Extradé par le Maroc, Kamel Meziani passe devant le juge ce lundi

5 février 2023 - 20h20 - France - Ecrit par : A.P

Le procès de Kamel Meziani, narcotrafiquant marseillais, l’un des fugitifs les plus recherchés de France, va s’ouvrir lundi devant la cour d’assises d’Aix-en-Provence. Le criminel de 38 ans, qui avait été extradé par le Maroc, a réussi à échapper à la justice depuis bientôt 10 ans.

Surnommé « Souris », Kamel Meziani est suspecté d’être le commanditaire d’au moins deux doubles assassinats en 2016 et 2021. Chef d’un des plus importants réseaux marseillais de vente de stupéfiants, et décrit par les services de police de Marseille comme un « membre éminent du narco-banditisme » de la ville, il sera seul lundi dans le box des accusés de la cour d’assises d’Aix-en-Provence, rapporte 20minutes.

Les juges et enquêteurs sont depuis bientôt dix ans à la recherche de ce criminel condamné à plusieurs reprises pour des délits mineurs (conduite sans permis, vols, trafic…) et accusé de trafic de stupéfiants et de meurtre. Fiché par l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (OCRTIS), de même que son associé Ali Sadoni, toujours recherché, Kamel Meziani est impliqué avec ce dernier « dans deux affaires de règlements de comptes en février et mars 2013 et mis en examen sous contrôle judiciaire avec versement d’une caution de 150 000 euros dans une triple tentative d’assassinats perpétrée en août 2013 ».

À lire : Karim Harrat, baron de la drogue à Marseille arrêté au Maroc

En 2016, il profite de son contrôle judiciaire pour fuir à Oran, en Algérie, via Barcelone. Le 24 août 2018, un mandat de recherche puis d’arrêt international est émis contre lui, ce qui a conduit à son arrestation le 1ᵉʳ février 2019 à l’aéroport de Marrakech d’où il a été extradé vers la France le 31 décembre de la même année. Avec l’aide de ses avocats qui ont contesté la procédure d’extradition, il parvient une deuxième fois à échapper à la justice. Libéré le 8 juillet 2020, il a été condamné par défaut le 10 juillet à quatorze ans de prison, puis six mois plus tard, à trente ans de prison par la cour d’assises d’Aix-en-Provence pour « complicité de meurtres » dans une affaire de règlement de comptes.

Soupçonné d’être impliqué dans l’assassinat de deux hommes, survenu dans la nuit du 21 au 22 août 2021, cité de la Marine bleue, Kamel Meziani a été arrêté le 31 août 2021 à la barrière de péage de Fleury-en-Bière. Faute de preuves, il a été relaxé en avril 2022 du chef d’association de malfaiteurs dans l’affaire de la triple tentative d’assassinats en août 2013. Le procès qui s’ouvre ce lundi se penchera sur les assassinats de 2016 (KFC Plombière) et 2021 (Marine Bleue). Pour son avocat, Raphaël Chiche, l’inculpation de son client « repose exclusivement sur les déclarations d’un témoin anonyme ». Si la cour donne droit à cette requête, Kamel Meziani pourrait recouvrer la liberté et échapper encore une fois à la justice.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Droits et Justice - Drogues - Marseille - Procès - Trafic

Aller plus loin

Le baron de la drogue Reda Abakrim arrêté au Maroc après 13 ans de cavale

Après 13 ans de cavale, Reda Abakrim, le principal suspect dans l’assassinat de Brahim Hajaji dans la cité de La Coudraie de Poissy a été interpellé le 22 décembre 2020 à...

Karim Harrat, baron de la drogue à Marseille arrêté au Maroc

Un présumé trafiquant de drogue du nom de Karim Harrat, 33 ans, qui faisait l’objet d’un mandat d’arrêt européen, a été interpellé au Maroc. Il est soupçonné d’être impliqué...

Drogue à Marseille : un policier demande de faire pression sur le Maroc

Un enquêteur de la brigade des stups affirme que le cannabis commercialisé à Marseille vient du Maroc. Il préconise que la guerre contre les trafics de drogue soit livrée « à la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Boufa, la drogue qui terrifie le Maroc

Le Maroc mène des actions de lutte contre les drogues dont la « Boufa », une nouvelle drogue, « considérée comme l’une des plus dangereuses », qui « envahit certaines zones des villes marocaines, en particulier les quartiers marginaux et défavorisés. »

Tarik Tissoudali condamné

Décidément, la semaine est décidément noire pour Tarik Tissoudali. Après s’être attiré les foudres de son club, La Gantoise, pour des critiques acerbes suite à la défaite contre le Standard, l’attaquant de 30 ans a été condamné vendredi par le tribunal...

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Accusé de viol, Achraf Hakimi se sent « trompé et piégé », selon ses proches

Achraf Hakimi a été mis en examen vendredi pour viol. Le défenseur marocain du Paris Saint-Germain (PSG), qui nie les faits, est soutenu par sa famille et son club. Selon ses proches, il dit se sentir « trompé ».

Maroc : révocation en vue des députés poursuivis par la justice

Les députés poursuivis par la justice pour détournement ou dilapidation de fonds au Maroc pourraient être déchus de leurs mandats. La Chambre des représentants s’apprête à voter des amendements dans ce sens.

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.

Réaction de la mère d’Achraf Hakimi après les accusations de viol

La mère du latéral droit marocain du PSG, Achraf Hakimi, a réagi aux accusations de viol portées par une femme de 24 ans contre son fils. Cette semaine, le joueur a été mis en examen par la justice.

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Plaintes de MRE : 96 % de satisfaction selon le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

En 2022, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a traité près de 96 % des doléances présentées par les Marocains résidant à l’étranger (MRE), selon un rapport de l’institution. Sur un total de 527 plaintes déposées, 505 ont été traitées par...