Le barron de la drogue El Nene arrêté à Sebta

24 avril 2008 - 20h34 - Espagne - Ecrit par : L.A

Un des plus gros bonnets de la drogue au Maroc et en Espagne, qui s’était échappé d’une prison marocaine il y a cinq mois, a été arrêté à Sebta sur ordre d’Interpol, a annoncé jeudi la police espagnole. La police de Sebta a arrêté Mohamed T.A., plus connu sous le nom d’El Nene, qui s’était échappé en décembre de la prison de haute sécurité de Kenitra, à 40 km au nord de Rabat, où il purgeait une peine de huit ans de prison pour trafic international de stupéfiants.

El Nene est considéré comme l’un des plus gros trafiquants internationaux de haschisch, a indiqué la police espagnole dans un communiqué. Sa fortune est estimée à au moins 30 millions d’euros, selon ce communiqué. Il circulait en voiture dans le centre de Sebta quand les forces de l’ordre espagnoles l’ont arrêté.

Une source sécuritaire marocaine a précisé à Rabat que l’arrestation de Mohamed Taïeb Ahmed Ouazzani a eu lieu mercredi soir à Sebta à la demande pressante des autorités marocaines, via Interpol. "Le Maroc s’est déjà adressé à l’Espagne pour obtenir son extradition. Cette arrestation confirme l’excellente coopération maroco-espagnole en matière de lutte contre la délinquance, le crime organisé et le terrorisme", a ajouté cette source.

Contacté par l’AFP, le porte-parole du gouvernement marocain Khalid Naciri s’est exclamé : "C’est une nouvelle extraordinaire".

Né dans un quartier pauvre de Sebta le 27 août 1975, il a rejoint très tôt le milieu de la pègre. Arrêté en août 2003, il avait été condamné à huit ans de prison en mai 2004 pour trafic de drogue. Il est considéré comme un vrai baron de la drogue aussi bien au Maroc qu’en Espagne au point que, selon une anecdote rapportée par l’hebdomadaire La Gazette du Maroc, "un joint sur dix, fumés en Espagne était acheminé par Nene".

El Nene avait réussi son évasion le 20 décembre 2007 grâce à la complicité de huit geôliers marocains, condamnés par la suite à des peines de deux à quatre ans de prison. Pendant sa détention, il bénéficiait d’un régime très favorable. Il disposait de trois chambres agréablement décorées et équipées d’une télévision à écran plasma, d’internet, de la climatisation. Il sortait régulièrement de sa prison pour fréquenter les restaurants et bars des environs.

Le 7 avril 2008, neuf islamistes marocains, dont un condamné à mort, se sont échappés lundi du même pénitencier de Kénitra, en creusant un tunnel. Ils avaient été impliqués dans les attentats de Casablanca du 16 mai 2003.

Source : AFP

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Drogues - Ceuta (Sebta) - Prison - El Nene

Ces articles devraient vous intéresser :

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

Le Maroc face à la menace de la « Poufa », la cocaïne des démunis

Le Maroc renforce sa lutte contre la « Poufa », une nouvelle drogue bon marché, connue sous le nom de cocaïne des pauvres », qui a non seulement des répercussions sociales, notamment la séparation des familles et une augmentation des suicides et des...

Boufa, la drogue qui terrifie le Maroc

Le Maroc mène des actions de lutte contre les drogues dont la « Boufa », une nouvelle drogue, « considérée comme l’une des plus dangereuses », qui « envahit certaines zones des villes marocaines, en particulier les quartiers marginaux et défavorisés. »

« L’Escobar du désert » fait tomber Saïd Naciri et Abdenbi Bioui

Plusieurs personnalités connues au Maroc ont été présentées aujourd’hui devant le procureur dans le cadre de liens avec un gros trafiquant de drogue. Parmi ces individus, un président de club de football.