L’Espagne suit de près l’exploration pétrolière du Maroc près des îles Canaries

20 avril 2022 - 12h40 - Espagne - Ecrit par : A.P

Le gouvernement espagnol a assuré qu’il suit « de près » l’exploration pétrolière envisagée par le Maroc au large de Tarfaya, près des îles Canaries et qui pourrait nuire aux intérêts de l’Espagne.

« Nous suivons de près toute activité susceptible de toucher aux intérêts de l’Espagne dans les eaux sous sa souveraineté ou sa juridiction », ont assuré des sources diplomatiques espagnoles à Europa Press, réagissant à l’annonce du Maroc de réactiver l’exploration pétrolière à Tarfaya, au large de Lanzarote et de Fuerteventura. Les mêmes sources ajoutent que « le gouvernement est ferme dans la défense des intérêts de l’Espagne et fidèle à ses positions sur la délimitation des espaces maritimes conformément au droit international ».

Le secrétaire général de la Coalition canarienne-PNC, Fernando Clavijo, a déclaré lundi que ni Pedro Sanchez, ni le président des îles Canaries, Ángel Víctor Torres, « ne vont lever le petit doigt » pour empêcher cette exploration pétrolière du Maroc près de Lanzarote et Fuerteventura. Le député de Nueva Canarias (NC) au Congrès, Pedro Quevedo, a exigé pour sa part que Sanchez entame immédiatement des négociations avec le Maroc pour la délimitation des eaux territoriales des deux pays avec la participation des îles Canaries.

À lire : L’exploration pétrolière à Tarfaya inquiète les îles Canaries

Dans la déclaration commune qui a sanctionné la rencontre de Sanchez avec le roi Mohammed VI à Rabat le 7 avril, il a été convenu de réactiver le « groupe de travail sur la délimitation des espaces maritimes sur la côte atlantique dans le but de faire des progrès concrets ». Une « très bonne nouvelle » pour les îles Canaries, avait souligné Sanchez, précisant que ce sera l’occasion de « tenir des discussions de bonne foi dans le cadre de la convention des Nations unies sur le droit de la mer ».

Début 2020, le Maroc avait adopté deux lois pour délimiter ses eaux territoriales jusqu’à 12 miles et la zone économique exclusive (ZEE) de 200 miles à partir de ses côtes. Cette délimitation empiétait sur les eaux territoriales espagnoles dans les îles Canaries. Les deux gouvernements avaient convenu de résoudre la question d’un commun accord et conformément au droit international en la matière.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Iles Canaries

Aller plus loin

Maroc-Espagne : la commission bipartite reprend en mai

Le président des îles Canaries, Ángel Víctor Torres, a annoncé ce mardi que la commission hispano-marocaine en charge d’étudier la délimitation des eaux territoriales reprendra...

Genel Energy et l’ONHYM ensemble pour l’exploitation du permis Lagzira

La compagnie d’exploitation pétrolière Genel Energy et l’Office national des Hydrocarbures et des Mines (ONHYM) s’unissent pour exploiter le permis Lagzira.

Le Maroc maintient sa loi sur la délimitation des eaux territoriales

Contrairement aux informations distillées dans l’opinion publique, le Maroc ne renonce pas à ses deux projets de loi relatifs à la délimitation de ses frontières maritimes...

L’exploration pétrolière à Tarfaya va-t-elle brouiller la nouvelle relation entre l’Espagne et le Maroc ?

En plus de la pression migratoire sur les côtes des îles Canaries, les revendications sur Ceuta et Melilla et le différend sur les eaux territoriales, l’exploration pétrolière...

Ces articles devraient vous intéresser :