Les célèbres conteurs de la place Jemaa El Fna en voie d’extinction

5 juin 2008 - 23h25 - Ecrit par : L.A

Les fameux conteurs de la célèbre place Jemaâ El Fna de Marrakech, espace culturel classé en 2001 par l’Unesco parmi les chefs-d’oeuvres du patrimoine oral et immatériel de l’humanité, sont en voie de disparition. "Le destin des conteurs, c’est l’extinction", déclare sans ambages Abdelhay Nafiî, responsable de "l’Association des professionnels de la halqa pour le spectacle et le patrimoine". La halqa désigne le cercle des spectateurs autour du conteur.

"Les maîtres conteurs sont morts, et ce qu’on raconte aujourd’hui, c’est les légendes de la fin des temps", dit ironiquement un nostalgique vendeur de brochettes, d’une soixantaine d’années.

Le fumet des grillades attire en début de soirée les touristes marocains et étrangers transformant cet espace multicolore créé au XVIe siècle en un gigantesque restaurant à ciel ouvert.

Les cartomanciennes, les charmeurs de serpents, groupes de musique afro-musulmane "Gnaoua", les prestidigitateurs, guérisseurs, dresseurs de singes et marchands de toutes sortes de boissons, potions et parfums s’y pressent.

Mais point de conteurs. "Nous en voyons un quelquefois, un seul, qui tient sa halqa devant Café France mais aujourd’hui il n’est pas venu", indique au journaliste de l’AFP un marchand de jus d’oranges, scrutant la place du haut de son siège.

"En 1970, il y avait 18 conteurs, aujourd’hui, il n’en reste plus que sept", se lamente Mohamed Bariz (49 ans), l’un des derniers survivants. Barbe grisonnante, grosses lunettes optiques, ce formidable narrateur des Mille et une nuits et des grandes épopées arabes avoue ne se rendre que très rarement à Jemaâ El Fna, où il s’installe en général pour "expérimenter des adaptations orales de textes littéraires contemporains".

"La télévision, notamment les dessins animés, remplacent les contes que les parents racontaient lors des veillées à leurs enfants, et qui les faisaient rêver", dit-il. "Les jeunes ne veulent pas prendre la relève : ce métier est ardu à apprendre et rapporte peu. C’est beaucoup plus dur que le chant ou la percussion car il faut capter l’attention des auditeurs avec les mots", explique-t-il.

Une polémique a opposé certains conteurs à la mairie de Marrakech, par voie de presse, sur de supposées "primes" de l’Unesco destinées à être versées aux conteurs. "Nous gagnions bien notre vie avant que l’Unesco s’intéresse à cette place, car après chaque épisode d’un conte, le public se montrait généreux. Maintenant, ils nous rétorquent : <>", indique le conteur.

Or, aucune rémunération n’a été attribuée, assure à l’AFP Philippe Queau, directeur du bureau de l’Unesco à Rabat. "Nous n’avons accordé aux conteurs aucune subvention d’ordre pécuniaire. Ce que nous avions financé, ce sont des opérations pédagogiques dans les écoles de la région de Marrakech, auxquelles certains conteurs ont participé à titre individuel", précise-t-il.

"L’Unesco est très intéressée par la préservation du patrimoine immatériel de la place Jemaâ El Fna", affirme M. Queau. "Mais les mesures de protection, c’est à l’Etat marocain de les prendre, et à sa demande, nous pourrions intervenir à un niveau technique", poursuit-il.

Pour le conteur Mohamed Bariz, si l’on veut sauver cet art séculaire, il faut créer une école pour former de jeunes conteurs et leur octroyer un "salaire mensuel symbolique" et une couverture médicale.

Source : AFP - Abdelfettah Fakihani

Tags : Marrakech - Patrimoine - Unesco

Nous vous recommandons

Angers : Sofiane Boufal propose une diminution de son salaire

Dans une interview accordée à l’Équipe, l’international marocain Sofiane Boufal a abordé plusieurs sujets concernant sa carrière, dont la baisse de son salaire largement relayée par les médias français.

Le parcours d’Ayoub, un jeune Marocain déterminé à réussir en France

Arrivé en France en 2021, Ayoub, un jeune Marocain, se bat de jour comme de nuit pour réussir sa vie. Malgré les obstacles qui se dressent sur son chemin, l’espoir ne l’a jamais quitté.

France : feu vert pour le vaccin AstraZeneca inoculé au Maroc

La France reconnaît désormais le vaccin AstraZeneca fabriqué en Inde (Covishield) et inoculé au Maroc. Un soulagement pour les Marocains vaccinés souhaitant se rendre dans ce pays.

Le salafiste Hassan el Kettani insulte les habitants d’Al Hoceima

Le salafiste Hassan el Kettani fait encore parler de lui. Il vient de qualifier les habitants d’Al Hoceima de damnés en raison du séisme qui a récemment frappé la région.

Carburants : baisse des prix à la pompe

Ce vendredi, les stations-services au Maroc ont baissé les prix du carburant, suite à la baisse des cours internationaux. Après avoir atteint un record, les prix de l’essence et du gasoil sont repassés sous la barre des 14 dirhams le...

CAN 2022 : grosse prime pour les joueurs marocains

La Fédération royale marocaine de football (FRMF) a décidé d’attribuer de belles primes à tous les joueurs pour chaque tour de la Coupe d’Afrique des nations (CAN 2022).

L’évasion des Marocains d’un avion planifiée sur Facebook

Alors qu’il a décollé de Casablanca au Maroc pour Istanbul en Turquie, l’Airbus A320 de la compagnie Air Arabia Maroc, a été dérouté vers Palma de Majorque en Espagne. Depuis, la police espagnole mène des investigations pour savoir si la raison ayant provoqué...

Maroc : construction d’une usine de maintenance d’avions militaires

En coopération avec la société aérospatiale belge Blue Berry et l’Américain Lockheed Martin, une usine militaire sera construite au Maroc en vue de renforcer son industrie de défense.

La France ne jouera pas le médiateur entre l’Espagne et le Maroc

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a indiqué vendredi qu’il ne revient pas à la France de faire la médiation entre l’Espagne et le Maroc. Il reste confiant que les deux pays surmonteront cette crise dans le « dialogue » et de...

Arrivée annoncée des touristes israéliens au Maroc

Le lancement des vols directs entre Israël et le Maroc dès dimanche 25 juillet se précise. Les professionnels du secteur s’attendent à accueillir 50 000 touristes israéliens dans le royaume.