Intoxications en hausse au Maroc : quelles solutions ?

10 juillet 2024 - 13h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

La Fédération marocaine des Droits des Consommateurs s’inquiète après la hausse des cas d’intoxication alimentaire enregistrés dans certains restaurants ces dernières semaines. Elle appelle le ministre de la Santé et de la Protection sociale à actualiser les lois relatives à la gestion des intoxications alimentaires collectives et individuelles.

Les cas d’intoxication alimentaire se multiplient au Maroc, surtout à Marrakech. Le dernier en date a fait six morts dans la ville ocre. Face à la hausse inquiétante des intoxications alimentaires, la Fédération marocaine des Droits des Consommateurs alerte les autorités responsables pour prendre toutes les mesures et dispositions nécessaires afin d’éviter ces intoxications graves et mortelles touchant des citoyens, notamment à l’approche de l’organisation par le Maroc d’événements continentaux et internationaux, sans oublier les investissements continus pour attirer les touristes. Elle appelle le ministre de la Santé et de la Protection sociale à actualiser les lois relatives à la gestion des intoxications alimentaires collectives et individuelles.

À lire :Nouvelle intoxication alimentaire au Maroc : 27 personnes à l’hôpital

La fédération propose « d’obliger la délivrance de l’autorisation d’exercer l’activité de vente de produits alimentaires sous toutes ses formes, à la condition d’obtenir un certificat de formation dans le domaine, pour éviter les cas d’intoxications collectives et individuelles récurrentes. » Aussi, appelle-t-elle à « appliquer un contrôle sanitaire semestriel pour chaque travailleur dans le domaine de la nutrition, et à appliquer le décret 65-554 du 26 juin 1967 par tous les médecins pour connaître la situation réelle des intoxications alimentaires au Maroc. » Selon les défenseurs des droits des consommateurs, il s’avère nécessaire « d’annuler l’article 5 du décret ministériel n° 473-210 du 06 septembre 2011 relatif à l’attribution de la mission d’autorisation aux bureaux sanitaires qui opèrent sous la responsabilité du président de la collectivité locale, ce qui leur confère un caractère de favoritisme politique et familial, entre autres. »

À lire :Intoxication alimentaire mortelle à Marrakech : la justice a rendu son verdict

La fédération demande en outre « de placer les commissions d’autorisation sous la tutelle de l’autorité locale et non des conseils communaux, tout en contrôlant le parcours des produits alimentaires périssables avec un système de traçabilité rigoureux. » Elle appelle également à « organiser le secteur des fournisseurs et à promulguer une loi encadrant cette profession avec l’obligation de disposer des équipements nécessaires pour préparer les repas et conserver les produits. »

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Alimentation - Ministère de la Santé - Administration - Santé

Aller plus loin

Intoxication alimentaire à Marrakech : Deux morts et 24 personnes à l’hôpital

Deux personnes seraient décédées et 24 autres ont été intoxiquées après avoir mangé dans un snack de Marrakech. La viande avariée servie dans l’établissement serait à l’origine...

Deuxième intoxication alimentaire en moins d’un mois à Marrakech

Encore une intoxication alimentaire à Marrakech, la deuxième en moins d’un mois. Cinq personnes ont été admises à l’hôpital après avoir consommé un repas dans un snack d’un...

Maroc : une intoxication alimentaire envoie 36 personnes à l’hôpital

36 personnes ont été intoxiquées après avoir mangé dans un snack de la place El Mchouar, à Tiznit. L’établissement a été fermé et une enquête approfondie est en cours pour...

Intoxications alimentaires : le Maroc à l’épreuve de la restauration rapide

La députée Hanane Atarguine, du groupe parlementaire du Parti authenticité et modernité (PAM), a demandé au ministre de l’Intérieur de prendre des mesures pour renforcer les...

Ces articles devraient vous intéresser :

L’anarchie des salons de beauté au Maroc dénoncée

La docteure Hanan Atrakin, spécialiste en chirurgie esthétique et députée du Parti Authenticité et Modernité (PAM), a exprimé ses inquiétudes face à la prolifération au Maroc des salons de beauté offrant des services esthétiques médicaux, évoquant une...

Au Maroc, les élèves fêtent la fin d’année scolaire en déchirant leurs cahiers

Au Maroc, des scènes des élèves déchirant leurs cahiers et livres pour annoncer la fin de l’année scolaire, se sont reproduites.

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

Le Maroc prolonge encore l’état d’urgence sanitaire

Réuni jeudi lors de sa séance hebdomadaire, le conseil de gouvernement a adopté le projet de décret portant prorogation, à nouveau, de l’état d’urgence sanitaire.

Maroc : une croissance paradoxale entre exportations et importations d’avocats

Alors que le Maroc produit de plus en plus d’avocat, devenant l’un des principaux fournisseurs en Europe, la part des importations continuent de croître.

Maria, la sage-femme miraculée qui a aidé à accoucher pendant le séisme

Une sage-femme a aidé des femmes à accoucher au milieu du puissant et dévastateur séisme survenu le 8 septembre au Maroc qui a fait près de 3000 morts, plus de 5000 blessés et détruit des milliers de maisons.

Près d’un tiers des Marocains ont connu une dépression

Le ministère de la Santé initie un projet dont la mise en œuvre permettra de répondre aux besoins des 48,9 % des Marocains âgés de plus de 15 ans qui connaissent, ou ont déjà connu, des signes de troubles mentaux et psychiques.

Au Maroc, l’été rime avec piqûres de scorpion

La recrudescence des piqûres de scorpion dans certaines régions du Maroc, en cette période de canicule et de saison estivale, inquiète. Les spécialistes appellent les citoyens à prendre les précautions pour prévenir ces piqûres mortelles.

Ramadan et diabète : un mois sacré sous haute surveillance médicale

Le jeûne du Ramadan, pilier de l’islam, implique une abstinence de boire et de manger du lever au coucher du soleil. Si ce rite revêt une importance spirituelle majeure pour les fidèles, il n’en demeure pas moins une période à risque pour les personnes...

Maroc : voici les salaires dans la fonction publique

Le rapport sur les ressources humaines annexé au projet de Loi de Finances 2024 indique que le salaire mensuel net moyen dans la fonction publique marocaine a augmenté de 18,08 %, passant de 7 250 dirhams en 2013 à 8 561 dirhams en 2023.