoire. Comment la ville s’y est-elle prise ?

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les ravages du mariage sur reconnaissance de dette

Une forme de mariage peu médiatisée est en train de prendre de l’ampleur dans certaines régions du Maroc, selon une émission diffusée sur la chaîne Al Aoula. Il s’agit du mariage sur reconnaissance des dettes.

Les prix de la viande au Maroc résisteront-ils à la sécheresse ?

Les prix de la viande connaîtra-t-il une augmentation au Maroc à cause de la sécheresse qui touche le Maroc depuis quelques années ? Voici la réponse d’un expert du secteur.

Ramadan : conseils pour un jeûne en période de chaleur

Le jeûne du ramadan est encore dur cette année, surtout dans certaines régions où les températures dépassent parfois les 40 degrés. Pour que la journée se passe au mieux, il est essentiel de bien s’hydrater et de manger équilibré le soir. Pour rompre...

Le Maroc manque de lait

Annoncée depuis plusieurs mois par les professionnels du secteur, la pénurie de lait a été confirmée par le gouvernement lors du point de presse hebdomadaire. Selon le porte-parole du gouvernement, la situation et due à plusieurs facteurs.

L’état de santé de la chanteuse Khadija El Bidaouia s’aggrave

Nawal, la fille de la chanteuse Khadija El Bidaouia a annoncé qu’en raison de la propagation du cancer du poumon dont souffre sa mère, les médecins ont décidé d’arrêter la chimiothérapie.

Plus de 70% des femmes marocaines recourent aux méthodes contraceptives

Au Maroc, plus de 70 des femmes ont recours aux méthodes contraceptives. C’est ce qui ressort d’un récent rapport du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA).

Le Maroc face à la menace de la « Poufa », la cocaïne des démunis

Le Maroc renforce sa lutte contre la « Poufa », une nouvelle drogue bon marché, connue sous le nom de cocaïne des pauvres », qui a non seulement des répercussions sociales, notamment la séparation des familles et une augmentation des suicides et des...

Maroc : clap de fin pour Jumia Food

Les Marocains ayant l’habitude de commander via Jumia Food devront dorénavant se diriger vers un concurrent. L’entreprise vient d’annoncer la fin de son service au Maroc.

Variole du singe : mise à jour du plan de riposte au Maroc

Le ministère de la Santé et de la protection sociale a annoncé avoir procédé, une nouvelle fois, à la mise à jour de son plan de riposte contre la variole du singe.

Les Marocains de plus en plus obèses

Près de la moitié de la population marocaine (46 %) sera obèse d’ici 2035, selon les prévisions de la World Obesity Forum.