Recherche

Gad, un « Coco » en pâte

© Copyright : DR

8 mars 2009 - 19h02 - Culture

Un Coco chez les « cocos » tarnosiens. La coïncidence a de quoi faire sourire. Pas vraiment étonnant, le fautif se nomme Gad Elmaleh, humoriste-showman, devenu acteur par la force des choses et l’envie du jeu. L’inénarrable « Chouchou » de la place Clichy qui adore les sushis, également séducteur de « La Vérité si je mens », a enfilé ce vendredi soir une double casquette au Méga CGR de Tarnos. Celle d’acteur et de réalisateur.

Avec « Coco », Gad Elmaleh franchit un nouveau cap dans sa déjà riche carrière. « J’ai voulu passer de l’autre côté de la caméra pour être libre en tant qu’acteur, raconter ce que je veux, confiait l’humoriste il y a quelques jours. Je recherche quelque chose de physique dans le jeu. Et je ne l’ai jamais trouvé dans mes autres films. Là, le tournage a été difficile et épuisant, mais la chose la plus belle, ce sont les rires que j’entends dans les salles. Entendre un bon rire, ça permet d’abandonner tout le reste. »

Valeurs

L’histoire de « Coco », ce self-made-man, inventeur de l’eau frétillante, modèle de réussite sociale, qui, à l’occasion de la bar-mitsva de son fiston, frise la mégalomanie rappelle parfois le parcours de Gad Elmaleh. La dérive en moins.

« Il y a des points communs, c’est vrai. Comme la volonté de conquérir le monde. Même si je n’ai pas trop de problème avec ça, parce que je l’assume. Je trouve qu’il y a quelque chose de beau dans la volonté de réussite, à une seule condition : ne pas la balancer à la tête de ceux qui ne l’ont pas. Mais je pense que c’est une question de valeurs, liées à l’éducation... »

Depuis ses premiers pas sur les planches il y a 12 ans avec le one-man-show, « Décalages », tout ce qu’a touché Gad Elmaleh s’est transformé en or.

Salles combles pendant ses spectacles comiques, consécration au cinéma grâce au rôle comico-tragique de « Chouchou », le Marocain de Casablanca, Parisien d’adoption entretient depuis quelques années une relation privilégiée avec son public. Y compris dans la région. Une complicité inébranlable ? « Vous savez, je suis né au Maroc. Et dans l’humour du Sud-Ouest, il y a de la charriade et de l’autodérision, que je trouve très sympathiques. Les Corses appellent ça la magagne. J’adore cette manière qu’ont les gens de se moquer les uns des autres pour mieux communiquer. »

"Coco" sortira en salle le 18 mars.

Source : Sud Ouest - Claire Talgorn

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact