Blanchiment d’argent : Le Maroc serre la vis et ça paye

6 avril 2024 - 12h30 - Economie - Ecrit par : S.A

La lutte contre les activités de blanchiment des capitaux et de financement du terrorisme connaît des progrès significatifs au Maroc. En témoigne le nombre de déclarations de soupçon reçues par l’Autorité nationale du renseignement financier (ANRF) en 2022.

En 2022, l’Autorité nationale du renseignement financier (ANRF) a reçu, un total de 5 208 déclarations de soupçon liées à des cas de blanchiment de capitaux-financement du terrorisme (BC-FT), soit une hausse de 52,7 % par rapport à 2021. D’après les deux guides expliquant le processus d’identification des risques et les mesures de vigilance à appliquer dès l’entrée en relation avec un client potentiel que l’Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale qui accompagne le secteur de la retraite dans l’implémentation d’un dispositif efficace de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme a publiés, les déclarations de soupçon portant sur les cas de blanchiment d’argent culminent à 5 171, soit une progression de 53,76 % par rapport à l’année 2021. L’ANRF a, elle, reçu 37 déclarations liées au financement du terrorisme.

À lire :Rapport sur le blanchiment : le Maroc excelle, l’Algérie s’enfonce

S’agissant du nombre de déclarations de soupçons liées au blanchiment de capitaux, il est passé de 1 059 en 2018 à 5 171 en 2022, ce qui représente une hausse de 388 %. « Cette augmentation reflète les efforts déployés par l’Autorité avec ses partenaires des secteurs financier et non financier et l’ensemble des acteurs du dispositif national de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, qui se sont matérialisés au cours de l’année 2022, par la tenue de réunions périodiques pour assurer le suivi et l’enrichissement de dossiers avec les personnes assujetties des secteurs financier et non financier, en coordination avec les Autorités de supervision et de contrôle », indique l’ANRF.

À lire :Blanchiment d’argent : le Maroc sort de la liste grise de l’Europe

Avec 34,4 % des déclarations reçues en 2022, le secteur bancaire (banques conventionnelles, banques Offshore et banques participatives) se hisse en tête des pourvoyeurs de déclarations de soupçon. Il est suivi par les établissements de paiement (services de paiement et transfert de fonds), avec une part de 29,7 % des déclarations de soupçons reçues en 2022. Par ailleurs, des déclarations de soupçon liées au secteur non financier au processus des déclarations ont été reçues pour la première fois en 2022.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Terrorisme - Administration - Blanchiment d’argent

Aller plus loin

Des gendarmes marocains jugés pour blanchiment d’argent

24 gendarmes dont des colonels-majors et des colonels seront jugés pour blanchiment d’argent. Leur première audience devant le tribunal de première instance à Rabat a été reportée.

Blanchiment d’argent : le Maroc sort de la liste grise de l’Europe

La Commission européenne vient d’annoncer le retrait du Maroc de la liste grise de l’Union européenne des pays sous surveillance en matière de blanchiment de capitaux et de...

Rapport sur le blanchiment : le Maroc excelle, l’Algérie s’enfonce

Un récent rapport du Basel Institute of Governance révèle que le Maroc figure parmi les pays les moins exposés aux risques de blanchiment d’argent et de financement du...

Blanchiment d’argent : de nouvelles règles pour les agences immobilières

Le Maroc continue de renforcer son dispositif de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Un nouvel arrêté vient d’être pris pour imposer de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc simplifie encore plus les procédures administratives

Le gouvernement entend simplifier et digitaliser prochainement quelque 2500 procédures. C’est ce qu’a déclaré Ghita Mezzour, ministre de la Transition numérique et de la réforme de l’administration, à la Chambre des représentants.

Les Marocains libres de choisir le prénom de leurs enfants, sous certaines conditions

Les officiers marocains de l’état civil sont à présent dans l’obligation d’accepter temporairement les prénoms déclarés, y compris ceux en contradiction avec la loi, contrairement aux pratiques antérieures, selon un décret qui vient d’être publié.

Le Maroc lance une opération de régularisation sur les avoirs détenus à l’étranger

L’Office de Changes informe les personnes physiques et morales résidentes au Maroc, disposant d’une résidence fiscale, d’un siège social ou d’un domicile fiscal au Maroc, et ayant constitué des avoirs et liquidités à l’étranger avant le 1ᵉʳ janvier...

Blanchiment d’argent : Le Maroc serre la vis et ça paye

La lutte contre les activités de blanchiment des capitaux et de financement du terrorisme connaît des progrès significatifs au Maroc. En témoigne le nombre de déclarations de soupçon reçues par l’Autorité nationale du renseignement financier (ANRF) en...

Blanchiment d’argent : le Maroc attend toujours la décision du GAFI

Le Groupe d’action financière (GAFI), organisme international de lutte contre le blanchiment d’argent a annoncé que la décision de faire sortir le Maroc de la liste grise n’est pas encore prise. Les bonds qualitatifs du pays ont, affirme-t-on, été...

Accord fiscal Maroc-OCDE : Le gouvernement rassure les MRE

Le porte-parole du gouvernement marocain, Mustapha Baïtas, a voulu rassurer les Marocains résidant à l’étranger (MRE) au sujet de l’échange automatique d’informations financières et fiscales, signé par le royaume avec l’OCDE à Paris le 25 juin 2019.

Décès de Malika El Aroud, « La Veuve noire du Jihad »

Malika El Aroud, condamnée pour terrorisme en 2008, est décédée à l’âge de 64 ans. Cette femme, qui avait la double nationalité belge et marocaine, avait été déchue de sa nationalité belge en 2017 pour avoir « gravement manqué à ses devoirs de...

Marrakech veut en finir avec la mendicité et les SDF

La ville de Marrakech mène une lutte implacable contre la mendicité professionnelle et le sans-abrisme, qui porte déjà ses fruits. À la manœuvre, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) et la brigade touristique.

Au Maroc, la lutte contre le blanchiment d’argent rapporte

Le Maroc mène efficacement la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. En tout, près de 11 milliards de dirhams ont été saisis en 2022.

Blanchiment des capitaux : le Maroc prêt à recevoir les évaluateurs du GAFI

Les efforts déployés par le Maroc dans la lutte contre le blanchiment de capitaux seront passés au peigne fin à partir du 16 janvier, par les examinateurs et évaluateurs du Groupe d’action financière (GAFI). La sortie du royaume de la liste grise du...