Maroc/ Fin de la contrebande à Sebta et Melilla : quid des chantiers de développement ?

26 octobre 2020 - 20h00 - Espagne - Ecrit par : J.K

Depuis la fermeture des frontières de Sebta et Melilla, des milliers de contrebandiers n’ont plus de sources de revenu. Les chantiers de développement décidés par le gouvernement marocain, en alternative, se font toujours attendre.

Pour lutter contre le problème de la contrebande vivrière, le gouvernement marocain avait décidé de fermer les frontières de Sebta et de Melilla. Ainsi, "le Maroc a franchi une étape importante pour arrêter la contrebande, en raison de ses pertes économiques et sociales", a indiqué le président de l’Observatoire du nord pour les droits de l’Homme (ONDH), Mohamed Benaïssa, cité par H24info.

Les pertes directes pour le Maroc ont atteint plus de 700 millions d’euros par an, non compris "les moyens matériels et financiers mis en place par le Maroc pour organiser cette activité et que les sources espagnoles oublient de souligner, occultant ainsi l’ampleur des pertes marocaines" a relevé Mohamed Benaïssa, ajoutant que plusieurs dizaines de "femmes mulets" meurent à cause de cette activité où s’enregistrent de nombreuses violations des droits de l’Homme.

Les commerçants espagnols pour leur part, indiquent que le commerce permet aux régions voisines marocaines d’avoir un bénéfice d’" environ 70 millions d’euros par an" et d’exporter vers le Maroc plus de 44 millions d’euros en produits divers. De plus, " Melilla dépense 15 millions d’euros par an en services fournis aux Marocains qui se rendent à l’enclave " et " plus de 14 millions d’euros supplémentaires pour porter assistance aux mineurs qu’accueille la ville ", rapporte la même source, citant leur confédération.

Avec les fermetures des deux frontières, à cause de la pandémie et qui risquent de ne plus servir de liaison pour ce commerce, le gouvernement a décidé de construire une zone franche à Fnideq. Mais l’ouvrage tarde à prendre corps. Pour le moment, "il est urgent de trouver des solutions immédiates pour les régions touchées",fait valoir Mohamed Benaïssa.

Sujets associés : Ceuta (Sebta) - Melilla - Contrebande - Chômage

Aller plus loin

Melilla condamnée à coopérer avec le Maroc

Melilla n’a pas d’autre choix que de préserver ses relations économiques et commerciales avec le Maroc. C’est du moins ce qu’affirment des spécialistes qui ont nourri des...

Ceuta : 500 enfants marocains errent dans la ville, dont 40 filles

Près de 500 enfants et adolescents migrants d’origine marocaine, sans accompagnement parental, sont désormais enregistrés dans les différents centres reconnus à cet effet, à...

L’aide précieuse apportée à l’Espagne par le Maroc

De 2018 à 2019, le Maroc est resté un allié de taille qui aide l’Espagne à réduire l’immigration clandestine.

8 millions de dirhams pour venir en aide aux "femmes-mulets"

L’attente a été très longue pour les milliers de "femmes-mulets" à Nador. Un accord cadre, visant à venir en aide aux femmes en situation de précarité, a finalement été signé...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc face au casse-tête des vendeurs ambulants

Malgré les actions mises en œuvre par les autorités marocaines, le phénomène de marchands ambulants, communément appelés "ferrachas", résiste au temps.

Le moral des Marocains continue de baisser

À fin juin, le moral de Marocains a continué à se dégrader, atteignant son niveau le plus bas jamais enregistré. Les ménages affichent leur pessimisme sur leur situation financière et l’évolution du niveau de vie.

Les contrebandiers profitent de l’opération Marhaba (MRE)

L’opération Marhaba dédiée aux Marocains résidant à l’étranger est une opportunité pour certains commerçants qui n’hésitent pas à passer en contrebande des marchandises à caractère commercial ou prohibé.

Maroc : légère baisse du taux de chômage à fin juin

Le taux de chômage au Maroc a baissé de 0,4 point à fin juin au niveau national, selon la ministre de l’Économie et des finances.

Le chômage continue de baisser au Maroc

Le nombre de chômeurs au Maroc a baissé à 11,2 % au deuxième trimestre au niveau national. Un rythme qui ralentit par rapport au premier trimestre de l’année selon le Haut-Commissariat au Plan (HCP).

Maroc : l’informel met à genoux les magasins de sport

Dans le secteur du sport en plein essor au Maroc, l’informel gagne du terrain. Les professionnels, mécontents, tirent la sonnette d’alarme.