TikTok menacé de suspension au Maroc ?

30 décembre 2023 - 11h30 - Maroc - Ecrit par : S.A

Hanan Atrakin, députée du Parti de l’Authenticité et de la Modernité (PAM), appelle à l’interdiction de TikTok et d’autres applications de réseaux sociaux au Maroc, afin de protéger leurs utilisateurs, notamment les mineurs.

Les applications de réseaux sociaux sont dans le viseur de Hanan Atrakin. Dans une question orale, l’élue attire l’attention de la ministre de la Transition numérique et de la Réforme de l’administration sur le fait que de nombreuses applications « rivalisent pour attirer un public plus large avec des pratiques et des comportements “criminels” selon les lois en vigueur ». Elle appelle donc Ghita Mezzour, à intervenir pour protéger leurs utilisateurs, notamment les mineurs, mais aussi à appliquer des sanctions légales contre les utilisateurs des médias sociaux qui ont été reconnus coupables de violations punissables par la loi, fait savoir Al3omk.

À lire : Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Soulignant que la mendicité, le harcèlement, le commerce sans respect des dispositions légales, l’offre de consultations médicales sans autorisation, entre autres, sont répandus sur les réseaux sociaux, l’élue PAMiste fait remarquer que toutes ces pratiques sont encadrées par des lois lorsqu’elles sont commises dans la réalité, mais qu’elles échappent à la responsabilité et à l’autorité de la loi lorsqu’elles sont réalisées dans un espace virtuel, ce qui rend ces comportements « criminels dans un contexte et autorisés dans un autre ».

À lire : De Tiktok à trafiquante de drogue : l’histoire mouvementée d’une influenceuse

Fort de ces constats, la députée appelle alors le gouvernement à marcher dans le sillage de nombreux pays « en interdisant certaines applications ayant un impact négatif important, en régulant l’accès, en restreignant l’utilisation de ces applications par les mineurs, et en renforçant les mesures contre ceux qui les utilisent comme moyen de subsistance ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Parti Authenticité et Modernité (PAM) - TikTok

Aller plus loin

De Tiktok à trafiquante de drogue : l’histoire mouvementée d’une influenceuse

Soupçonnée de trafic de drogue, une influenceuse a été arrêtée par la police judiciaire de Sala El Jadida. Il lui est reproché d’avoir repris l’activité illicite de son mari...

Harcèlement sexuel sur les réseaux sociaux : Le calvaire des femmes marocaines

Au Maroc, une femme sur trois est victime de harcèlement sexuel sur les réseaux sociaux, contre 4,3 % pour les hommes, révèle une récente étude sur l’utilisation des réseaux...

Maroc : le débat sur l’interdiction de TikTok s’invite au parlement

Plusieurs députés marocains appellent à l’interdiction de TikTok au Maroc. Ils s’inquiètent de la qualité des contenus publiés sur ce réseau social chinois qui, selon eux,...

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : le débat sur l’interdiction de TikTok s’invite au parlement

Plusieurs députés marocains appellent à l’interdiction de TikTok au Maroc. Ils s’inquiètent de la qualité des contenus publiés sur ce réseau social chinois qui, selon eux, constitue un danger pour la jeunesse.

Les influenceurs marocains traqués par le Fisc

Les influenceurs marocains sont dans le viseur de la direction générale des impôts, qui a déployé de grands moyens pour lutter contre la fraude et la sous-déclaration.

Réforme du Code pénal au Maroc : un ancien prédicateur salafiste à la rescousse

L’ancien prédicateur salafiste, Abdelwahab Rafiki, plus connu sous le nom d’Abou Hafs, est dorénavant conseiller du ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, selon une source proche du ministère.

Interdire ou réguler TikTok ? Le Maroc cherche la solution

Menacé d’interdiction aux États-Unis et en Europe, TikTok est de plus en plus décrié dans le monde. Au Maroc, des voix continuent d’appeler à l’interdiction de l’application chinoise. Mais plutôt que de l’interdire, des experts appellent à encadrer son...

TikTok menacé de suspension au Maroc ?

Hanan Atrakin, députée du Parti de l’Authenticité et de la Modernité (PAM), appelle à l’interdiction de TikTok et d’autres applications de réseaux sociaux au Maroc, afin de protéger leurs utilisateurs, notamment les mineurs.

Le Maroc s’inquiète de « l’influence croissante des homosexuels »

Abdellatif Ouahbi, ministre de la Justice et secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM), s’est exprimé une fois de plus sur l’homosexualité. Au Maroc, les pratiques homosexuelles restent punies par la loi.

TikTok, vecteur de débauche au Maroc ?

De nombreux Marocains continuent d’appeler à l’interdiction de TikTok, dénonçant la publication par les jeunes de contenus violents ou à caractère sexuel sur cette application qui, selon eux, porte atteinte aux valeurs du royaume.

Maroc : hammams fermés, SPA ouverts, le grand paradoxe

La décision du ministère de l’Intérieur de fermer les hammams trois jours par semaine aura des conséquences négatives sur les employés du secteur, a alerté Fatima Zahra Bata, la députée du Parti de la justice et du développement (PJD).

Maroc : les avertissements de la DGI aux influenceurs

Les influenceurs marocains sont sommés par la Direction générale des impôts (DGI) de déclarer leurs revenus et de payer leurs impôts. Ils ont reçu des lettres de relance, certainement le dernier avertissement avant la phase de répression.

Opération Marhaba 2023 : des billets moins chers pour les MRE ?

Considérant le coût élevé des billets de bateau, le groupe parlementaire du Parti Authenticité et Modernité (PAM) a demandé au gouvernement de prendre des mesures pour faciliter l’arrivée des Marocains résidant à l’étranger (MRE) dans le cadre de...