Maroc : Une influenceuse arrêtée pour sa tenue "indécente"

19 avril 2024 - 11h00 - Maroc - Ecrit par : P. A

Sous le feu des critiques sur les réseaux sociaux en raison de son style vestimentaire un peu osé lors d’une émission de rencontres sur YouTube, l’influenceuse néerlando-marocaine Armani L’Goumani a été interpelée au Maroc.

La jeune femme de 20 ans a confié à Rijnmond avoir été arrêtée à l’aéroport alors qu’elle s’apprêtait à embarquer vers les Pays-Bas. « On m’a dit que je devais me présenter au poste de police le plus proche pour quelques questions dans le cadre d’une enquête en cours », raconte-t-elle.

En attendant, Armani L’Goumani loge dans un appartement. Que lui reproche-t-on exactement ? L’influenceuse a récemment participé à une émission de rencontres en ligne. Dans un extrait vidéo de l’émission diffusé sur les réseaux sociaux, elle apparait en mini-jupe, ce qui a suscité un tollé au Maroc. La TikTokeuse aux 530 000 abonnés admet que si elle avait vu la vidéo polémique avant sa publication, elle aurait peut-être aussi trouvé sa tenue trop osée.

À lire : TikTok, vecteur de débauche au Maroc ?

La Néerlando-marocaine est également critiquée pour son comportement lors de l’émission. « Les gens me trouvent piquante et arrogante ». « J’offense les femmes par mon choix de vêtements et les hommes en laissant mon chien choisir mes rendez-vous. Ce n’était pas mon intention, c’était plutôt pour le plaisir. Je respecte les normes et valeurs du Maroc, bien que je ne sois pas la seule à m’habiller ainsi », se défend l’influenceuse qui espère ne pas se retrouver en prison.

La Rotterdamoise risque une peine de deux ans de prison et une amende de cinquante euros pour « nudité intentionnelle et indécence » au Maroc. L’influenceuse a présenté des excuses sur son compte TikTok, expliquant avoir grandi aux Pays-Bas. La jeune femme attend d’être fixée sur son sort. Elle envisage par ailleurs de solliciter les services d’un avocat.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Pays-Bas - Arrestation - TikTok

Aller plus loin

Harcèlement sexuel sur les réseaux sociaux : Le calvaire des femmes marocaines

Au Maroc, une femme sur trois est victime de harcèlement sexuel sur les réseaux sociaux, contre 4,3 % pour les hommes, révèle une récente étude sur l’utilisation des réseaux...

Poupette Kenza écope d’une lourde sanction financière

L’influenceuse Poupette Kenza aux plus de 1 million d’abonnés se voit infliger une amende salée pour avoir fait la promotion d’un produit interdit en France.

Une influenceuse espagnole arrêtée au Maroc

Les autorités marocaines ont interpelé une influenceuse espagnole après qu’elle a pris des photos au poste de contrôle dans un aéroport du royaume.

TikTok, vecteur de débauche au Maroc ?

De nombreux Marocains continuent d’appeler à l’interdiction de TikTok, dénonçant la publication par les jeunes de contenus violents ou à caractère sexuel sur cette application...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les avertissements de la DGI aux influenceurs

Les influenceurs marocains sont sommés par la Direction générale des impôts (DGI) de déclarer leurs revenus et de payer leurs impôts. Ils ont reçu des lettres de relance, certainement le dernier avertissement avant la phase de répression.

« J’ai visité le Maroc - voici pourquoi je n’y retournerai jamais »

Sur la toile, des tiktokeurs et Youtubeurs – dont des Américains – déconseillent à leurs followers de se rendre au Maroc et en évoquent les raisons. Ils disent ne plus avoir l’intention de retourner dans le royaume.

Interdire ou réguler TikTok ? Le Maroc cherche la solution

Menacé d’interdiction aux États-Unis et en Europe, TikTok est de plus en plus décrié dans le monde. Au Maroc, des voix continuent d’appeler à l’interdiction de l’application chinoise. Mais plutôt que de l’interdire, des experts appellent à encadrer son...

Maroc : le débat sur l’interdiction de TikTok s’invite au parlement

Plusieurs députés marocains appellent à l’interdiction de TikTok au Maroc. Ils s’inquiètent de la qualité des contenus publiés sur ce réseau social chinois qui, selon eux, constitue un danger pour la jeunesse.

TikTok, vecteur de débauche au Maroc ?

De nombreux Marocains continuent d’appeler à l’interdiction de TikTok, dénonçant la publication par les jeunes de contenus violents ou à caractère sexuel sur cette application qui, selon eux, porte atteinte aux valeurs du royaume.

Le Maroc va réguler TikTok

Face aux déviances observées sur certains réseaux sociaux, notamment TikTok, les autorités marocaines prévoient de mettre en œuvre une politique visant à restreindre l’utilisation de la plateforme chinoise.

TikTok menacé de suspension au Maroc ?

Hanan Atrakin, députée du Parti de l’Authenticité et de la Modernité (PAM), appelle à l’interdiction de TikTok et d’autres applications de réseaux sociaux au Maroc, afin de protéger leurs utilisateurs, notamment les mineurs.

Buzz, fric et clashs : La (mauvaise) recette des artistes marocains

De plus en plus d’artistes marocains se tournent vers les réseaux sociaux, notamment Instagram et TikTok, pour interagir avec leur public et générer des revenus. Cette tendance suscite toutefois des critiques, certains pointant du doigt le recours à...

Les influenceurs marocains traqués par le Fisc

Les influenceurs marocains sont dans le viseur de la direction générale des impôts, qui a déployé de grands moyens pour lutter contre la fraude et la sous-déclaration.

TikTok, l’impossible interdiction au Maroc

Face à la dépravation des mœurs à laquelle conduit l’utilisation de TikTok, les députés de l’opposition ont invité le gouvernement marocain à prendre ses responsabilités et à interdire l’application chinoise dans le royaume. Mais y arriveront-ils ?