Les autorités marocaines veulent des villes sûres

8 juillet 2021 - 17h20 - Ecrit par : J.K

De lourdes menaces planent sur les villes marocaines. Entre constructions hors norme, risques industriels, incendies, aléas naturels, urbanisation et autres, la mise en place de règles d’aménagement du territoire et de construction est plus qu’indispensable.

Avec l’instauration des réglementations, les conditions de vie des habitants des zones urbaines pourraient s’améliorer et les villes seront plus fonctionnelles et plus productives, sans oublier qu’elle favorisera l’adaptation au changement climatique et la réduction des risques de catastrophe, et révélera l’importance des investissements. De plus, les réglementations en termes de bâti présentent l’un des meilleurs moyens pour réduire les risques relatifs à l’aménagement du territoire et à la construction.

Depuis plusieurs années déjà, le Maroc s’est engagé dans le renforcement de son environnement réglementaire afin de favoriser la construction de bâtiments plus rassurants, plus sains et plus résistants. La Banque mondiale accompagne également le royaume dans ses décisions, principalement à travers le programme pour la gestion intégrée des risques de catastrophe et la résilience (2016-2021). Ce programme a été soutenu par plusieurs structures dont le tandem Japon-Banque mondiale.

Toutefois, malgré les multiples efforts et progrès, il reste énormément à faire. Ainsi, les autorités marocaines doivent mettre en place un « plan d’action stratégique de renforcement du cadre régulateur ». Elles doivent également mettre en place des instruments d’un bon rapport coût-efficacité pour alléger les risques. Par ailleurs, eu égard à l’importance du chantier, les autorités marocaines envisagent de rassembler l’administration centrale et régionale afin de pallier les insuffisances réglementaires. De son côté, Abdallah Nassif, directeur par intérim de la Direction de la gestion des risques de catastrophe, compte bien soutenir les actions à mettre en place dans ce sens. Quant à la Banque mondiale, elle poursuivra la mobilisation des parties prenantes dans les domaines concernés et servira de guide au gouvernement marocain dans la législation et la réglementation.

Tags : Immobilier - Japon - Banque mondiale - Nature - Environnement - Développement

Aller plus loin

Maroc : un délai pour la régularisation des habitats non conformes

Dans l’objectif d’aider les familles qui logent dans les habitats anarchiques ou non réglementaires, à se conformer à la loi, en logeant dans des constructions de bonne facture, le...

Ces grands chantiers qui vont transformer le Maroc cette année

Outre la poursuite des chantiers en cours, le Maroc veut mettre en œuvre de grands projets cette année 2021. Ces projets vont changer la physionomie du...

Berrechid : ouverture d’une enquête sur les constructions anarchiques

Le gouverneur de la province de Berrechid a diligenté une enquête sur les constructions anarchiques qui sont l’œuvre de certains élus locaux. Véritable danger pour les habitants,...

Constructions : Jusqu’à 200 dossiers annuels par architecte

Le torchon brûle entre l’Agence urbaine de Casablanca et les architectes. Une enquête menée par les services de l’Agence révèle que plusieurs cabinets traitent plus de 200 dossiers...

Nous vous recommandons

Marrakech : les touristes irrités par la hausse vertigineuse des prix

À Marrakech, les prix s’envolent au grand désarroi des citoyens et même des touristes qui ne comprennent pas cette surenchère entretenue par des commerçants cupides et des prestataires qui gonflent à souhait le coût de leurs différents...

Abdelmadjid Tebboune répond au roi Mohammed VI

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune attend la réaction du Maroc après que l’Algérie a rappelé son ambassadeur pour consultation. Une décision qui faisait suite au soutien d’Omar Hilale, représentant permanent du royaume auprès des Nations Unies, au «...

Le Front Polisario menace à nouveau le Maroc

Le chef politique du Front Polisario et membre de son bureau permanent, Jatri Adduh, a déclaré samedi qu’il continuera la guerre contre le Maroc tant que le l’ONU ne prendra pas ses responsabilités pour conduire à terme à une solution au conflit au...

Achraf Hakimi attaqué par l’extrême droite

L’international marocain Achraf Hakimi s’est attiré les foudres de l’extrême droite française, suite à son entretien pour le journal l’Équipe. Il a affirmé que c’est la présence d’une forte communauté arabe et musulmane qui lui a permis une intégration...

Casablanca : la fête de la bière sera bel et bien organisée

C’est confirmé. La première édition de la fête de la bière aura bel et bien lieu le 28 octobre prochain à Casablanca. La rumeur selon laquelle l’évènement est annulé est fausse. Toutefois, il ne sera pas ouvert au...

En Ukraine, une étudiante marocaine échappe à un viol

Fuyant la guerre russo-ukrainienne, Doha, étudiante marocaine de 23 ans, a parcouru 1 676 km de Kharkov à Budapest avant de prendre un vol pour Casablanca. Un périple difficile au cours de laquelle elle a échappé à un...

« Le Maroc ne renoncera jamais à Ceuta et Melilla »

Javier Otazu, ancien correspondant de l’agence EFE à Rabat et actuellement en poste à New York, estime que le Maroc tient au Sahara et a réussi à faire changer d’avis l’Espagne sur cette question, mais ne renoncera jamais à sa revendication sur Ceuta et...

Le Maroc impose le cachet d’entrée pour les habitants de Melilla

La déléguée du gouvernement à Melilla, Sabrina Moh, a annoncé que les autorités marocaines vont imposer le cachet d’entrée sur les passeports aux habitants de la ville autonome désireux de traverser la frontière pour se rendre dans le...

Maroc : voici les principales mesures prises pour éviter les pénuries d’eau

Pour faire face à la pénurie d’eau, le gouvernement a demandé aux autorités locales et régionales de prendre des mesures urgentes pour réduire le gaspillage de l’eau, voire de rationner sa consommation.

Sahara : l’Allemagne se rapproche de la position du Maroc

L’Allemagne estime que la proposition d’autonomie est une contribution importante de la part du Maroc pour résoudre le différend autour du Sahara.