Recherche

Booder parle de la santé fragile de son fils dès sa naissance

© Copyright : DR

3 octobre 2020 - 14h00 - Marocains du monde

L’humoriste Booder parle rarement de la vie de sa petite famille, surtout celle de son fils de neuf ans qui, dans sa plus tendre enfance, a eu une santé fragile. L’humoriste avoue avoir vécu des jours difficiles.

Booder s’est plus révélé à ceux qui ne le connaissaient pas durant le confinement. C’était à travers de petites séquences vidéos à travers lesquelles il partageait les souffrances par lesquelles il est passé en essayant de travailler avec son fils à la maison.

Dans les vidéos, il prenait toujours soin de cacher le visage de son fils, parce qu’il a toujours faire preuve de discrétion sur sa vie de famille.«  C’est mon jardin secret. Je ne veux pas non plus donner de détail sur ma vie amoureuse. Je suis assez pudique en fait. En dehors de la scène, je ne suis pas Booder le comique. D’ailleurs, je suis rarement dans les soirées show-biz. Tu me verras plus à Aubervilliers que chez Costes  », rapporte closermag.fr.

Pour ce qui est de la santé de son fils, l’artiste raconte que c’est un enfant qui a été souvent malade, surtout dès les premiers mois de sa vie. «  Je me suis concentré sur lui, surtout qu’il a eu des bronchites à répétition. À l’époque, j’ai vu ma vie défiler, persuadé qu’il passerait, comme moi, son enfance avec des problèmes pulmonaires  », a-t-il déclaré.

Dans un précédent entretien accordé au site public.fr, Booder avait déclaré que lorsqu’il était né en août 1978, au Maroc, le médecin avait annoncé à sa famille qu’il ne passerait pas l’hiver parce qu’il avait des poumons trop petits qui l’empêchaient de bien respirer. Les parents défiant le diagnostic établi, ont décidé de le faire hospitaliser à Paris, afin de lui donner une chance de guérison. Un sacrifice consenti par les parents et qui a porté ses fruits. Booder est bien vivant et fait rire ses fans.

L’humoriste confie qu’il est très proche de ses parents et qu’il est resté vivre avec eux jusqu’à ses trente ans. Il se sentait à l’aise, aimé et en sécurité et a eu du mal à quitter le nid familial. Mais il lui a fallu s’en aller pour affronter seule la vie, son public, précise la même source.

Mots clés: Booder , France , Témoignage

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact