Affaire Ghali : Arancha González Laya rattrapée par la justice

14 septembre 2021 - 16h20 - Espagne - Ecrit par : A.P

Lors de sa comparution lundi devant le juge Rafael Lasala en charge de l’affaire Ghali, l’ancien chef de cabinet du ministère des Affaires étrangères, Camilo Villarino, a déclaré que c’est l’ancienne ministre Arancha González Laya qui a ordonné l’entrée en Espagne, sans formalités douanières, du chef du Front Polisario par la base aérienne de Saragosse.

Arancha González Laya pourrait être citée à comparaître dans les prochains jours devant le tribunal d’instruction de Saragosse. Son ancien proche collaborateur, Camilo Villarino, a indiqué lundi devant la même cour, que c’est elle qui a pris la décision politique d’autoriser l’entrée de Brahim Ghali en Espagne, provoquant une grave crise diplomatique avec le Maroc. Sur la base de cette déclaration, le ministère public représenté par Antonio Urdiales, a souhaité que le juge convoque Arancha González Laya pour l’entendre dans le cadre de l’enquête, fait savoir Heraldo.

À lire : Affaire Ghali : nouvelle comparution de Camilo Villarino

« Villarino a déclaré avoir reçu un appel du ministre et nous allons lui demander de saisir la justice », a fait part Antonio Urdiales. L’ancien chef de cabinet a assuré que c’est Laya, « mais pas seulement elle », qui a autorisé l’atterrissage de l’avion médicalisé transportant Brahim Ghali sur la base de Saragosse. Carlos Villarino a toutefois souligné que l’entrée du dirigeant sahraoui en Espagne n’a pas violé les règles douanières de l’espace Schengen et que les autorités étaient informées que Ghali était détenteur d’un passeport diplomatique algérien qui s’est avéré faux lors de son admission à l’hôpital de Logroño.

À lire : Affaire Ghali : l’ancien chef de cabinet du ministère des Affaires étrangères devant la justice

De son côté, le lieutenant-général Francisco Javier Fernández Sánchez, deuxième chef d’état-major de l’armée de l’air, a déclaré lors de sa comparution d’une vingtaine de minutes environ, que Villarino ne lui avait pas donné l’identité du passager de l’avion médicalisé. Mieux, ajoute-t-il, si les Affaires étrangères considéraient que le passager, détenteur d’un passeport diplomatique, pouvait entrer sans contrôle douanier, la Défense n’était donc pas obligée de l’identifier.

Sujets associés : Espagne - Droits et Justice - Brahim Ghali

Aller plus loin

Affaire Ghali : l’ancien chef de cabinet du ministère des Affaires étrangères devant la justice

Le président du tribunal d’instruction de Saragosse, Rafael Lasala, a décidé de citer à comparaître le diplomate Camilo Villarino, l’ancien chef de cabinet du ministère espagnol...

Affaire Ghali : l’ex-ministre Arancha Laya convoquée par le juge

L’enquête sur l’entrée de Brahim Ghali en Espagne en avril dernier semble se diriger vers la responsabilité directe de l’ex-ministre des Affaires étrangères espagnole, Arancha...

Affaire Ghali : le PP demande une commission d’enquête au Congrès

La porte-parole du Parti populaire (PP) au Congrès, Cuca Gamarra, a annoncé que son groupe parlementaire va déposer une demande de création d’une commission d’enquête en vue de...

Brahim Ghali : un passeport express pour rentrer en Espagne

Le passeport présenté par Brahim Ghali lors de son admission à l’hôpital San Pedro de Logroño le 18 avril dernier, porte le nom de Mohamed Benbatouche, « ambassadeur à la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les ravages du mariage sur reconnaissance de dette

Une forme de mariage peu médiatisée est en train de prendre de l’ampleur dans certaines régions du Maroc, selon une émission diffusée sur la chaîne Al Aoula. Il s’agit du mariage sur reconnaissance des dettes.

Brahim Ghali s’en prend à nouveau au Maroc

Le président de la « République arabe sahraouie démocratique » (RASD), Brahim Ghali, a mis en garde lundi contre les politiques hostiles du Maroc dans la région, allusion faite à son alliance avec Israël.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Maroc : 20 affaires de détournement de fonds publics devant la justice

Le président du ministère public a été saisi par le procureur général du Roi près la Cour des comptes de 20 affaires de détournement de deniers publics au titre de l’année 2021.

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.

Le Polisario dit « accepter la paix » mais ne veut pas « déposer les armes »

Le Front Polisario a déclaré qu’il est pleinement engagé pour une paix juste, mais aussi pour la défense, par « tous les moyens légitimes », du droit inaliénable du peuple sahraoui à l’autodétermination.

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Maroc : le parquet exige une tenue correcte dans les tribunaux

Les magistrats marocains doivent soigner leur apparence, en portant une tenue officielle correcte. Un rappel à l’ordre a été fait dans ce sens par le président du ministère public, El Hassan Daki.