Maroc : le débat sur l’interdiction de TikTok s’invite au parlement

4 janvier 2024 - 22h00 - Maroc - Ecrit par : A.P

Plusieurs députés marocains appellent à l’interdiction de TikTok au Maroc. Ils s’inquiètent de la qualité des contenus publiés sur ce réseau social chinois qui, selon eux, constitue un danger pour la jeunesse.

Dans une question écrite à la ministre de la Transition numérique, la députée du Parti authenticité et modernité (PAM), Hanane Atarguine, a souhaité savoir les dispositions prises par le gouvernement pour protéger les mineurs des contenus « inadaptés » et « néfastes » des réseaux sociaux. « Sur plusieurs applications, des pratiques et des comportements punis par la loi échappent au contrôle […], à l’exemple de la mendicité et du harcèlement et d’autres phénomènes », souligne-t-elle dans sa question. La parlementaire a aussi fait observer que de nombreux pays ont déjà interdit l’utilisation de certains réseaux sociaux sur leur territoire et pris des mesures pour limiter l’accès des mineurs à leurs contenus.

À lire : TikTok menacé de suspension au Maroc ?

Pour sa part, Nabil Dakhch, membre du groupe Haraki à la Chambre des représentants, dans une question écrite au ministre de la Culture et de la Jeunesse, a fait savoir que le recours à « TikTok s’est répandu récemment, incitant de nombreux pays à prendre des mesures, soit pour légaliser la plateforme, soit pour l’interdire complètement, afin de protéger les enfants, les adolescents, les jeunes et les citoyens ». Le député n’a pas manqué d’alerter sur les effets de TikTok et des plateformes similaires sur l’état psychique et intellectuel des utilisateurs.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Jeunesse - Parti Authenticité et Modernité (PAM) - Parlement marocain - TikTok

Aller plus loin

Une gendarme marocaine n’aurait pas dû publier des vidéos sur TikTok

Une femme gendarme exerçant à la Brigade de gendarmerie d’Ouled Saîd, dans la province de Settat a été mise aux arrêts par sa hiérarchie après avoir publié des vidéos d’elle en...

Interdire ou réguler TikTok ? Le Maroc cherche la solution

Menacé d’interdiction aux États-Unis et en Europe, TikTok est de plus en plus décrié dans le monde. Au Maroc, des voix continuent d’appeler à l’interdiction de l’application...

Voile à l’école : génération TikTok

Depuis quelques semaines, TikTok est envahi par de courtes vidéos sur le port de voile à l’école qui, selon le Conseil des mosquées du Rhône (CMR), sont des « comportements...

TikTok menacé de suspension au Maroc ?

Hanan Atrakin, députée du Parti de l’Authenticité et de la Modernité (PAM), appelle à l’interdiction de TikTok et d’autres applications de réseaux sociaux au Maroc, afin de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : le parlement discute de la fiscalité des auto-entrepreneurs

Au Parlement marocain, des groupes de l’opposition ont proposé des amendements concernant le projet de loi de finances (PLF) pour l’année 2024 dont l’un vise à encourager l’engagement dans l’économie organisée et à améliorer l’attractivité du système...

Maroc : ces régions oubliées de l’internet

Lors d’un débat organisé par le Parti Authenticité et Modernité (PAM), Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’administration, a révélé la part du territoire marocain sans couverture internet.

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les pratiques homosexuelles restent punies par la loi.

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

« J’ai visité le Maroc - voici pourquoi je n’y retournerai jamais »

Sur la toile, des tiktokeurs et Youtubeurs – dont des Américains – déconseillent à leurs followers de se rendre au Maroc et en évoquent les raisons. Ils disent ne plus avoir l’intention de retourner dans le royaume.

Maroc : la liste des députés poursuivis pour corruption s’allonge

Trois députés marocains viennent d’être déférés devant la justice pour corruption. Déjà une vingtaine de parlementaires sont poursuivis en justice pour des faits de corruption et dilapidation des deniers publics.

Maroc : une centaine de nouveaux trains à acquérir

L’Office national des chemins de fer (ONCF) a annoncé l’acquisition progressive de 100 nouveaux trains fabriqués localement, et ceci dans les 10 prochaines années.

Maroc : pas de congé menstruel pour les femmes fonctionnaires

La proposition de loi visant à instaurer un congé menstruel, d’une durée ne dépassant pas deux jours par mois, en faveur des femmes fonctionnaires n’a pas reçu l’assentiment du gouvernement.

Interdire ou réguler TikTok ? Le Maroc cherche la solution

Menacé d’interdiction aux États-Unis et en Europe, TikTok est de plus en plus décrié dans le monde. Au Maroc, des voix continuent d’appeler à l’interdiction de l’application chinoise. Mais plutôt que de l’interdire, des experts appellent à encadrer son...

Maroc : hammams fermés, SPA ouverts, le grand paradoxe

La décision du ministère de l’Intérieur de fermer les hammams trois jours par semaine aura des conséquences négatives sur les employés du secteur, a alerté Fatima Zahra Bata, la députée du Parti de la justice et du développement (PJD).