Maroc : directeur de banque, mais surtout escroc

30 avril 2021 - 19h00 - Maroc - Ecrit par : J.D

Le directeur d’une agence bancaire à Témara ainsi que son complice, un militaire, impliqués tous deux dans une affaire de falsification en échange de crédits bancaires, ont été placés lundi en détention préventive à la prison de Salé.

Selon Assabah, le directeur en question, cerveau d’une bande organisée, était de mèche avec le militaire qui lui fournissait les documents falsifiés afin de constituer des dossiers de demande de crédits au nom de soldats des Forces armées royales. Une fois, les dossiers transmis à la banque, ils sont validés par le directeur de la banque puis transmis au siège central pour approbation, détaille la même source. Dès que le quitus est donné par la hiérarchie, poursuit le quotidien, les fonds accordés sont débloqués et transférés sur le compte du militaire qui fait le dispatching. Le cadre de la banque recevait de fortes sommes d’argent en guise de pots-de-vin au terme de ces opérations.

Le quotidien souligne que les opérations frauduleuses se déroulaient sans accroc entre les deux individus jusqu’au jour où le militaire s’est retrouvé au cœur de persistants soupçons de falsifications d’attestations de travail et de salaire. Le pot aux roses a été découvert après une enquête rigoureusement menée sous la supervision du procureur général.

Les recherches et vérifications ont conduit les enquêteurs sur la piste du responsable d’agence bancaire qui n’a pu dissimuler les nombreuses violations constatées par la Commission centrale de supervision sur le traitement des dossiers relatifs à l’obtention de prêts et leur validation malgré leur caractère illicite.

Les mis en cause ont été placés lundi dernier en détention provisoire à la prison de Salé par le juge d’instruction chargé des crimes financiers près la cour d’appel de Rabat.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Corruption - Enquête - Témara - Prison de Salé - Arrestation

Aller plus loin

L’intelligence économique : un outil de performance économique et un facteur de compétitivité du Maroc

Grâce à la crise sanitaire actuelle, l’intelligence économique s’impose comme un outil de performance économique et un facteur de compétitivité pour le Maroc. Y aller ou périr,...

Casablanca : un autre scandale immobilier pointe à l’horizon

Les scandales n’ont pas fini d’éclabousser le secteur immobilier au Maroc. Dernier en date, un projet immobilier d’une trentaine de villas dans la région de Casablanca, bâti sur...

Lutte contre la corruption : l’Instance de la probité bientôt une réalité

Le projet de loi relatif à l’Instance de la probité, adopté mardi par la commission de la justice à la première Chambre après plusieurs mois de blocage, sera probablement...

Beni Mellal : elle promettait des offres d’emplois fictives contre 5000 DH

Une jeune arnaqueuse a été interpellée par la police judiciaire relevant de la Sûreté de Beni Mellal. Elle promettait des emplois fictifs à ses victimes contre 5000 DH.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : 30 députés éclaboussés par des affaires de corruption

Au total, 30 députés marocains sont poursuivis par la justice en leur qualité de président de commune pour leur implication présumée dans des affaires de corruption, de dilapidation de deniers publics, de chantage, et de falsification de documents...

Corruption au Maroc : Les chiffres alarmants

La lutte contre la corruption ne produit pas de résultats encourageants au Maroc qui est mal logé dans les classements mondiaux depuis quatre ans.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Hafid Derradji accuse la CAF de corruption à cause du Maroc

Le commentateur sportif algérien de beIN Sports, Hafid Derradji, affirme que la Confédération africaine de football (CAF) a attribué l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2025 au Maroc et n’hésite pas à accuser l’organisation de...

Maroc : les tribunaux submergés après la levée des mesures restrictives

Depuis que l’amélioration de la situation épidémiologique au Maroc a entraîné l’assouplissement des mesures restrictives, la vie a repris dans les tribunaux avec une hausse considérable du nombre de plaintes, procès et affaires pénales.

Corruption au Maroc : les chiffres qui révèlent l’étendue des dégâts

Une étude de l’Instance Nationale de la Probité, de la Prévention et de la Lutte contre la Corruption (INPPLC) dresse un état des lieux préoccupant de la corruption au Maroc.

Affaire Rachid M’Barki : les ramifications d’un réseau d’influence

L’affaire Rachid M’Barki du nom de l’ex-présentateur franco-marocain du journal de la nuit de BFMTV, mis en examen pour « corruption passive » et « abus de confiance » n’a pas fini de livrer tous ses secrets.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Parlement européen : le Maroc aurait offert des séjours à la Mamounia

La députée socialiste Marie Arena et l’ex-eurodéputé italien Antonio Panzeri, visés dans le scandale au parlement européen, auraient bénéficié en 2015 d’un séjour de luxe à l’hôtel La Mamounia de Marrakech, tous frais payés par les autorités marocaines.

L’Europe cherche à punir le Maroc

L’éclatement du scandale de corruption au Parlement européen doublé d’une résolution relevant la détérioration des droits de l’Homme est à l’origine des nouvelles tensions entre le Maroc et l’Europe. Cette dernière cherche-t-elle à punir le royaume ?