Affaire Omar Radi : la réponse d’Amnesty International au Maroc

5 juillet 2020 - 14h30 - Maroc - Ecrit par : S.A

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

Amnesty International a donné suite à la requête du chef du gouvernement, Saâdeddine El Otmani lui demandant de lui fournir les "preuves matérielles" de ses allégations sur le Maroc. Selon l’organisation, les autorités marocaines auraient, à l’aide du logiciel d’espionnage Pegasus, piraté le téléphone du journaliste et militant Omar Radi condamné en mars dernier pour avoir critiqué le verdict prononcé par un magistrat contre des membres du "Hirak".

Amnesty International déclare avoir "envoyé (vendredi) au gouvernement marocain une lettre confirmant les résultats de ses recherches et fournissant davantage de détails sur sa méthodologie de recherche", peut-on lire dans un communiqué publié sur le site de l’organisation, samedi.

"Les éléments de preuve d’Amnesty International ont été recueillis grâce à notre analyse technique de l’iPhone du journaliste marocain Omar Radi qui a révélé des traces d’attaques par ‘injection de réseau’. Cela était conforme à l’enquête d’octobre 2019 d’Amnesty International, qui a détaillé le ciblage des défenseurs marocains des droits humains Maati Monjib, notamment par des attaques par injection de réseau, et Abdessadak El Bouchattaoui utilisant le logiciel espion Pegasus, une technologie de surveillance produite par la société NSO Group", affirme l’organisation.

"(…) En outre, les preuves techniques que les chercheurs de l’organisation ont extraites du téléphone d’Omar Radi indiquent clairement que Pegasus a été installé avec une forme particulière d’attaque numérique identifiée dans nos rapports comme une ‘injection de réseau’, ce qui a nécessité un effet de levier sur les opérateurs mobiles du pays pour mettre sur écoute Omar, soit une connexion Internet mobile que seul un gouvernement peut autoriser", précise Amesty international.

Suite aux allégations de l’organisation, les autorités marocaines ont dénoncé "une campagne de diffamation internationale injuste" inspirée par "un agenda n’ayant aucun lien avec la défense des droits de l’Homme" et un "acharnement systématique et continu" d’Amnesty contre "les intérêts du Maroc".

Réagissant à ces allégations, Amnesty Intenational dénonce, à son tour, "une tentative de discréditer une solide recherche sur les droits de l’Homme qui a révélé une série d’incidents de surveillance illégaux utilisant des produits du groupe NSO". "Au lieu de s’engager de manière constructive avec les conclusions de notre rapport, les autorités choisissent de poursuivre l’attaque contre le messager", a déclaré Heba Morayef, directrice d’Amnesty International pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord.

Sujets associés : Amnesty international (AI) - Saâdeddine El Othmani - Omar Radi

Suivez Bladi.net sur Google News

Aller plus loin

Affaire Omar Radi : le Maroc réclame des preuves à Amnesty International

Les autorités marocaines ont démenti les allégations d’Amnesty International selon lesquelles elles avaient espionné le journaliste Omar Radi. Elles exigent des...

Maati Monjib, inculpé pour blanchiments de capitaux

L’historien Maati Monjib est inculpé pour blanchiment de capitaux. Il s’agit d’une saisine du Parquet suite à la plainte de l’Unité de traitement du renseignement financier...

La photo d’un ancien détenu du Hirak émeut la toile

L’ancien détenu du Hirak du Rif, El Mortada lamrachen, n’a eu d’autre choix que de sortir dans la rue pour vendre des bricoles. Tout comme son défunt père, il a été contraint de...

Procès d’Omar Radi : le journaliste retourne au tribunal le 29 octobre

Le procès le journaliste Omar Radi, pour « ébriété publique » avec « injures » avec un de ses collègues Imad Stitou, lui, en liberté, s’est ouvert jeudi devant le tribunal de...

Nous vous recommandons

Amnesty international (AI)

Migrants à Sebta : Amnesty international critique le Maroc et l’Espagne

À Ceuta, on enregistre ces derniers jours de multiples scènes d’expulsions forcées et de violences commises par les forces de l’ordre espagnoles qui jettent en mer des personnes migrantes parmi lesquelles de nombreux enfants vulnérables. C’est du moins...

