Rapport sur le blanchiment : le Maroc excelle, l’Algérie s’enfonce

20 novembre 2023 - 07h00 - Economie - Ecrit par : S.A

Un récent rapport du Basel Institute of Governance révèle que le Maroc figure parmi les pays les moins exposés aux risques de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme dans la région MENA. Son voisin de l’Est, l’Algérie est revanche l’un des pays à « haut risque ».

Avec un score de 4,69 points, le Maroc occupe le 103ᵉ rang mondial parmi 152 pays évalués. C’est ce qui ressort de la 12ᵉ édition du « Basel Anti-Money Laundering Index 2023 ». Au niveau de la région MENA, le royaume se hisse à la 3ᵉ place derrière la Tunisie (un score de 4,59 points), ce qui fait de lui l’un des pays les moins exposés aux risques de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme. Le Maroc est suivi par Bahreïn (4,82 points) et la Jordanie qui détient un score de 4,90 points. L’Algérie n’a pas fait mieux que le Maroc. Le voisin de l’Est est classé parmi les pays à « haut risque » avec un score de 7,22 points, aux côtés des Émirats arabes unis (5,74) et l’Arabie saoudite (5,38).

À lire : Blanchiment d’argent : le Maroc sort de la liste grise de l’Europe

Avec des scores respectifs de 2,87, 2,96 et 3 points, l’Islande, la Finlande et l’Estonie forment le top 3 des pays les moins exposés au blanchiment d’argent dans le monde. À l’inverse, Haïti (8,24 points), le Tchad (8,14 points) et le Myanmar (8,13 points) sont les pays présentant le plus grand risque de blanchiment de capitaux. À préciser que la moyenne mondiale du niveau de risque de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme a augmenté de 5,25 en 2022 à 5,31 en 2023, sur une échelle de 1 à 10, 10 représentant le risque maximal.

À lire :Blanchiment des capitaux : le Maroc prêt à recevoir les évaluateurs du GAFI

Pour élaborer son classement, l’indice Basel évalue les pays au moyen de 18 indicateurs de risque de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme, répartis dans cinq domaines clés que sont : la qualité du cadre de lutte contre le blanchiment d’argent, le niveau de corruption et de pots-de-vin, la transparence et normes financières, la transparence et responsabilité publiques, ainsi que les risques juridiques et politiques.

À lire :Du blanchiment d’argent dans les casinos marocains ?

L’Institut Basel appelle par ailleurs les pays à redoubler d’efforts pour comprendre les risques en constante évolution liés aux crimes financiers, notamment avec l’émergence de nouvelles technologies. « La conformité aux normes du GAFI dans ce domaine a chuté de 20 points de pourcentage au cours des deux dernières années », est-il précisé.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Algérie - Mena - Blanchiment d’argent

Aller plus loin

Blanchiment des capitaux : le Maroc prêt à recevoir les évaluateurs du GAFI

Les efforts déployés par le Maroc dans la lutte contre le blanchiment de capitaux seront passés au peigne fin à partir du 16 janvier, par les examinateurs et évaluateurs du...

Du blanchiment d’argent dans les casinos marocains ?

Les casinos sont dans le viseur des autorités marocaines. Seraient-ils devenus des lieux bénis pour le blanchiment d’argent ?

Au Maroc, la lutte contre le blanchiment d’argent rapporte

Le Maroc mène efficacement la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. En tout, près de 11 milliards de dirhams ont été saisis en 2022.

Blanchiment d’argent : le Maroc sort de la liste grise de l’Europe

La Commission européenne vient d’annoncer le retrait du Maroc de la liste grise de l’Union européenne des pays sous surveillance en matière de blanchiment de capitaux et de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Blanchiment d’argent : le Maroc attend toujours la décision du GAFI

Le Groupe d’action financière (GAFI), organisme international de lutte contre le blanchiment d’argent a annoncé que la décision de faire sortir le Maroc de la liste grise n’est pas encore prise. Les bonds qualitatifs du pays ont, affirme-t-on, été...

Le Maroc lance une opération de régularisation sur les avoirs détenus à l’étranger

L’Office de Changes informe les personnes physiques et morales résidentes au Maroc, disposant d’une résidence fiscale, d’un siège social ou d’un domicile fiscal au Maroc, et ayant constitué des avoirs et liquidités à l’étranger avant le 1ᵉʳ janvier...

Blanchiment d’argent : des notaires, avocats et adouls marocains sanctionnés

Des campagnes d’inspection et de contrôle menées par un comité spécial du ministère de la Justice ont révélé l’implication de notaires, d’avocats et d’adouls dans des réseaux de blanchiment d’argent.

Blanchiment des capitaux : le Maroc prêt à recevoir les évaluateurs du GAFI

Les efforts déployés par le Maroc dans la lutte contre le blanchiment de capitaux seront passés au peigne fin à partir du 16 janvier, par les examinateurs et évaluateurs du Groupe d’action financière (GAFI). La sortie du royaume de la liste grise du...

Blanchiment d’argent : le Maroc sort de la liste grise de l’Europe

La Commission européenne vient d’annoncer le retrait du Maroc de la liste grise de l’Union européenne des pays sous surveillance en matière de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme. Cette décision fait suite à l’évaluation effectuée...

Au Maroc, la lutte contre le blanchiment d’argent rapporte

Le Maroc mène efficacement la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. En tout, près de 11 milliards de dirhams ont été saisis en 2022.

Immobilier au Maroc : les notaires contrôleront la provenance de l’argent

Les notaires marocains ont décidé de prendre une part active dans la lutte contre le blanchiment d’argent dans l’immobilier.

Maroc : des barons de la drogue profitent de la légalisation de la culture du cannabis

La récente légalisation de la culture du cannabis à usage thérapeutique au Maroc serait déjà source de malaise. Des observateurs alertent sur la survie de la filière, évoquant des craintes de blanchiment d’argent par des barons de la drogue.

Accord fiscal Maroc-OCDE : Le gouvernement rassure les MRE

Le porte-parole du gouvernement marocain, Mustapha Baïtas, a voulu rassurer les Marocains résidant à l’étranger (MRE) au sujet de l’échange automatique d’informations financières et fiscales, signé par le royaume avec l’OCDE à Paris le 25 juin 2019.