Gonzalez Laya « sacrifiée » pour calmer la colère du Maroc

12 juillet 2021 - 10h00 - Ecrit par : A.P

La ministre des Affaires étrangères, Arancha Gonzalez Laya, a été éjectée samedi du gouvernement à l’occasion du dernier remaniement opéré par Pedro Sanchez. L’Exécutif espagnol a trouvé en elle le fusible idéal pour tenter d’apaiser le Maroc dans la grave crise ouverte depuis l’accueil en avril de Brahim Ghali, leader du Front Polisario, dans un hôpital de Logroño.

En sortant Gonzalez Laya de son gouvernement, Pedro Sanchez fait un pas vers le Maroc avec qui l’Espagne est en crise depuis le 18 avril, date à laquelle Brahim Ghali a été admis dans un hôpital de Logroño pour « raison humanitaire ». Mais les origines de la tension entre les deux pays remontent à décembre lorsque le président Donald Trump a reconnu la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental. Le Maroc avait alors lancé une diplomatie offensive pour amener l’Espagne à suivre l’exemple des États-Unis, écrit Ignacio Cembrero sur Elconfidencial.

À lire : Arancha González Laya emportée par la crise avec le Maroc

Avec la survenue de la crise migratoire de Ceuta, la ministre González Laya était devenue pour Rabat et pour certains partis espagnols comme le PP, la femme à abattre. En juin, Teodoro Garcia Egea, le secrétaire général du PP avait exigé la démission de González Laya pour sa gestion « calamiteuse » de la crise diplomatique avec le Maroc. Ces déclarations ont été fortement relayées par la presse marocaine, et principalement par la MAP, révélant l’aversion que suscitait Laya pour Rabat. Dans une déclaration en date du 27 mai à Rabat, l’ambassadrice du Maroc en Espagne, Karima Benyaich, rappelée par le gouvernement marocain au début de la crise, a aussi accusé Gonzalez Laya « de déformer les faits et de faire des commentaires inappropriés ».

À lire : Arancha González Laya tente de calmer la crise Maroc-Espagne en toute discrétion

Selon la presse marocaine, le départ de Gonzalez Laya constitue certes un geste d’apaisement de la part de Sanchez, mais « suffira-t-il à tourner la page de la crise entre Rabat et Madrid ? », s’interrogent certains médias marocains qui estiment que Rabat va continuer à insister pour que le gouvernement espagnol revoie sa position sur le Sahara.

Manuel Albares, 49 ans, diplomate de carrière, est le nouveau chef de la diplomatie espagnole. Il était depuis 18 mois, l’ambassadeur de l’Espagne en France. Pour le Maroc, Luis Planas, le ministre de l’Agriculture aurait été un bon choix pour ce poste au regard de son parcours. Ancien ambassadeur d’Espagne à Rabat (2004-2010), il est aussi favorable à l’offre d’autonomie pour le Sahara occidental formulée en 2007 par le Maroc.

Tags : Espagne - Diplomatie

Aller plus loin

Maroc-Espagne : déjà cent jours de crise sans issue évidente

Les tensions entre le Maroc et l’Espagne, ouvertes avec l’accueil en avril de Brahim Ghali, le leader du Front Polisario, dans un hôpital de Logroño, durent depuis maintenant cent...

Affaire Ghali : le juge appelle un témoin à comparaître le 27 juillet

Le juge d’instruction de l’Audience nationale, Santiago Pedraz, a cité Ahmed Tarouzi à comparaître le 27 juillet comme témoin dans la plainte contre Brahim Ghali, le chef du Front...

Affaire Ghali : l’ex-ministre Arancha Laya convoquée par le juge

L’enquête sur l’entrée de Brahim Ghali en Espagne en avril dernier semble se diriger vers la responsabilité directe de l’ex-ministre des Affaires étrangères espagnole, Arancha...

Arancha González Laya emportée par la crise avec le Maroc

Arancha González Laya n’est plus, depuis ce samedi, la ministre espagnole des Affaires étrangères. Le chef du gouvernement, Pedro Sanchez, vient de la remercier à l’occasion du...

Nous vous recommandons

Jusqu’à 47 degrés prévus au Maroc

Plusieurs régions marocaines comme Casablanca ou Rabat vont connaître une vague de chaleur de dimanche 11 juillet à demain, lundi 12 juillet 2021, alerte la Direction générale de la météorologie (DMN).

Règlement de la crise Maroc-Espagne : « Il n’y a aucun médiateur »

Le chef du gouvernement Saâdeddine El Othmani a apporté un démenti formel au sujet d’une éventuelle médiation entre le Maroc et l’Espagne pour régler la crise diplomatique entre les deux pays.

Le dirham devrait baisser face à l’euro dans les prochains mois

Sur les trois mois à venir, le dirham se maintiendra en hausse face au dollar tandis qu’il baissera vis-à-vis de l’euro, au cours de la même période. C’est ce que révèlent les données prévisionnelles d’Attijari Global Research...

Engrais : le Brésil demande l’aide du Maroc

Afin de réduire sa dépendance aux importations suite au conflit Russo-Ukrainien, le Brésil a sollicité par le Maroc, pour assurer son approvisionnement en engrais.

Après 13 ans de prison, Hassan Iasir, meurtrier d’une policière, est libre

Le tribunal d’application des peines de Bruxelles a accordé la liberté complète à Hassan Iasir, l’un des trois hommes condamnés en 2011 pour home-jacking avec circonstance aggravante de meurtre sur la jeune policière, Kitty Van...

Pedro Sanchez est le « seul responsable » de la crise avec le Maroc

Le Parti populaire (PP) a accusé mercredi le président du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, d’être « le seul responsable » de la crise ouverte avec le Maroc après l’entrée en Espagne de Brahim Ghali, le leader du Front Polisario. « seul responsable...

« Merveilleux Marocains » , titre la Fifa sur l’équipe du Maroc

Six matchs, six victoires. Les Lions de l’Atlas ont fait un parcours sans faute durant la phase de groupe des éliminatoires de la Coupe du monde Qatar 2022. La performance de l’équipe nationale n’a pas échappé à la Fifa, qui a envoyé ses félicitations à...

Le Maroc, pays important du trafic de Brussels  Airport

Les Marocains ont été nombreux à voyager via Brussels Airport au cours du mois d’octobre, faisant du royaume l’un des pays importants du trafic de cet aéroport.

Le narco-drone saisi à Malaga appartient à un réseau de trafiquants français d’origine marocaine

La police nationale espagnole, en collaboration avec la police française, a démantelé dans la région de l’Axarquía à Malaga, une organisation criminelle qui utilise un drone géant, conditionné pour transporter du haschich et de la marijuana du Maroc vers...

Deux véhicules de luxe marocains volés, interceptés au port de Tarifa

Les gardes civils ont intercepté à l’intérieur du port de Tarifa, deux véhicules haut de gamme volés avec des plaques d’immatriculation marocaine. Les conducteurs ont été arrêtés.