Un haut responsable marocain risque de perdre la nationalité française

15 octobre 2020 - 08h40 - Maroc - Ecrit par : K.B

L’ancien directeur de l’Agence urbaine de Marrakech risque de perdre la nationalité française. L’homme purge une peine de 10 ans de prison, pour une affaire de corruption.

Une lettre lui aurait été adressée par le Consulat de France à Marrakech, lui accordant un délai d’un mois pour faire appel à la procédure de déchéance de la nationalité.

Khalid Ouaya, ancien directeur de l’agence urbaine de Marrakech, avait été interpellé en juillet 2019 en possession de 500 000 dirhams de cash et d’un chèque de 8,86 millions de dirhams. Il avait écopé d’une peine de prison de 10 ans assortie d’une amende d’1 million de dirhams.

En France, seul le Gouvernement est habilité à décider de la déchéance de nationalité. L’article 25 du Code civil énumère les 4 situations précises où il est possible de retirer la qualité de citoyen français. En raison de son caractère restrictif, la décision ne peut faire l’objet d’un recours.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Marrakech - Déchéance de la nationalité - Khalid Ouaya

Aller plus loin

Un Marocain perd sa nationalité française

Les autorités françaises ont déchu de sa nationalité, le Franco-marocain Karim Kinali, selon un décret paru cette semaine au Journal Officiel.

Il se voit refuser la nationalité française car sa femme jugée « trop soumise »

Le Conseil d’État a refusé la nationalité française à un homme marié depuis des années à une Française. Et pour cause, son «  mode de vie  » est «  caractérisé par une...

Belgique : encore des discussions autour de la déchéance de nationalité en cas de terrorisme

Mercredi, lors d’une discussion en commission de la Justice, la proposition de loi de la N-VA qui accroît la possibilité de déchéance de la nationalité belge pour terrorisme,...

Il se voit refuser la nationalité française parce qu’il travaille trop

La France a refusé d’accorder la nationalité à un Algérien de 36 ans arrivé dans le pays en 2007 pour faire ses études. Raison invoquée : dépassement du temps de travail légal.

Ces articles devraient vous intéresser :