Amnesty International dénonce « la stigmatisation des musulmans » en France

Dans une tribune, Cécile Coudriou, présidente d’Amnesty Internationalalerte sur "la stigmatisation des musulmans" en France et appelle à protéger les droits humains.

Affaire Omar Radi : la réponse d’Amnesty International au Maroc

Amnesty International a donné suite à la requête du chef du gouvernement, Saâdeddine El Otmani lui demandant de lui fournir les "preuves matérielles" de ses allégations sur le Maroc. Selon l’organisation, les autorités marocaines auraient, à l’aide du...

Amnesty International demande à Pedro Sanchez d’évoquer les droits de l’homme avec le Maroc

La section Espagne d’Amnesty International (AI) a invité mercredi le président du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, à évoquer la question du respect des droits de l’homme lors de son voyage au Maroc prévu ce...

RSF appelle à l’arrêt du harcèlement d’Omar Radi

Reporters sans frontières réagit à l’interpellation du journal Omar Radi. Pour RSF, les autorités marocaines doivent mettre fin au harcèlement du journaliste.

Saâdeddine El Othmani

Maroc : la réunion du conseil national du PJD reportée

La session extraordinaire du Conseil national du Parti de la justice et du développement (PJD) qui devait se tenir, dimanche 27 décembre 2020, a été reportée sine die. C’est ce qu’a annoncé Driss El Azami, président de ce...

Réunion de haut niveau Maroc-Espagne le mois prochain

Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez est attendu à Rabat le 17 décembre prochain. Avec le chef du gouvernement, Saad Eddine El Othmani, il va coprésider la 12ᵉ réunion de haut niveau Maroc-Espagne, après la 11ᵉ qui s’était déroulée dans la capitale...

Le Maroc fait un grand pas vers l’état civil électronique

Le projet de loi relatif à l’état civil a été adopté jeudi par le Conseil de gouvernement présidé par le chef de l’exécutif, Saad Eddine El Otmani.

El Othmani tente maladroitement de calmer la colère de l’Algérie

Le chef du gouvernement, Saâdeddine El Othmani tente de calmer la colère de l’Algérie. Il a réagi au soutien d’Omar Hilale, représentant permanent du Maroc auprès des Nations Unies au » vaillant peuple kabyle », un des griefs pour lesquels Alger dit avoir...

Absence de certains cadres PJD aux élections : retraite politique ou peur d’échouer ?

Plusieurs membres influents du Parti de la Justice et du Développement (PJD) ne seront pas en lice pour les prochaines législatives prévues pour septembre. Retraite politique ou peur d’échouer ? Des observateurs se sont prononcés sur la...

Omar Radi

Les avocats de Raissouni et Radi exigent leur liberté conditionnelle

Les journalistes Souleiman Raissouni et Omar Radi, tous deux poursuivis pour agression sexuelle, sont en détention provisoire depuis près d’un an. Leurs avocats continuent de se battre pour leur remise en liberté...

Omar Radi, finaliste du prix Liberté de la Région Normandie

Le journaliste marocain Omar Radi fait partie des trois finalistes de la troisième édition du prix Liberté de la Région Normandie. À cause de la pandémie du coronavirus, le jury composé de 30 jeunes âgés de 15 à 25 ans se sont réunis en visio-conférence, le...

Le procès du journaliste marocain Omar Radi renvoyé au 27 avril

A peine ouvert, la cour d’appel de Casablanca a suspendu et renvoyé au 27 avril le procès du journaliste Omar Radi poursuivi pour « viol » et espionnage, et en prison depuis fin juillet 2020.

Le Maroc accusé d’avoir espionné des journalistes marocains, algériens et français

Le Maroc a utilisé le logiciel Pegasus pour espionner des journalistes marocains, algériens et français. C’est ce que révèle une enquête menée par le Forbidden Stories et ses partenaires, dont Amnesty...

Omar Radi restera en prison

La chambre criminelle de la cour d’appel de Casablanca a rejeté une nouvelle fois, la demande de liberté provisoire du journaliste Omar Radi, accusé d’espionnage et de viol et en détention préventive depuis huit mois. Toutefois, le journaliste est autorisé...