Arancha González Laya limogée à cause de la crise maroco-espagnole ?

23 juin 2021 - 18h00 - Espagne - Ecrit par : P. A

Le ministre de l’Agriculture et de la pêche, Luis Planas, et l’actuel ambassadeur en France, José Manuel Albares, pourraient faire leur entrée dans le prochain gouvernement de Pedro Sánchez attendu pour la mi-juillet. Les deux personnalités sont annoncées au ministère espagnol des Affaires étrangères, en remplacement éventuel d’Arancha González Laya dont la cote de popularité est au plus bas.

Le vent de remaniement qui souffle au gouvernement espagnol risque d’emporter un certain nombre de ministres dont Arancha González Laya en charge des Affaires étrangères, très critiquée ces derniers temps pour sa gestion « catastrophique » de l’affaire Brahim Ghali et de la crise diplomatique majeure avec le Maroc qui en découle.

Au ministère des Affaires étrangères, les diplomates voient en Planas, ancien ambassadeur au Maroc de 2004 à 2010, le profil idéal pour succéder à Laya et dénouer la grave crise diplomatique avec le royaume. Mieux, il possède une bonne expérience à l’Union européenne pour avoir été député européen puis secrétaire général du Comité économique et social européen. Quant à Albares, ami et homme de confiance de Sánchez, il a été le chef de la diplomatie de ce dernier et c’est à lui que le Premier ministre a confié la présentation de la politique étrangère qui sera approuvée au Congrès fédéral du PSOE en octobre.

À lire : La crise Maroc-Espagne va-t-elle emporter Arancha González Laya ?

Des sources diplomatiques ont confié à Vozpópuli que la ministre Laya pourrait perdre ce portefeuille au profit d’un autre. L’objectif visé étant de donner un coup d’accélérateur à la politique étrangère et retrouver le climat de confiance avec le Maroc. Selon les mêmes sources, Laya, experte en commerce international avec plus de 15 ans d’expérience, pourrait se voir confier un nouveau ministère du Commerce et du tourisme, après un éventuel départ de Reyes Maroto et la dissolution du ministère de l’Industrie, du commerce et du tourisme. Le département de l’Industrie reviendrait à Nadia Calviño. Laya et Planas pourraient aussi s’échanger les ministères, font savoir les mêmes sources.

Cette semaine, le vote de la résolution contre l’Espagne à l’Assemblée du Conseil de l’Europe, demandant le retrait de la demande d’extradition contre l’ancien président de la Generalitat, Carles Puigdemont, est également imputé à Laya. « Ce qui s’est passé au Conseil de l’Europe contre l’Espagne est un autre grave échec de la diplomatie espagnole et de sa ministre Laya », a déclaré sur les réseaux sociaux, le sénateur PP, Rafael Hernando, la qualifiant de « ministre incompétente ». Il s’agit d’une « humiliation de la démocratie espagnole », a indiqué pour sa part la Société civile catalane (SCC) qui a appelé à « des limogeages et des démissions dans le corps diplomatique et au ministère des Affaires étrangères ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Diplomatie

Aller plus loin

Arancha González Laya emportée par la crise avec le Maroc

Arancha González Laya n’est plus, depuis ce samedi, la ministre espagnole des Affaires étrangères. Le chef du gouvernement, Pedro Sanchez, vient de la remercier à l’occasion du...

Le nouveau ministre Albares veut «  renforcer les relations avec le Maroc  »

Le tout nouveau ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel Albares, a officiellement pris fonction ce lundi. Dans son discours, le nouveau patron de la diplomatie...

Arancha Gonzalez Laya : l’Espagne n’a jamais eu l’intention de créer un désaccord avec le Maroc

L’accueil du chef du Polisario, Brahim Ghali, par l’Espagne l’a été pour des « raisons humanitaires » et non pour faire naître un conflit entre l’Espagne et le Maroc. C’est ce...

Pedro Sanchez a limogé Arancha Gonzalez Laya à la demande du Maroc

Le président Pedro Sanchez a démis de ses fonctions l’ancienne ministre des Affaires étrangères, Arancha Gonzales Laya, une semaine après que les autorités marocaines en ont...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères attendu au Maroc

Le sommet des pays signataire des Accords d’Abraham qui se tiendra au mois de mars pourrait connaître la participation d’Eli Cohen, le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Youssef Amrani officiellement ambassadeur du Maroc auprès de l’UE

Nommé en octobre 2021 par le roi Mohammed VI au poste d’ambassadeur du Maroc auprès de l’Union européenne, Youssef Amrani aurait reçu en cette fin d’année, l’accord des instances européennes pour démarrer sa mission.

Les MRE confrontés à un durcissement des conditions d’envoi de fonds depuis l’Europe

Face au durcissement des autorités européennes sur les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE), le wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri appelle à une action diplomatique d’envergure.

Maroc : pressions pour rompre les relations avec Israël

Alors que Israël intensifie sa riposte contre le mouvement palestinien du Hamas, de nombreux Marocains multiplient les appels à rompre les relations diplomatiques entre le Maroc et l’État hébreu. Au Maroc, de nouvelles manifestations ont été organisées...

Mohammed VI et le pari gagnant de l’ouverture en Afrique

Le Maroc a connu une croissance économique assez soutenue depuis 2000, après l’accession au trône du roi Mohammed VI. Le royaume prend des mesures pour attirer les investissements étrangers et devenir une grande puissance régionale.

Maroc-Israël : deux ans de relations fructueuses, selon Alona Fisher-Kamm

Mardi a été célébré le deuxième anniversaire de la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une occasion pour Alona Fisher-Kamm, cheffe par intérim du bureau de liaison de Tel-Aviv à Rabat, de faire le bilan de ce rapprochement.