Belliraj débale tout

5 août 2008 - 19h48 - Belgique - Ecrit par : L.A

Jugée au tout début assez énigmatique, voire trop louche par une bonne couche de sceptiques attitrés, la fameuse affaire Belliraj est loin d’être en train d’accoucher d’une souris. Le feuilleton est en passe de devenir de plus en plus passionnant. On le doit au personnage principal, Abdelkader Belliraj qui aura donc fini par se départir de son silence volontaire et de ses esquives voulues.

Il s’avère donc que c’est un réseau et pas des moindres qui s’était investi dans ce que quelques lugubres protagonistes avaient bien voulu baptiser « le projet jihadiste » visant le Maroc.

Un réseau où se mêlent « le Mouvement des moujahidines du Maroc » et « Le groupe marocain combattant » entre autres ramifications et entités terroristes, le tout en étroite liaison avec « Al Qaïda » et son sinistre projet pour « le Maghreb islamique », version obscurantiste, bien évidemment.

Il est question de tout un arsenal, en effet. De toute évidence, le projet de déstabiliser au plus haut le pays devait être entouré de toutes les conditions de succès. Et pour faire le plus de mal et le plus grand nombre de victimes, il faut beaucoup d’armes.

Ledit Belliraj, électricien de son état, installé depuis des lustres en Belgique, au point d’en avoir obtenu allègrement la nationalité, n’était apparemment pas le genre de type à s’occuper de ses fusibles et autres fils électriques. Mais il avait un tout autre hobby bien plus passionnant (plus lucratif ?) et qui consistait à entremêler d’autres fils et à tisser une gigantesque trame de relations en parcourant et l’Europe, Belgique, Pays-Bas, Allemagne notamment, et le Moyen-Orient et en particulier la Syrie, le Liban et l’Irak, en passant par la Turquie, l’Afghanistan ou l’Arabie Saoudite, avec comme plaque tournante, surtout pour ce qui est du trafic d’armes, l’Algérie.

Les enquêteurs sont aujourd’hui en mesure d’avancer grâce aux aveux de quelques-uns parmi la quarantaine de prévenus et à leur tête Belliraj, lui-même, que c’est du côté de Casablanca que se trouve le plus grand nombre de caches d’armes, de même que du côté d’Oujda ou de Nador, comme l’avait déjà prouvé la découverte de celles enfouies dans un puits près de Nador.

Belliraj affirme donc avoir été mis au parfum, et dans le coup, par un compatriote résidant comme lui à Bruxelles, connu surtout pour s’appliquer, alors, à collecter des fonds au profit des salafistes d’ici. Les destinataires, cette fois, étaient tout aussi salafistes, mais d’un look assez particulier. Ni la traditionnelle barbe assez fournie, ni la gandoura afghane courte et austère. La fameuse « taquiya », donc : Une sorte d’esquive, ou de feinte très prisée, dans le cas en espèce, la fin justifiant les moyens.

Quelques noms revenaient assez souvent dans les révélations de Belliraj et surtout celui d’Abdelaziz Nouamani, et de Mohamed Guerbouzi, et leurs rencontres qui se faisaient assez fréquentes avec pour objectif déclaré, le renversement du régime au Maroc en passant par des actions terroristesde grande ampleur, selon les dires même du principal accusé dans cette affaire.

L’enquête judiciaire a désormais établi que le réseau Belliraj était en rapport avec « Al-Qaïda », « Le groupe islamique marocain », « Le groupe salafiste de la prédication et du combat » et « Hizbollah » avec à la clé, toute une stratégie pour perpétrer les forfaits prémédités et pour atteindre les buts visés. Ladite stratégie se basant sur l’action « militaire » à la charge d’un groupe devant faire usage des armes à sa disposition pour mettre le pays à feu et à sang, mais aussi sur une participation trompeuses à la vie politique et associative du pays. Et c’est à ce niveau qu’interviendrait l’implication des « politiques » mêlés à une affaire qui devrait réserver d’autres surprises.

Le parti « Al Badil Al Hadari » désormais dissout, et celui d’« Al Oumma » (ou mouvement pour la Nation) qui s’est vu définitivement refusé l’aval de l’Etat pour être reconnu en tant que tel, seraient-ils, à la lurette de toutes ces révélations plus que jamais sur la sellette ? L’enquête semble bien aller dans ce sens, même si beaucoup se refusent à le croire.

La trêve judiciaire ne sera sûrement pas de tout repos pour tout le monde. Il va falloir attendre l’après-Ramadan, le mois d’octobre donc, pour en savoir plus avec l’ouverture du procès d’une affaire qui n’a pas fini de surprendre.

Source : Libération - Mohamed Benarbia

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Belgique - Terrorisme - Procès - Abdelkader Belliraj

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc, bon élève en matière de lutte antiterroriste

Le Maroc affiche l’un des niveaux de sécurité antiterroriste les plus élevés au monde. Avec un score de 0,757, le royaume est classé 83ᵉ dans la catégorie des pays les plus épargnés des actes terroristes, selon l’édition 2023 de l’Indice mondial du...

Latifa Ibn Ziaten : « J’ai réussi à sauver beaucoup de jeunes, de familles… »

11 ans après l’assassinat de son fils, le maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten poursuit son combat pour la paix et la promotion du dialogue et du respect mutuel.

Blanchiment d’argent : Le Maroc serre la vis et ça paye

La lutte contre les activités de blanchiment des capitaux et de financement du terrorisme connaît des progrès significatifs au Maroc. En témoigne le nombre de déclarations de soupçon reçues par l’Autorité nationale du renseignement financier (ANRF) en...

Décès de Malika El Aroud, « La Veuve noire du Jihad »

Malika El Aroud, condamnée pour terrorisme en 2008, est décédée à l’âge de 64 ans. Cette femme, qui avait la double nationalité belge et marocaine, avait été déchue de sa nationalité belge en 2017 pour avoir « gravement manqué à ses devoirs de...

Au Maroc, la lutte contre le blanchiment d’argent rapporte

Le Maroc mène efficacement la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. En tout, près de 11 milliards de dirhams ont été saisis en 2022.

Le Maroc frappe un grand coup dans la lutte contre le terrorisme

Une cinquantaine d’individus ont été arrêtés mercredi au Maroc lors d’une importante opération visant des membres présumés de groupes djihadistes.

Projet d’attentat déjoué au Maroc : Treize individus arrêtés par le BCIJ

Treize personnes ont été arrêtées par le Bureau Central d’Investigations Judiciaires (BCIJ), jeudi dernier. Soupçonnés d’être partisans de l’organisation terroriste « État islamique », les individus ont été arrêtés lors d’opérations menées dans...

Coup de filet au Maroc contre une cellule terroriste planifiant des attaques

Cinq individus, âgés entre 22 et 46 ans, soupçonnés d’appartenir à l’organisation terroriste Daesh et de préparer des attentats contre des installations vitales et des institutions sécuritaires, ont été arrêtés par les forces de sécurité marocaines.

Terrorisme au Maroc : une lutte permanente depuis 2003

L’extrémisme islamiste au Maroc a été marqué par cinq moments forts, dont notamment les attentats de Casablanca en 2003 et 2007, le printemps arabe en 2011, et la création de l’État islamique (EI) en 2014. Pour lutter contre le phénomène, les autorités...

Une cellule préparant des attentats au Maroc démantelée

Le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ), se basant sur des informations fournies par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), a annoncé le démantèlement d’une cellule terroriste liée à l’organisation Daech. Cette...