Un homme tué par ses explosifs à Casablanca, trois blessés

12 mars 2007 - 12h11 - Maroc - Ecrit par :

Un Marocain a été tué par le déclenchement d’explosifs qu’il portait sous ses vêtements dans la nuit de dimanche à lundi dans un cybercafé de Casablanca, indiquent des responsables des forces de sécurité. L’explosion a également fait trois blessés.

Des responsables de la sécurité ont refusé de parler d’un attentat suicide avant plus amples vérifications.

L’explosion, qui n’a pas été revendiquée, s’est produite dans le quartier de Sidi Moumen, celui des 13 kamikazes des attentats de Casablanca qui avaient tué 32 autres personnes en 2003.

L’homme mort s’était disputé avec le propriétaire du café et l’explosion s’est produite alors qu’ils en venaient aux mains, ont indiqué les responsables de la sécurité.

"L’homme avait l’habitude de consulter des sites djihadistes et la dispute a été provoquée par la décision du propriétaire de lui interdire cette fois de regarder un tel matériel de propagande", a déclaré l’un d’eux, souhaitant rester anonyme.

Un témoin de la scène qui avait tenté de s’enfuir a été interpellé par la police. Celle-ci a découvert des explosifs sur ce témoin et a entrepris de l’interroger.

"Nous ne savons pas si l’explosion est un attentat suicide ou si l’engin explosif a été déclenché par inadvertance pendant la dispute", a expliqué le responsable des forces de l’ordre.

"L’enquête continue et nous espérons que l’homme interpellé va parler et éclaircir un peu cette affaire, notamment pour savoir si l’homme muni d’explosifs planifiait un attentat ailleurs."

L’individu qui s’est fait répond du nom de Abdelfettah Raydi, né en 1984 à Casablanca. Sans profession, il avait été condamné en 2003 à 5 ans de prison dans le cadre de la loi anti-terroriste. Il avait bénéficié en 2005 de la grâce royale. Son complice, Youssef Khoudri, qui est hospitalisé, est né en 1989.

Etat d’alerte

Le Maroc est en alerte depuis une série d’attentats à la bombe le mois dernier en Algérie voisine.

Les gouvernements du Maghreb redoutent que la violence s’étende au-delà des frontières de l’Algérie depuis que le Groupe salafiste pour la prédication et le combat s’est rebaptisé branche d’Al Qaïda pour le Maghreb islamique avec l’objectif de fusionner avec d’autres organisations similaires.

La police marocaine a arrêté Saad Houssaini, chef du comité militaire du Groupe islamique combattant du Maroc (GICM), qu’elle soupçonne d’avoir joué un rôle dans les attentats de Casablanca en mai 2003 et ceux de Madrid en mars de l’année suivante, a-t-on appris vendredi auprès des services de sécurité.

Les experts estiment que le GICM figure parmi des petites factions d’activistes qui ont rejoint la mouvance Al Qaïda.

De sources proches de la sécurité, on déclare que la police recherche des activistes de la nébuleuse qui pourraient s’être infiltrés au Maroc en provenance d’Algérie.

Le Maroc a soutenu la guerre lancée par les Etats-Unis contre le terrorisme après les attentats du 11 septembre 2001 à New York et Washington.

Reuters

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Casablanca - Terrorisme - Attentats de Casablanca

Ces articles devraient vous intéresser :

Au Maroc, la lutte contre le blanchiment d’argent rapporte

Le Maroc mène efficacement la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. En tout, près de 11 milliards de dirhams ont été saisis en 2022.

Le Maroc, bon élève en matière de lutte antiterroriste

Le Maroc affiche l’un des niveaux de sécurité antiterroriste les plus élevés au monde. Avec un score de 0,757, le royaume est classé 83ᵉ dans la catégorie des pays les plus épargnés des actes terroristes, selon l’édition 2023 de l’Indice mondial du...

Blanchiment d’argent : Le Maroc serre la vis et ça paye

La lutte contre les activités de blanchiment des capitaux et de financement du terrorisme connaît des progrès significatifs au Maroc. En témoigne le nombre de déclarations de soupçon reçues par l’Autorité nationale du renseignement financier (ANRF) en...

Latifa Ibn Ziaten : « J’ai réussi à sauver beaucoup de jeunes, de familles… »

11 ans après l’assassinat de son fils, le maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten poursuit son combat pour la paix et la promotion du dialogue et du respect mutuel.

Coup de filet au Maroc contre une cellule terroriste planifiant des attaques

Cinq individus, âgés entre 22 et 46 ans, soupçonnés d’appartenir à l’organisation terroriste Daesh et de préparer des attentats contre des installations vitales et des institutions sécuritaires, ont été arrêtés par les forces de sécurité marocaines.

Projet d’attentat déjoué au Maroc : Treize individus arrêtés par le BCIJ

Treize personnes ont été arrêtées par le Bureau Central d’Investigations Judiciaires (BCIJ), jeudi dernier. Soupçonnés d’être partisans de l’organisation terroriste « État islamique », les individus ont été arrêtés lors d’opérations menées dans...

Décès de Malika El Aroud, « La Veuve noire du Jihad »

Malika El Aroud, condamnée pour terrorisme en 2008, est décédée à l’âge de 64 ans. Cette femme, qui avait la double nationalité belge et marocaine, avait été déchue de sa nationalité belge en 2017 pour avoir « gravement manqué à ses devoirs de...

Une cellule préparant des attentats au Maroc démantelée

Le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ), se basant sur des informations fournies par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), a annoncé le démantèlement d’une cellule terroriste liée à l’organisation Daech. Cette...

Le Maroc frappe un grand coup dans la lutte contre le terrorisme

Une cinquantaine d’individus ont été arrêtés mercredi au Maroc lors d’une importante opération visant des membres présumés de groupes djihadistes.

Terrorisme au Maroc : une lutte permanente depuis 2003

L’extrémisme islamiste au Maroc a été marqué par cinq moments forts, dont notamment les attentats de Casablanca en 2003 et 2007, le printemps arabe en 2011, et la création de l’État islamique (EI) en 2014. Pour lutter contre le phénomène, les autorités...