Espagne : le PP dénonce la gestion « catastrophique » du dossier Brahim Ghali

2 juin 2021 - 17h20 - Espagne - Ecrit par : A.P

Le Parti Populaire (PP) a dénoncé mercredi, la gestion « catastrophique » du dossier Brahim Ghali par le gouvernement de Pedro Sánchez, et appelé à la démission « immédiate » de la ministre des Affaires étrangères, Arancha González Laya.

Par la voix de son secrétaire général, Teodoro García Egea, le parti a demandé la démission « immédiate » de la ministre des Affaires étrangères, pour sa gestion « catastrophique » de l’affaire Brahim Ghali et l’absence de communication sur l’arrivée en Espagne et le départ du leader du Front Polisario.

« Je pense que la ministre des Affaires étrangères doit démissionner immédiatement. Ce dossier a généré une crise diplomatique de premier ordre avec le Maroc et le gouvernement a montré qu’il n’avait aucun poids en matière de politique étrangère », a déclaré García Egea dans une interview accordée à TVE rapportée par Europa Press. Le départ de Ghali a été aussi géré « avec obscurantisme », fait observer García Egea qui soutient que le gouvernement a fait une « gestion désastreuse de cette affaire ».

Le leader du Front Polisario a été admis en avril, à l’hôpital de Logroño en Espagne sous une fausse identité. Accusé de torture, génocide, viol et enlèvement, il a comparu mardi 1ᵉʳ juin par visioconférence à la Haute cour nationale, avant de quitter l’Espagne, en direction de l’Algérie.

Sujets associés : Espagne - Brahim Ghali

Aller plus loin

Espagne : le gouvernement évite de répondre aux questions de l’opposition sur l’affaire Ghali

Le gouvernement espagnol est resté laconique dans sa réponse écrite aux questions de l’opposition qui demandait des précisions sur l’accueil en Espagne, pour raison humanitaire,...

Affaire Brahim Ghali : le début d’une longue crise entre l’Espagne et le Maroc

La crise entre le Maroc et l’Espagne, née après l’accueil de Brahim Ghali dans un hôpital à Logroño, n’est pas près de connaitre son épilogue. Ce dimanche, Arancha González...

Que retenir de la première audition de Brahim Ghali ?

L’audition de Brahim Ghali, leader du Polisario accusé de tortures, de viols et d’atteintes aux droits de l’Homme a bel et bien eu lieu ce 1ᵉʳ juin par visioconférence. Il a été...

Un responsable algérien qualifie le Maroc d’«  État voyou  »

Saïd Ayachi, président du Comité algérien de soutien au peuple sahraoui (CNASPS) a réagi à l’évacuation du leader du Polisario, Brahim Ghali, à son retour en Algérie et à la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Attaque marocaine de drone : Le Polisario décrète trois jours de deuil

Le chef du Polisario, Brahim Ghali, vient de décréter trois jours de deuil, après le décès vendredi d’un haut responsable militaire et trois miliciens dans une attaque marocaine.

Brahim Ghali dénonce le « silence complice » de l’ONU sur les «  abus  » du Maroc

Le secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, a accusé le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, de maintenir un « silence complice et injustifiable » sur «  la violation par le Maroc du cessez-le-feu  », menaçant qu’il n’y...

Brahim Ghali s’en prend à nouveau au Maroc

Le président de la « République arabe sahraouie démocratique » (RASD), Brahim Ghali, a mis en garde lundi contre les politiques hostiles du Maroc dans la région, allusion faite à son alliance avec Israël.

Le Polisario dit « accepter la paix » mais ne veut pas « déposer les armes »

Le Front Polisario a déclaré qu’il est pleinement engagé pour une paix juste, mais aussi pour la défense, par « tous les moyens légitimes », du droit inaliénable du peuple sahraoui à l’autodétermination.

Sahara : Brahim Ghali menace (encore) le Maroc

Le président de la « République arabe sahraouie démocratique (RASD) » et secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, a réitéré la volonté des Sahraouis de coopérer avec tous les pays voisins pour préserver « la paix et la sécurité » dans la...