Carte amputée du Sahara : Netanyahu s’excuse, mais la colère marocaine perdure

6 juin 2024 - 13h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Malgré les excuses du Premier ministre Benjamin Netanyahu au Maroc, la polémique continue d’enfler autour de la carte du Maroc amputée du Sahara. 

« Bien que la provocation de Netanyahu envers les Marocains avec la carte ’puisse être involontaire’, elle intervient à un moment où certains observateurs signalent un “effondrement” de la normalisation entre le Maroc et Israël, depuis le 7 octobre dernier », marquant le début d’une nouvelle guerre entre l’État hébreu et le mouvement palestinien du Hamas », analyse Le Monde. Pour le journal français, il y a bel et bien « effondrement de la normalisation » entre le Maroc et Israël. Pour étayer son argumentation, il note que la diplomatie parlementaire entre les deux pays a atteint une « impasse ». La publication évoque également la suspension des réunions gouvernementales, ainsi que des vols directs entre les deux pays. S’agissant des échanges commerciaux, ils se poursuivent entre le Maroc et Israël, mais cette fois « sans publicité », ainsi que la coopération militaire, qui constitue le cœur du rapprochement entre Rabat et Tel Aviv, fait-on savoir.

À lire :Benyamin Netanyahou s’excuse auprès du Maroc

Interrogé sur le « but final » d’Israël à Gaza, lors d’un entretien diffusé sur la chaîne LCI, Benjamin Netanyahu a appuyé son argumentaire en montrant une carte du Maroc amputée du Sahara, provoquant la colère du peuple marocain. Son bureau a tenté de couper court à la polémique. « Le gouvernement israélien reconnaît la souveraineté du Royaume du Maroc sur l’ensemble de ses territoires et toutes les cartes officielles dans le bureau du Premier ministre ont été corrigées en conséquence », a-t-il précisé dans un post sur X (ex-Twitter), admettant « une erreur regrettable ». Le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, Hassan Kaabia, s’est confondu lui en excuse pour cette « erreur involontaire ». « En raison d’une erreur non intentionnelle, une grande controverse médiatique a éclaté concernant la carte utilisée par Benjamin Netanyahu, qui montrait le Maroc sans son Sahara », a-t-il expliqué.

À lire :Sahara : Benyamin Netanyahou provoque à nouveau le Maroc

Aussi, a-t-il tenu à clarifier au roi Mohammed VI, ainsi qu’à son peuple bien-aimé et à son gouvernement que « le Maroc est dans son Sahara jusqu’à ce que Dieu hérite de la Terre ». Et de rassurer : « Israël ne reviendra pas sur sa reconnaissance historique de la souveraineté marocaine sur le Sahara ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Diplomatie - Normalisation Maroc Israël - Rabat

Aller plus loin

Benyamin Netanyahou s’excuse auprès du Maroc

Le Premier ministre Benyamin Netanyahou a réitéré la reconnaissance israélienne de la marocanité du Sahara après avoir provoqué un tollé à Rabat en montrant une carte du Maroc...

Réaction de Benjamin Netanyahu sur une carte du Maroc sans le Sahara (vidéo)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a dû s’expliquer sur la présence d’une carte du Maroc amputée de son Sahara dans son bureau lors de l’accueil de son homologue italienne,...

Sahara : Benyamin Netanyahou provoque à nouveau le Maroc

Une interview du Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, diffusée jeudi sur une chaîne française, a provoqué une vague d’indignation au Maroc. En effet, lors de son...

Benjamin Netanyahu fait l’éloge du roi Mohammed VI

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a rendu hommage au roi Mohammed VI à l’occasion de la célébration du 24ᵉ anniversaire de son accession au trône. Il a par...

Ces articles devraient vous intéresser :

Mohammed VI et le pari gagnant de l’ouverture en Afrique

Le Maroc a connu une croissance économique assez soutenue depuis 2000, après l’accession au trône du roi Mohammed VI. Le royaume prend des mesures pour attirer les investissements étrangers et devenir une grande puissance régionale.

Youssef Amrani officiellement ambassadeur du Maroc auprès de l’UE

Nommé en octobre 2021 par le roi Mohammed VI au poste d’ambassadeur du Maroc auprès de l’Union européenne, Youssef Amrani aurait reçu en cette fin d’année, l’accord des instances européennes pour démarrer sa mission.

Le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères attendu au Maroc

Le sommet des pays signataire des Accords d’Abraham qui se tiendra au mois de mars pourrait connaître la participation d’Eli Cohen, le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères.

Mémorandum d’entente entre l’ONEE et la société israélienne Mekorot

L’Office national de l’eau et de l’électricité (ONEE) et son homologue israélien Mekorot ont signé, jeudi à Marrakech, un mémorandum d’entente portant sur les projets de développement et d’assainissement de l’eau potable.

Les MRE confrontés à un durcissement des conditions d’envoi de fonds depuis l’Europe

Face au durcissement des autorités européennes sur les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE), le wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri appelle à une action diplomatique d’envergure.

Maroc : pressions pour rompre les relations avec Israël

Alors que Israël intensifie sa riposte contre le mouvement palestinien du Hamas, de nombreux Marocains multiplient les appels à rompre les relations diplomatiques entre le Maroc et l’État hébreu. Au Maroc, de nouvelles manifestations ont été organisées...

Maroc-Israël : deux ans de relations fructueuses, selon Alona Fisher-Kamm

Mardi a été célébré le deuxième anniversaire de la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une occasion pour Alona Fisher-Kamm, cheffe par intérim du bureau de liaison de Tel-Aviv à Rabat, de faire le bilan de ce rapprochement.

Maroc : une pétition pour mettre fin aux relations avec Israël

Mustapha Baitas, porte-parole du gouvernement, s’est expliqué sur le refus d’accès à la présidence du gouvernement aux universitaires, juristes et des personnalités politiques venus mercredi pour déposer une pétition appelant à mettre fin à la...

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.