Les Marocains rejettent les influenceurs

19 avril 2024 - 14h00 - Maroc - Ecrit par : P. A

51,4 % des Marocains font davantage confiance aux informations diffusées par les journalistes professionnels que celles relayées par les influenceurs et créateurs de contenus sur les réseaux sociaux, révèle une récente étude réalisée par le Centre marocain pour la citoyenneté.

Selon l’étude, seulement 5,9 % des Marocains font confiance aux créateurs de contenu, 2,0 % aux influenceurs, et 40,7 % à leurs connaissances et amis qui font des publications sur les réseaux sociaux. La majorité des personnes interrogées, soit 87,9 %, ont également insisté sur la nécessité de mettre en place une législation pour encadrer l’exercice des nouvelles professions liées à la création de contenu sur les réseaux sociaux.

À lire : 60% des Marocains ne font pas confiance au gouvernement

Pour 38,0 % des sondés, les plateformes de réseaux sociaux n’affectent pas leur humeur ou leur état psychologique. Alors que 39,9 % soutiennent que ces plateformes n’ont pas un impact positif sur eux, 22,2 % pensent le contraire. Près de 96,8 % des sondés pensent que les influenceurs ont un très fort, fort ou moyen impact sur les adolescents, et environ 94,9 % estiment que les influenceurs et les créateurs de contenu, en quête de gain facile, manquent souvent d’objectivité et de créativité.

À lire : Interdire ou réguler TikTok ? Le Maroc cherche la solution

Par ailleurs, 64,4 % des sondés sont convaincus que les plateformes de réseaux sociaux ont contribué à améliorer la conscience politique et la participation citoyenne, notamment des jeunes. Par contre, 68,7 % des personnes interrogées déplorent le fait que ces plateformes nuisent plus qu’ils ne profitent aux Marocains. Pour 95,8 % des sondés, TikTok est la plateforme la plus nuisible pour la société et la jeunesse, suivie de Snapchat (52,3 %), Instagram (50,3 %) et Facebook (39,7 %).

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Enquête - Facebook - Instragram - Snapchat - TikTok

Aller plus loin

Les Marocains ne font pas confiance aux banques pour leurs crédits

Quelque 77 % des emprunteurs marocains se tournent vers les amis et les membres de la famille plutôt que les banques. C’est ce que révèle l’enquête Global Findex 2021 de la...

Interdire ou réguler TikTok ? Le Maroc cherche la solution

Menacé d’interdiction aux États-Unis et en Europe, TikTok est de plus en plus décrié dans le monde. Au Maroc, des voix continuent d’appeler à l’interdiction de l’application...

60% des Marocains ne font pas confiance au gouvernement

Les Marocains font de moins en confiance aux institutions de l’État. Seulement un sur trois fait confiance au gouvernement, selon une étude publiée mercredi par l’Institut...

TikTok, vecteur de débauche au Maroc ?

De nombreux Marocains continuent d’appeler à l’interdiction de TikTok, dénonçant la publication par les jeunes de contenus violents ou à caractère sexuel sur cette application...

Ces articles devraient vous intéresser :

Buzz, fric et clashs : La (mauvaise) recette des artistes marocains

De plus en plus d’artistes marocains se tournent vers les réseaux sociaux, notamment Instagram et TikTok, pour interagir avec leur public et générer des revenus. Cette tendance suscite toutefois des critiques, certains pointant du doigt le recours à...

Sur Instagram, le nombre d’abonnés d’Anass Zaroury explose

L’international marocain Anass Zaroury a gagné en moins de 24 heures, plus de 30 000 fans sur Instagram. Cette augmentation peut être attribuée à sa sélection par le Maroc pour participer au Mondial au Qatar.

Maroc : le débat sur l’interdiction de TikTok s’invite au parlement

Plusieurs députés marocains appellent à l’interdiction de TikTok au Maroc. Ils s’inquiètent de la qualité des contenus publiés sur ce réseau social chinois qui, selon eux, constitue un danger pour la jeunesse.

Le compte d’Instagram de Noussair Mazraoui piraté

L’international marocain Noussair Mazraoui s’est fait pirater son compte Instagram. D’autres cadres du Bayern Munich ont subi le même sort.

Salma Rachid sous le feu des critiques

Salma Rachid est la cible d’attaques sur les réseaux sociaux. De nombreux internautes fustigent l’arrogance de la chanteuse de la pop marocaine.

Latifa Raafat en fuite ? elle répond

La chanteuse marocaine Latifa Raafat a mis fin à la polémique sur sa fuite présumée du Maroc en raison de son implication dans l’affaire « Escobar du désert » dans laquelle son ex-mari, Ahmed Benbrahim, est le principal accusé.

TikTok menacé de suspension au Maroc ?

Hanan Atrakin, députée du Parti de l’Authenticité et de la Modernité (PAM), appelle à l’interdiction de TikTok et d’autres applications de réseaux sociaux au Maroc, afin de protéger leurs utilisateurs, notamment les mineurs.

Cheikh Mohammed Al Fizazi critique vivement la série de Mohamed Bassou

Le président de l’Association marocaine de la Paix et de la Transmission, Cheikh Mohammed Al Fizazi, a critiqué le comédien Mohammed Bassou pour sa série « Si Al Kala » diffusée sur sa page YouTube pendant ce mois de Ramadan, estimant qu’il ne fait que...

TikTok, l’impossible interdiction au Maroc

Face à la dépravation des mœurs à laquelle conduit l’utilisation de TikTok, les députés de l’opposition ont invité le gouvernement marocain à prendre ses responsabilités et à interdire l’application chinoise dans le royaume. Mais y arriveront-ils ?

« J’ai visité le Maroc - voici pourquoi je n’y retournerai jamais »

Sur la toile, des tiktokeurs et Youtubeurs – dont des Américains – déconseillent à leurs followers de se rendre au Maroc et en évoquent les raisons. Ils disent ne plus avoir l’intention de retourner dans le royaume.