Visas français : les Marocains subissent la loi des intermédiaires illégaux

10 novembre 2022 - 15h00 - France - Ecrit par : A.P

Les Marocains sont souvent obligés de passer par des intermédiaires pour obtenir un rendez-vous de demande de visa pour la France. Le phénomène est bien connu des autorités françaises qui assurent lutter contre « avec détermination ».

Badr (nom d’emprunt), 30 ans, résidant à Marrakech, a dû payer une quinzaine d’euros à un intermédiaire pour obtenir un visa pour assister au mariage de sa sœur en France l’été dernier. « C’est impossible de trouver un rendez-vous sur TLS Contact (le prestataire de services désigné pour gérer les demandes de visa du Maroc et de 13 autres pays, NDLR) ou alors il faut arrêter de travailler pour rester connecté toute la journée », témoigne cet ingénieur informatique à BFMTV.

L’intermédiaire lui a conseillé d’ajouter quelques justificatifs au dossier, dont une lettre d’invitation de sa sœur, les copies de son passeport, de sa déclaration d’impôts et de ses fiches de paie. Mais tout ça n’aura servi à rien, parce que la France a décidé, depuis septembre 2021, de réduire de moitié le nombre de visas accordés aux ressortissants marocains. La demande de visa de Badr a donc été refusée. Au-delà de cette mesure politique, l’encombrement de la plateforme TLS Contact rend aussi difficile l’obtention d’un rendez-vous pour déposer son dossier.

À lire : Visas : le consulat d’Italie au Maroc en guerre contre les intermédiaires

Cette situation a profité aux intermédiaires qui ont pris d’assaut les rendez-vous disponibles pour les revendre au « marché noir », à plusieurs centaines d’euros, dénonce Youssef El Idrissi El Hassani, le président de l’Association franco-marocaine des droits humains (AFMDH). « Comment se fait-il que des intermédiaires parviennent à décrocher ces rendez-vous et pas les citoyens ? », s’interroge-t-il, alertant le ministère de l’Intérieur français sur cette rupture d’accès aux droits.

De son côté, le ministère de l’Intérieur assure lutter « avec détermination contre le phénomène des captations malveillantes de rendez-vous en ligne ». Pourtant, le phénomène sévit. Les Marocains paient en moyenne 50 à 100 dirhams (5 à 10 euros) voire « jusqu’à 2 500 dirhams (250 euros) pour un rendez-vous » de visa, confie un intermédiaire. Les ressortissants marocains doivent également s’acquitter de frais de service s’élevant à 33,5 euros auprès de l’opérateur TLS, ce qui amène certains à payer deux fois pour le même service.

Sujets associés : France - Marrakech - Visa

Aller plus loin

Maroc : les intermédiaires illégaux, un fléau pour l’obtention des visas Schengen

L’ampleur que prend le phénomène des intermédiaires illégaux dans l’obtention des rendez-vous de visa inquiète le groupe parlementaire du Parti du progrès et du socialisme (PPS)...

Les Marocains, premiers bénéficiaires des visas français malgré les difficultés rencontrées

Le nombre de visas octroyés aux ressortissants marocains par la France a connu une hausse de 105,9 % en 2022, passant de 69 408 à 143 000. Mais cette augmentation masque une...

Rapatriement des clandestins : la France pointe le manque de collaboration du Maroc

Les difficultés qu’éprouverait la France dans la gestion du dossier de rapatriement des immigrés clandestins de son territoire seraient imputables au manque collaboration des...

Visas français : voici pourquoi les frais de demande ne sont pas remboursables

L’ambassade de France à Rabat a expliqué dans une lettre en réponse à celle de la Fédération marocaine des droits du consommateur (FMDC), pourquoi les frais de demande de visas...

Ces articles devraient vous intéresser :