Recherche

L’espoir est encore permis pour la famille Megri

© Copyright : DR

16 janvier 2022 - 20h40 - Culture - Par: S.A

Le ministre de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication, Mohamed Mehdi Bensaid, se penche sur l’affaire de la tentative d’expulsion des frères Megri de la maison qu’ils louent dans la Kasbah des Oudayas à Rabat depuis un demi-siècle. Dans ce sens, il a reçu Younes et Mahmoud à son cabinet vendredi dernier.

Lors de l’audience, Mohamed Mehdi Bensaid a affirmé sa volonté de trouver une solution au litige, ceci en accord avec la propriétaire, l’artiste plasticienne Leila Benabdeljalil, la fille de l’ancien ministre Abderahim Benabdeljalil et dans le plein respect de la loi, rapporte Alyaoum24.com. Aussi, a-t-il annoncé la naissance de l’institution d’action sociale pour les artistes dont l’une des missions serait de trouver une solution définitive à de tels problèmes.

À lire : Les frères Migri expulsés de leur maison à Rabat (vidéo)

La propriétaire de la maison avait déposé une plainte auprès de la justice, laquelle a abouti à un ordre d’expulsion de la famille Megri qui occupe la demeure depuis plus de 50 ans. De quoi susciter l’incompréhension de la famille. « En 2010, le tribunal avait déjà rendu une décision dans l’affaire en notre faveur, cependant la nouvelle propriétaire a décidé de relancer la procédure d’expulsion », a affirmé au même journal électronique Wafae Bennani, veuve du défunt Hassan Megri, expliquant que Abderahim Benabdeljalil n’a jamais voulu discuter avec sa famille, malgré l’offre d’augmenter le loyer ou même d’acheter la maison afin de mettre un terme au litige.

« La maison est un patrimoine culturel qui a 50ans… Nous avons un partenariat avec le ministère de la Culture dans le cadre du Festival d’été des Oudayas, et l’adresse de la maison est la même que celle du Conseil National de la Musique et du Conseil international de la musique », a-t-elle ajouté.

Mots clés: Ministère de la Culture , Expulsion , Rabat

Bladi.net

Bladi.net - 2022 - - A Propos - Contact