Les autorités marocaines veulent des villes sûres

8 juillet 2021 - 17h20 - Economie - Ecrit par : J.K

De lourdes menaces planent sur les villes marocaines. Entre constructions hors norme, risques industriels, incendies, aléas naturels, urbanisation et autres, la mise en place de règles d’aménagement du territoire et de construction est plus qu’indispensable.

Avec l’instauration des réglementations, les conditions de vie des habitants des zones urbaines pourraient s’améliorer et les villes seront plus fonctionnelles et plus productives, sans oublier qu’elle favorisera l’adaptation au changement climatique et la réduction des risques de catastrophe, et révélera l’importance des investissements. De plus, les réglementations en termes de bâti présentent l’un des meilleurs moyens pour réduire les risques relatifs à l’aménagement du territoire et à la construction.

Depuis plusieurs années déjà, le Maroc s’est engagé dans le renforcement de son environnement réglementaire afin de favoriser la construction de bâtiments plus rassurants, plus sains et plus résistants. La Banque mondiale accompagne également le royaume dans ses décisions, principalement à travers le programme pour la gestion intégrée des risques de catastrophe et la résilience (2016-2021). Ce programme a été soutenu par plusieurs structures dont le tandem Japon-Banque mondiale.

Toutefois, malgré les multiples efforts et progrès, il reste énormément à faire. Ainsi, les autorités marocaines doivent mettre en place un « plan d’action stratégique de renforcement du cadre régulateur ». Elles doivent également mettre en place des instruments d’un bon rapport coût-efficacité pour alléger les risques. Par ailleurs, eu égard à l’importance du chantier, les autorités marocaines envisagent de rassembler l’administration centrale et régionale afin de pallier les insuffisances réglementaires. De son côté, Abdallah Nassif, directeur par intérim de la Direction de la gestion des risques de catastrophe, compte bien soutenir les actions à mettre en place dans ce sens. Quant à la Banque mondiale, elle poursuivra la mobilisation des parties prenantes dans les domaines concernés et servira de guide au gouvernement marocain dans la législation et la réglementation.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immobilier - Japon - Banque mondiale - Nature - Environnement - Développement

Aller plus loin

Constructions : Jusqu’à 200 dossiers annuels par architecte

Le torchon brûle entre l’Agence urbaine de Casablanca et les architectes. Une enquête menée par les services de l’Agence révèle que plusieurs cabinets traitent plus de 200...

Maroc : un délai pour la régularisation des habitats non conformes

Dans l’objectif d’aider les familles qui logent dans les habitats anarchiques ou non réglementaires, à se conformer à la loi, en logeant dans des constructions de bonne facture,...

Berrechid : ouverture d’une enquête sur les constructions anarchiques

Le gouverneur de la province de Berrechid a diligenté une enquête sur les constructions anarchiques qui sont l’œuvre de certains élus locaux. Véritable danger pour les...

Ces grands chantiers qui vont transformer le Maroc cette année

Outre la poursuite des chantiers en cours, le Maroc veut mettre en œuvre de grands projets cette année 2021. Ces projets vont changer la physionomie du royaume.

Ces articles devraient vous intéresser :

L’incertitude plane sur le marché immobilier marocain

L’offre immobilière partout au Maroc serait abondante et les prix abordables, selon les professionnels et les notaires. La réalité est pourtant toute autre.

L’immobilier au Maroc augmente encore au 3e trimestre

L’indice des prix des actifs immobiliers (IPAI) s’est apprécié, en glissement annuel, de 1,3 % au troisième trimestre de 2022. C’est ce que précisent Bank Al-Maghrib (BAM) et l’Agence nationale de la conservation foncière du cadastre et de la...

L’inclusion des MRE à l’aide au logement passe mal

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) peuvent bénéficier de l’aide directe au logement au même titre que les Marocains résidant au Maroc, ce qui n’est pas du goût de bon nombre d’internautes. Certains d’entre eux n’hésitent pas à appeler à...

Safi : le maire s’octroie un garage en douce, la colère gronde

Le président de la commune urbaine d’Asfi a construit sans autorisation préalable un garage souterrain pour sa maison de deux étages, en chantier dans le quartier Miftah Al Rahma, suscitant l’indignation et la colère des résidents et des défenseurs des...

Marocains, n’oubliez pas de déclarer les revenus fonciers

Le dépôt de la déclaration de revenus fonciers soumis à l’impôt sur le revenu (IR) et le paiement dudit impôt, doivent être effectués au plus tard le 29 février, a prévenu la Direction générale des impôts (DGI).

Les MRE bénéficient d’une exonération fiscale pour l’achat de logements sociaux

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) peuvent bénéficier d’une exonération fiscale lorsqu’ils achètent un logement social, à condition de remplir les critères énoncés dans le Code général des impôts, a affirmé Nadia Fettah, ministre de l’Économie...

Le FMI confirme un prêt pour le Maroc

Le Maroc bénéficiera d’un prêt de 1,3 milliard de dollars du Fonds monétaire international (FMI) pour soutenir sa transition écologique et renforcer sa résilience face aux catastrophes naturelles.

Maroc : une deuxième usine géante de dessalement en projet à Nador

Le Maroc se prépare à lancer un appel d’offres pour une nouvelle usine de dessalement d’eau de mer à Nador, d’une capacité de 250 millions de mètres cubes par an, a annoncé Nizar Baraka, ministre de l’Eau et de l’Équipement.

Carrières de sable illégales au Maroc : de hauts responsables pointés du doigt

De hauts responsables figurent parmi les exploitants « clandestins » de carrières de sable qui commercialisent du sable de mauvaise qualité partout au Maroc. D’ailleurs, cette activité échappe à la taxation imposée dans la loi de finances 2023.

Maroc : des coupures d’eau envisagées

Alors que le Maroc subit actuellement sa sixième année de sécheresse consécutive, le gouvernement envisage de prendre des décisions radicales pour rationaliser l’eau potable.