Interdire ou réguler TikTok ? Le Maroc cherche la solution

17 mars 2024 - 07h00 - Maroc - Ecrit par : P. A

Menacé d’interdiction aux États-Unis et en Europe, TikTok est de plus en plus décrié dans le monde. Au Maroc, des voix continuent d’appeler à l’interdiction de l’application chinoise. Mais plutôt que de l’interdire, des experts appellent à encadrer son utilisation.

La Commission de l’éducation, de la culture et de la communication à la Chambre des représentants a déposé une proposition de loi visant à interdire TikTok au Maroc. En décembre dernier, la députée du Parti authenticité et modernité, Hanane Atarguine, avait interpelé le gouvernement à ce sujet, demandant à connaître les mesures qu’il entend prendre pour protéger les mineurs des effets « néfastes » de cette application au contenu « médiocre et véhiculant des valeurs touchant à la dignité des Marocains ». L’application compte 9,27 millions d’utilisateurs marocains, âgés de 18 ans et plus.

À lire : Maroc : le débat sur l’interdiction de TikTok s’invite au parlement

« La question de savoir s’il faut interdire TikTok au Maroc soulève des considérations importantes concernant l’impact de cette plateforme de médias sociaux. TikTok a introduit de nouvelles façons de parler des problèmes et des enjeux, de les exposer, d’une manière à laquelle nous n’étions pas habitués. Pour certains, cela pose problème… Mais à bien y réfléchir, ce n’est pas TikTok en soi qui pose problème, ni même l’utilisation de cette application, c’est plutôt la façon dont elle est utilisée et les messages qui y sont postés. Il s’agit d’éduquer les utilisateurs sur la façon de l’utiliser sans empiéter sur la liberté d’autrui, les attaquer, compromettre leurs valeurs, ou mettre leurs vies privées sur la place publique », explique à Challenge, Kadili Abdelilah, le président de la Fondation Tamkine, spécialisée dans l’edtech.

À lire : TikTok, vecteur de débauche au Maroc ?

L’expert estime qu’il « n’y a pas de raison » d’interdire TikTok, une application qui « est en train de devenir un outil puissant pour la créativité, l’expression personnelle et le partage d’expériences ». « En interdisant TikTok, on risque de priver les utilisateurs marocains d’une plateforme qui peut favoriser l’échange culturel, la découverte de nouvelles perspectives et l’opportunité de se faire entendre à l’échelle mondiale », a-t-il expliqué, soulignant toutefois la nécessité « d’établir des règles claires et des normes de conduite pour une utilisation responsable de TikTok au Maroc. […] Des campagnes de sensibilisation peuvent être lancées pour éduquer les utilisateurs sur les bonnes pratiques, tout en encourageant le respect mutuel et la tolérance ».

À lire : TikTok menacé de suspension au Maroc ?

Le président de la fédération APEBI, Redouane Elhaloui, plaide pour sa part pour « une régulation adaptée à nos réalités nationales ». Selon lui, il faut « adapter l’algorithme de TikTok pour favoriser un contenu plus pédagogique, en mettant l’accent sur l’éducation, la science et la culture. En outre, la mise en œuvre de mesures de bien-être numérique, telles que la déconnexion automatique des utilisateurs mineurs après une heure d’utilisation quotidienne, est essentielle pour promouvoir une utilisation saine et responsable des réseaux sociaux ». Et de conclure : « Ces mesures devraient être conçues de manière à limiter efficacement les possibilités de contournement, assurant ainsi la protection de nos jeunes contre les excès du numérique… »

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Jeunesse - Internet - TikTok

Aller plus loin

Le Maroc va réguler TikTok

Face aux déviances observées sur certains réseaux sociaux, notamment TikTok, les autorités marocaines prévoient de mettre en œuvre une politique visant à restreindre...

Maroc : Une influenceuse arrêtée pour sa tenue "indécente"

Sous le feu des critiques sur les réseaux sociaux en raison de son style vestimentaire un peu osé lors d’une émission de rencontres sur YouTube, l’influenceuse...

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement...

Harcèlement sexuel sur les réseaux sociaux : Le calvaire des femmes marocaines

Au Maroc, une femme sur trois est victime de harcèlement sexuel sur les réseaux sociaux, contre 4,3 % pour les hommes, révèle une récente étude sur l’utilisation des réseaux...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : ces régions oubliées de l’internet

Lors d’un débat organisé par le Parti Authenticité et Modernité (PAM), Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’administration, a révélé la part du territoire marocain sans couverture internet.

« J’ai visité le Maroc - voici pourquoi je n’y retournerai jamais »

Sur la toile, des tiktokeurs et Youtubeurs – dont des Américains – déconseillent à leurs followers de se rendre au Maroc et en évoquent les raisons. Ils disent ne plus avoir l’intention de retourner dans le royaume.

TikTok, vecteur de débauche au Maroc ?

De nombreux Marocains continuent d’appeler à l’interdiction de TikTok, dénonçant la publication par les jeunes de contenus violents ou à caractère sexuel sur cette application qui, selon eux, porte atteinte aux valeurs du royaume.

Des influenceurs marocains impliqués dans des achats immobiliers illégaux à l’étranger

L’Office des changes a découvert que des influenceurs et créateurs de contenu sur Internet ont des propriétés non déclarées à l’étranger et violent les textes régissant le change.

Le Maroc accélère sur la 5G en vue de la coupe du monde 2030

Le ministère de la Transition numérique et de la réforme de l’administration aura à charge la gestion des télécommunications lors de la coupe du monde 2030. Ainsi en a décidé le Comité marocain d’organisation du tournoi.

Interdire ou réguler TikTok ? Le Maroc cherche la solution

Menacé d’interdiction aux États-Unis et en Europe, TikTok est de plus en plus décrié dans le monde. Au Maroc, des voix continuent d’appeler à l’interdiction de l’application chinoise. Mais plutôt que de l’interdire, des experts appellent à encadrer son...

Maroc : le débat sur l’interdiction de TikTok s’invite au parlement

Plusieurs députés marocains appellent à l’interdiction de TikTok au Maroc. Ils s’inquiètent de la qualité des contenus publiés sur ce réseau social chinois qui, selon eux, constitue un danger pour la jeunesse.

Les influenceurs marocains traqués par le Fisc

Les influenceurs marocains sont dans le viseur de la direction générale des impôts, qui a déployé de grands moyens pour lutter contre la fraude et la sous-déclaration.

AliExpress et Shein : la douane marocaine mène la vie dure aux acheteurs

Malgré la suppression de l’exonération des frais de douane sur les transactions d’une valeur inférieure à 1 250 DH, les Marocains n’ont pas arrêté de faire des achats en ligne à l’international, notamment sur les sites chinois (AliExpress et Shein)....

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.