Beni Mellal : elle promettait des offres d’emplois fictives contre 5000 DH

20 février 2021 - 11h40 - Maroc - Ecrit par : I.L

Une jeune arnaqueuse a été interpellée par la police judiciaire relevant de la Sûreté de Beni Mellal. Elle promettait des emplois fictifs à ses victimes contre 5000 DH.

A 25 ans, cette jeune femme déscolarisée au cours primaire et célibataire a réussi à tromper plusieurs personnes en quête d’emplois. Elle profitait de ses rencontres fortuites pour proposer des emplois aux chômeurs dans des entreprises de sous-traitance chargée de la sécurité, du gardiennage et de la cuisine avec de vrais contrats de travail, un salaire régulier et tout autre avantage. Elle réclamait à ces « clients » une photocopie de la carte d’identité nationale et d’autres documents administratifs, ainsi qu’une commission de cinq mille dirhams.

Une fois la commission reçue, elle disparaissait et ne donnait plus signe de vie. Alertée par les plaintes successives des victimes, la police judiciaire relevant de la Sûreté de Beni Mellal a ouvert une enquête qui a permis de l’identifier et de l’interpeller. Par ailleurs, des dossiers de candidature de ces victimes ont été saisis lors des perquisitions menées à son domicile.

Sujets associés : Corruption - Beni Mellal - Arrestation

Aller plus loin

Marrakech : elle a détourné 2 millions de dirhams du palais d’un prince du Qatar

Accusée par son employeur d’abus de confiance, falsification et destruction de documents commerciaux, la responsable de la gestion du compte du palais d’un prince du Qatar a été...

Maroc : une affaire de corruption secoue le ministère de la Santé

Le ministère de la Santé est secoué par une grosse affaire de corruption concernant des appareils défectueux, acquis à prix d’or. Le dossier de fraude a ébruité suite à une...

Bruxelles : une offre d’emploi excluant les femmes voilées

Encore une offre d’emploi à caractère discriminatoire dénoncée par Patrick Charlier, le directeur d’Unia, le centre inter-fédéral contre les discriminations. Un avis de...

Des infirmières condamnées pour avoir escroqué des patients du Covid-19

Deux infirmières en poste à l’hôpital Ibn Baja de Taza ont écopé d’une peine de 12 mois de prison ferme chacune. Elles ont été poursuivies pour une série de vols commis à...

Ces articles devraient vous intéresser :

Parlement européen : le Maroc aurait offert des séjours à la Mamounia

La députée socialiste Marie Arena et l’ex-eurodéputé italien Antonio Panzeri, visés dans le scandale au parlement européen, auraient bénéficié en 2015 d’un séjour de luxe à l’hôtel La Mamounia de Marrakech, tous frais payés par les autorités marocaines.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Soupçons de corruption par le Maroc au Parlement européen

Le scandale de corruption qui secoue le Parlement européen continue de livrer ses secrets. Le Maroc est, lui, aussi soupçonné d’avoir sollicité des eurodéputés pour qu’ils interviennent en sa faveur notamment sur la question du Sahara.

Affaire Rachid M’Barki : les ramifications d’un réseau d’influence

L’affaire Rachid M’Barki du nom de l’ex-présentateur franco-marocain du journal de la nuit de BFMTV, mis en examen pour « corruption passive » et « abus de confiance » n’a pas fini de livrer tous ses secrets.

Maroc : 217 personnes interpellées grâce à la ligne téléphonique anti-corruption

Lancée il y a trois ans, la ligne téléphonique anti-corruption du Ministère public reçoit plus de 100 appels par jour, selon Ghita Mezzour, ministre de la transition numérique et de la réforme de l’Administration.

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

L’Europe cherche à punir le Maroc

L’éclatement du scandale de corruption au Parlement européen doublé d’une résolution relevant la détérioration des droits de l’Homme est à l’origine des nouvelles tensions entre le Maroc et l’Europe. Cette dernière cherche-t-elle à punir le royaume ?

Maroc : des élus communaux corrompus révoqués

Le ministre de l’Intérieur Abdelouafi Laftit part en croisade contre la corruption au sein des collectivités territoriales. Il a instruit les walis et gouverneurs à l’effet de révoquer les présidents de communes qui sont en situation de conflits...

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Le Maroc fait la chasse au détournement de l’argent public

Le gouvernement marocain fait de la restitution de l’argent détourné, ainsi que la lutte contre les crimes financiers et la corruption ses priorités et entend mener plusieurs actions dans ce sens, afin de sanctionner sévèrement ceux qui détournent des...