La justice belge condamne les fouilles au corps sur les accusés des attentats de 2016

15 mars 2023 - 08h40 - Belgique - Ecrit par : A.P

La Cour de cassation de Bruxelles a confirmé l’arrêt du tribunal de Bruxelles jugeant « illégales » les pratiques de fouille au corps et à genoux ainsi que d’autres mauvais traitements dégradants subis par Salah Abdeslam, Mohamed Abrini et autres accusés des attentats de Bruxelles en 2016.

La justice belge a donné raison à six des neuf accusés des attentats de Bruxelles qui avaient dénoncé ces fouilles corporelles, contraires aux textes, et a donc ordonné à l’État belge de « mettre fin » à ces pratiques effectuées par les officiers de police judiciaire lors des transferts entre la maison d’arrêt et le palais de justice.

Le procès des attentats de Bruxelles survenus en 2016 dans le métro et l’aéroport de la capitale belge, s’est ouvert en décembre dernier. Les neufs accusés dont Salah Abdeslam, avaient été déjà condamnés en France pour les attentats de Paris. Plusieurs d’entre eux ont fait état de traitements humiliants et dégradants lors des fouilles policières pendant leur transfert de la prison au tribunal. En raison de ces fouilles touchant leurs parties intimes, Abdeslam a refusé d’être transféré, ce qui a conduit le juge à reporter l’audience.

À lire : Attentats de Bruxelles : Mohamed Abrini assistera au témoignage des victimes

Le 29 décembre dernier, le tribunal de première instance a jugé que ces pratiques constituent « un acte dégradant » et en tant que tel, violent la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH). Mais l’État belge a fait appel de la condamnation et a continué ces pratiques pour des raisons de sécurité, évoquant un « risque potentiel » à chaque transfert d’un accusé. Le tribunal a reconnu que certes la loi belge prévoit des fouilles intimes, mais n’admet pas que ce type de fouilles soit « systématique », appelant à la prise de « mesures pour préserver la pudeur des prisonniers ».

Ainsi, la police judiciaire belge devra désormais payer une amende de 1 000 euros au moins et 25 000 euros au plus par personne et par jour, si elle exécute à nouveau des fouilles systématiques à nu et à genoux, précisant que ces fouilles doivent être justifiées par des « motifs sérieux » d’un risque d’attentat ou d’évasion.

Sujets associés : Belgique - Bruxelles - Procès - Attentat - Salah Abdeslam - Mohamed Abrini

Aller plus loin

Attentats de Bruxelles : Mohamed Abrini transféré dans une autre prison

À quelques jours du démarrage du procès des attentats de Bruxelles, les autorités belges ont procédé au transfert de Mohamed Abrini à la prison de Leuze-en-Hainaut. Il s’agirait...

Attentats de Bruxelles : Mohamed Abrini assistera au témoignage des victimes

Les victimes des attentats de Bruxelles ont demandé à être entendues en présence de Mohamed Abrini et des autres accusés. Elles livreront leur témoignage devant la cour...

Un couple marocain étrange devant la Cour d’Assises de Paris

Les personnes présentes au procès de l’attentat de Magnanville à Paris au cours duquel un Marocain est jugé notamment pour « complicité d’assassinat sur personne dépositaire de...

Attentats de Bruxelles : la défense de Salah Abdeslam assurée par Delphine Paci

L’avocate bruxelloise Delphine Paci va assurer la défense du Marocain Salah Abdeslam, l’un des auteurs présumés des attentats de Bruxelles, lors du procès qui s’ouvrira en octobre.

Ces articles devraient vous intéresser :

Qui est Golan Avitan, l’Israélien extradé par le Maroc ?

Le Maroc a extradé Golan Avitan, 54 ans, membre présumé de la célèbre famille criminelle Abergil qui a fui Israël il y a quatre ans. Il serait impliqué dans un attentat à la bombe de 2003 qui a fait trois morts.