Evasion d’un baron de la drogue à la prison de Kénitra

20 décembre 2007 - 16h28 - Espagne - Ecrit par : L.A

Un des plus gros bonnets de la drogue au Maroc et en Espagne a réussi à s’échapper du pénitencier de Kénitra, à 40 km au nord de Rabat, où il purgeait une peine de huit ans de prison et son absence n’a été remarquée ... qu’une semaine plus tard.

La justice marocaine a ouvert une enquête car aucun des geôliers n’a signalé l’évasion le 7 décembre de Mohamed Ouazzani, alias Nini, qui vivait comme un coq en pâte dans sa prison. C’est un appel anonyme, une semaine plus tard, à la direction des Affaires pénitentiaire à Rabat qui a donné l’alerte et un inspecteur, dépêché sur place, a constaté que Nini n’était plus là.

Selon la presse, le trafiquant bénéficiait d’un régime spécial. Il disposait de trois chambres agréablement décorées et équipées en matériel audiovisuel dernier cri, et il sortait régulièrement de sa prison pour fréquenter les restaurants et bars des environs.

Pourtant, cet homme d’une trentaine d’années, né dans un bidonville de l’enclave espagnole de Sebta était un vrai baron de la drogue au Maroc comme en Espagne au point que, selon une anecdote rapportée par l’hebdomadaire La Gazette du Maroc, « un joint sur 10 fumés en Espagne était acheminé par Nini ».

Arrêté en août 2003 lors de règlements de compte entre bandes rivales portant sur des cargaisons de haschich, Mohammed Ouazzani avait écopé de 8 ans de prison ferme en mai 2004, peine confirmée en décembre.

Mais, le jeune truand qui dispose, selon les autorités espagnoles, d’une fortune estimée à 30 millions d’euros, blanchis dans différents commerces en Espagne, à Sebta et au Maroc, s’était fait une spécialité d’acheter les juges et des policiers.

En avril 2004, il avait été condamné à trois ans de prison pour corruption de fonctionnaires. C’est en utilisant les même méthodes, qu’il a réussi à obtenir un « traitement de VIP en prison », selon le quotidien Aujourd’hui le Maroc.

L’hebdomadaire Nichane, qui publie cette semaine un dossier sur les « prisonniers 5 étoiles », affirme que ces cellules de luxe ne sont pas rares dans les prisons marocaines.

Le magazine TelQuel rapportait même en 2005 les propos d’un pêcheur assurant que Nini conduisait lui-même son zodiac pour acheminer la drogue vers l’Espagne, « alors qu’il était supposé être derrière les barreaux ».

La plupart des journaux marocains spéculent sur « le scénario de l’évasion » du Maroco-Espagnol : le quotidien Assabah affirme qu’« il vit tranquillement à Sebta » tandis qu’un autre quotidien Annahar Al Maghribia assure qu’il n’y a passé qu’« une nuit, pour une fête », avant de migrer vers Tarragone (Catalogne).

Une enquête a été ouverte sur les circonstances de l’évasion de Mohamed Ouazzani ainsi que sur la responsabilité des employés de l’établissement.

AFP

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Droits et Justice - Drogues - Corruption - Kenitra - Prison

Aller plus loin

Des barons de la drogue interpellés à Tanger

Les services du Bureau Central d’Investigations Judiciaires (BCIJ) ont interpellé mercredi trois barons du trafic international de drogue.

Ces articles devraient vous intéresser :

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

Corruption au Maroc : Les chiffres alarmants

La lutte contre la corruption ne produit pas de résultats encourageants au Maroc qui est mal logé dans les classements mondiaux depuis quatre ans.

L’Europe cherche à punir le Maroc

L’éclatement du scandale de corruption au Parlement européen doublé d’une résolution relevant la détérioration des droits de l’Homme est à l’origine des nouvelles tensions entre le Maroc et l’Europe. Cette dernière cherche-t-elle à punir le royaume ?

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

La justice confirme l’amende de 2,5 milliards de dirhams contre Maroc Telecom

Le recours de Maroc Telecomcontre la liquidation de l’astreinte imposée par l’agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT), a été rejeté par la cour d’appel de Rabat.

Trafic de billets de match : le député Mohamed El Hidaoui interrogé par la police

Soupçonné d’être impliqué dans une affaire de vente illégale de billets au Mondial 2022, le député RNI, Mohamed El Hidaoui, a été entendu, vendredi, par la justice.

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Hafid Derradji accuse la CAF de corruption à cause du Maroc

Le commentateur sportif algérien de beIN Sports, Hafid Derradji, affirme que la Confédération africaine de football (CAF) a attribué l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2025 au Maroc et n’hésite pas à accuser l’organisation de...

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.