Ramadan et réseaux sociaux : les photos d’iftar divisent

14 mars 2024 - 14h00 - Maroc - Ecrit par : P. A

Pendant le mois sacré de Ramadan, de nombreux influenceurs marocains publient quotidiennement sur les réseaux sociaux des photos de tables garnies de mets et de boissons pour la rupture du jeûne (iftar). Un comportement perçu comme de la provocation par certains internautes qui arrivent difficilement à sacrifier à cette tradition dans ce contexte de hausse continue des prix.

Chaque année, les internautes sont divisés sur le fait de publier les images des iftars pendant le mois sacré. Alors que certains y sont favorables, d’autres réprouvent cette manière de faire. Si les premiers voient en ces publications une source d’inspiration pour varier leurs menus pour l’iftar, les seconds en revanche condamnent ce comportement qu’ils considèrent comme de la provocation, vu la situation difficile que traversent certaines familles qui manquent du minimum sur leurs tables.

Ce phénomène qui se remarque pendant le mois de Ramadan, a des impacts négatifs sur le plan psychologique, alerte le psychologue clinicien, Faiçal Tahari, faisant observer que les réseaux sociaux sont accessibles à toutes les catégories socioprofessionnelles. Dans une déclaration à la MAP, le spécialiste soutient que cette pratique affecte surtout les adolescents qui commencent à établir des comparaisons entre les menus en famille et ceux des tables d’Iftar diffusées sur les réseaux sociaux.

À lire : Ramadan : Un mois de spiritualité… et de bagarres ?

Dans ce contexte de hausse généralisée des prix sur les marchés, le phénomène est plus prononcé, en ce sens que certaines familles n’ont pas les moyens de se procurer certains produits de base comme la viande et le poisson. Le psychologue invite les Marocains à cultiver le partage et éviter de frustrer son prochain pendant le mois sacré, considérant les publications de photos des tables d’Iftar comme contraires à la culture du partage.

Par ailleurs, Faiçal Tahari a insisté sur la nécessité d’éviter les excès et le gaspillage en cette période de jeûne, car le Ramadan est l’occasion de se repentir de ses fautes, de se rapprocher de Dieu et de le remercier pour ses bienfaits. Pendant le mois sacré, riches et pauvre sont égaux et doivent témoigner leur compassion envers leurs proches, a-t-il conclu.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Ramadan 2024 - Consommation - Inflation - Internet

Aller plus loin

Maroc : ils paient les dettes des plus pauvres

De jeunes Marocains, influenceurs, artistes et personnalités sont à l’origine d’une initiative visant à soutenir les familles dans le besoin en cette période de ramadan, mais...

Maroc : les sites pour adultes cartonnent pendant le ramadan

Les Marocains sont friands des sites pour adultes pendant ce mois de ramadan. À quel moment visitent-ils ces sites ?

La « chebakia », la pâtisserie marocaine incontournable lors du ramadan

Lors du ramadan au Maroc, la « chebbakaa », des petits gâteaux traditionnels au miel, est proposée tous les jours sur les tables pour les dîners de rupture de jeûne.

Ramadan au Maroc : Des dattes pour tous les budgets

À l’approche du mois sacré de Ramadan, le célèbre marché Derb Mila au quartier El Farah à Casablanca propose une gamme riche et variée de dattes marocaines et arabes aux...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : ces régions oubliées de l’internet

Lors d’un débat organisé par le Parti Authenticité et Modernité (PAM), Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’administration, a révélé la part du territoire marocain sans couverture internet.

Immobilier au Maroc : des opportunités en vue

Le recul de l’inflation et la stabilité des taux de crédits immobiliers apportent non seulement un soulagement aux acquéreurs, mais ils suscitent également un nouvel espoir pour le marché immobilier.

Maroc : des marchés de gros pour combattre la spéculation

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a annoncé la création de douze nouveaux marchés régionaux de gros, équipés d’installations modernes pour combattre la spéculation alimentaire exacerbant l’inflation. Cette démarche, a-t-il dit, s’inscrit...

Zara, Bershka : pourquoi les prix au Maroc sont plus chers qu’en Europe ?

Les prix pratiqués par les grandes enseignes au Maroc font encore polémique. Il n’est pas rare de trouver des vêtements avec des prix supérieurs de 50 ou 70 % dans les grands magasins au Maroc, par rapport à certains pays européens.

Maroc : vers la suppression de la TVA sur certains produits ?

Des députés de l’opposition parlementaire continuent d’appeler à l’exemption de la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) sur tous les produits de base à forte consommation afin de soutenir le pouvoir d’achat des Marocains en cette période d’inflation.

Maroc : voici le montant de la zakat al fitr

Le montant de la zakat Al Fitr vient d’être annoncé par les autorités religieuses marocaines, et plus précisément par le Conseil supérieur des oulémas (CSO).

Appareils électroménagers au Maroc : une flambée des prix à prévoir

Une augmentation significative des droits d’importation sur certains petits appareils électriques vient d’être votée par la Chambre des représentants. Ce vote va entraîner une forte augmentation des prix.

Maroc : l’informel met à genoux les magasins de sport

Dans le secteur du sport en plein essor au Maroc, l’informel gagne du terrain. Les professionnels, mécontents, tirent la sonnette d’alarme.

Le stade de Chelsea accueille un « Open Iftar »

Après l’équipe de Blackburn, un club de D2 anglaise, qui avait ouvert ses portes en 2022, pour accueillir la prière de l’Aid Al Fitr pendant le ramadan, c’est au tour de Chelsea, le club de l’international marocain Hakim Ziyech, d’offrir une...

Très cher Aid al adha pour les Marocains

L’augmentation continue du prix de la viande au Maroc affecte le coût du sacrifice de l’Aïd Al-Adha pour de nombreux ménages marocains.