Gonzalez Laya « sacrifiée » pour calmer la colère du Maroc

12 juillet 2021 - 10h00 - Espagne - Ecrit par : A.P

La ministre des Affaires étrangères, Arancha Gonzalez Laya, a été éjectée samedi du gouvernement à l’occasion du dernier remaniement opéré par Pedro Sanchez. L’Exécutif espagnol a trouvé en elle le fusible idéal pour tenter d’apaiser le Maroc dans la grave crise ouverte depuis l’accueil en avril de Brahim Ghali, leader du Front Polisario, dans un hôpital de Logroño.

En sortant Gonzalez Laya de son gouvernement, Pedro Sanchez fait un pas vers le Maroc avec qui l’Espagne est en crise depuis le 18 avril, date à laquelle Brahim Ghali a été admis dans un hôpital de Logroño pour « raison humanitaire ». Mais les origines de la tension entre les deux pays remontent à décembre lorsque le président Donald Trump a reconnu la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental. Le Maroc avait alors lancé une diplomatie offensive pour amener l’Espagne à suivre l’exemple des États-Unis, écrit Ignacio Cembrero sur Elconfidencial.

À lire : Arancha González Laya emportée par la crise avec le Maroc

Avec la survenue de la crise migratoire de Ceuta, la ministre González Laya était devenue pour Rabat et pour certains partis espagnols comme le PP, la femme à abattre. En juin, Teodoro Garcia Egea, le secrétaire général du PP avait exigé la démission de González Laya pour sa gestion « calamiteuse » de la crise diplomatique avec le Maroc. Ces déclarations ont été fortement relayées par la presse marocaine, et principalement par la MAP, révélant l’aversion que suscitait Laya pour Rabat. Dans une déclaration en date du 27 mai à Rabat, l’ambassadrice du Maroc en Espagne, Karima Benyaich, rappelée par le gouvernement marocain au début de la crise, a aussi accusé Gonzalez Laya « de déformer les faits et de faire des commentaires inappropriés ».

À lire : Arancha González Laya tente de calmer la crise Maroc-Espagne en toute discrétion

Selon la presse marocaine, le départ de Gonzalez Laya constitue certes un geste d’apaisement de la part de Sanchez, mais « suffira-t-il à tourner la page de la crise entre Rabat et Madrid ? », s’interrogent certains médias marocains qui estiment que Rabat va continuer à insister pour que le gouvernement espagnol revoie sa position sur le Sahara.

Manuel Albares, 49 ans, diplomate de carrière, est le nouveau chef de la diplomatie espagnole. Il était depuis 18 mois, l’ambassadeur de l’Espagne en France. Pour le Maroc, Luis Planas, le ministre de l’Agriculture aurait été un bon choix pour ce poste au regard de son parcours. Ancien ambassadeur d’Espagne à Rabat (2004-2010), il est aussi favorable à l’offre d’autonomie pour le Sahara occidental formulée en 2007 par le Maroc.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Diplomatie

Aller plus loin

L’Espagne multiplie les opérations de charme envers le Maroc

L’Espagne multiplie les gestes de bonne volonté envers le Maroc. Le chef du gouvernement, Pedro Sanchez, a déclaré sur une chaîne locale que « le Maroc est un pays ami et un...

Arancha González Laya emportée par la crise avec le Maroc

Arancha González Laya n’est plus, depuis ce samedi, la ministre espagnole des Affaires étrangères. Le chef du gouvernement, Pedro Sanchez, vient de la remercier à l’occasion du...

Arancha González Laya : « L’Espagne doit avoir les meilleures relations avec le Maroc »

L’ancienne ministre espagnole des Affaires étrangères, Arancha Gonzales Laya, aujourd’hui doyenne de l’École des affaires internationales de Sciences Po à Paris, appelle le...

Arancha González Laya limogée à cause de la crise maroco-espagnole ?

Le ministre de l’Agriculture et de la pêche, Luis Planas, et l’actuel ambassadeur en France, José Manuel Albares, pourraient faire leur entrée dans le prochain gouvernement de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères attendu au Maroc

Le sommet des pays signataire des Accords d’Abraham qui se tiendra au mois de mars pourrait connaître la participation d’Eli Cohen, le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Mohammed VI et le pari gagnant de l’ouverture en Afrique

Le Maroc a connu une croissance économique assez soutenue depuis 2000, après l’accession au trône du roi Mohammed VI. Le royaume prend des mesures pour attirer les investissements étrangers et devenir une grande puissance régionale.

Les MRE confrontés à un durcissement des conditions d’envoi de fonds depuis l’Europe

Face au durcissement des autorités européennes sur les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE), le wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri appelle à une action diplomatique d’envergure.

Maroc-Israël : deux ans de relations fructueuses, selon Alona Fisher-Kamm

Mardi a été célébré le deuxième anniversaire de la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une occasion pour Alona Fisher-Kamm, cheffe par intérim du bureau de liaison de Tel-Aviv à Rabat, de faire le bilan de ce rapprochement.

Youssef Amrani officiellement ambassadeur du Maroc auprès de l’UE

Nommé en octobre 2021 par le roi Mohammed VI au poste d’ambassadeur du Maroc auprès de l’Union européenne, Youssef Amrani aurait reçu en cette fin d’année, l’accord des instances européennes pour démarrer sa mission.

Maroc : pressions pour rompre les relations avec Israël

Alors que Israël intensifie sa riposte contre le mouvement palestinien du Hamas, de nombreux Marocains multiplient les appels à rompre les relations diplomatiques entre le Maroc et l’État hébreu. Au Maroc, de nouvelles manifestations ont été organisées...