GMT+1 : Les premiers résultats

5 septembre 2008 - 18h29 - Economie - Ecrit par : L.A

Alors pour défendre « son » projet d’adoption de l’horaire d’été, l’Office national de l’électricité avait promis un gain de 140 MW. L’équivalent de la consommation en électricité d’une ville comme Rabat. A l’arrivée, ce gain n’aura été que de 90 MW/jour. C’est-à-dire le besoin de consommation, en heure de pointe, d’une ville comme Meknès.

Il n’empêche que l’impact réel, quantifié et chiffré, du passage à l’horaire d’été reste difficilement palpable pour le consommateur. Mais l’intérêt d’une telle démarche, maintes fois évoquée et maintes fois remise aux calendes grecques par les pouvoirs publics, aboutit incontestablement, quoiqu’en disent ses détracteurs, à des économies d’énergie considérables.

D’autant plus, ici comme ailleurs, le passage à l’horaire d’été est censé permettre, sur la base d’une meilleure utilisation de la lumière solaire naturelle pendant la période estivale, d’arriver à ces économies. En attestent les premières estimations chiffrées, transmises à la Primature, pour ces trois mois de test (au lieu des quatre initialement prévus) pendant lesquels on a adopté le GMT+1 (1er juin/31 août 2008) dont L’Economiste s’est procuré une copie.

Mieux encore, selon des sources concordantes, en maintenant cet horaire sur l’année, ce gain moyen de 90 MW/jour pourrait être porté à 140 MW en hiver, en raison des courtes journées. Certaines sources plus audacieuses évaluent financièrement ce gain des 92 jours sous horaire d’été à quelque 262 millions de DH.

A noter que l’institutionnalisation de l’horaire d’été a pour objectif d’effectuer des économies d’énergie en réduisant les besoins d’éclairage. Car il s’agit principalement de faire correspondre au mieux les heures d’activités avec les heures d’ensoleillement pour limiter l’utilisation de l’éclairage artificiel.

A en croire certaines sources, toutes les tentatives d’économie d’énergie, initiées ici et là, ne font que retarder l’échéance. Du fait que la marge de réserve, gage de ne pas se retrouver en black-out, reste toujours limitée.

C’est en flux tendu que l’offre essaie tant bien que mal à satisfaire la demande de plus en plus importante. Les coupures à répétition d’électricité cet été, chez certains grands comptes, laissent entrevoir déjà de lourdes pertes. Celles-ci s’élèvent, dans le cas de l’OCP, à près de 35 millions de DH/jour. La filiale minière de l’ONA, Sonasid, aurait également subi de lourdes pertes consécutives à ces coupures.

Maîtrise de la consommation d’énergie

En attendant, la question est de savoir si l’horaire d’été sera reconduit ou pas l’année prochaine ? En tout cas, le décret instituant le passage à cet horaire n’en avait dit mot. Le législateur parlait plutôt de « période d’expérimentation » au moment de son adoption le 1er juin 2008. Pourtant, le passage à l’horaire d’été, principalement affaire des régions tempérés où les variations saisonnières de luminosité rendent la mesure pertinente, a de tous les temps été au centre des préoccupations des différents gouvernements. On estime, chez nous, l’ensoleillement à près de 300 jours/an. En conséquence, l’adoption de l’horaire d’été cette année a été accueillie sans trop de perturbations.

Même son de cloche à la Fédération nationale de l’énergie où les professionnels reconnaissent que l’un des principaux bienfaits du passage à l’heure d’été, c’est la maîtrise de la consommation d’énergie. Compte tenu surtout de l’augmentation du prix des hydrocarbures sur les marchés internationaux et son impact direct sur le budget de l’Etat.

Source : L’Economiste - Bachir Thiam

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Energie - Office National de l’Electricité - Heure d’été

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : du changement dans le paiement des factures d’eau et d’électricité

Le gouvernement d’Aziz Akhannouch poursuit le chantier de modernisation des services publics. Le paiement des frais d’eau et d’électricité aura des nouveautés à partir du 1ᵉʳ janvier 2024.

Maroc : quand le thermomètre monte, la consommation électrique s’envole

La consommation électrique au Maroc a atteint un niveau record, s’établissant à 7 310 mégawatts, selon le ministère de la Transition énergétique et du développement durable.

Maroc : les autorités veulent imposer une réduction de la facture énergétique de 30%

Pour faire face à la hausse de la facture énergétique, les autorités ont demandé aux collectivités de baisser drastiquement la consommation de l’électricité des établissements publics et des réseaux d’éclairage public.

Importante découverte de gaz au Maroc

La société britannique Chariot Oil & Gas a récemment annoncé avoir fait une importante découverte de gaz naturel au Maroc, dans la licence « Loukos Onshore ».

Total accusé de servir du mauvais carburant aux Marocains

Une députée du Parti authenticité et modernité (PAM) vient d’interpeller la ministre de la Transition énergétique sur la qualité du carburant servi dans certaines stations-service marocaines ces dernières semaines.

Énergie verte : partenariat entre le Maroc et l’UE

Le Maroc et l’Union européenne s’apprêtent à signer une alliance verte, qui permettra de renforcer les efforts du royaume dans la lutte contre le changement climatique.

« Le Maroc deviendra le prochain hub énergétique »

Le Maroc est l’endroit idéal pour les investisseurs et deviendra le prochain hub énergétique. Ces mots sont de Yossi Abu, PDG de NewMed Energy, une société d’exploration, de développement et de production de gaz naturel et de pétrole israélienne qui...

Un frigo, 100% marocain, écologique et sans électricité

Un réfrigérateur en argile, qui fonctionne sans électricité et peut conserver les aliments pendant 15 jours. C’est l’invention créée il y a quelques années par Rawya Lamhar, une jeune ingénieure marocaine.

Centrale de Ouarzazate : les dégâts déjà réparés suite au séisme

Le ministère marocain de l’Énergie a assuré que les infrastructures énergétiques n’ont subi aucun dommage lors du séisme d’Al Haouz, à l’exception de la centrale solaire de Ouarzazate où des dégâts « mineurs » ont été constatés et déjà réparés.

La capacité de réponse d’urgence nucléaire du Maroc « est solide »

En fin de mission d’examen de la préparation aux situations d’urgence (EPREV) au Maroc, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a livré ses conclusions.