Hirak du Rif : Zefzafi et Ahamjik déposent les armes

9 septembre 2020 - 13h30 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

Nasser Zefzafi et Nabil Ahamjik, détenus à la prison de Ras El Ma, ont décidé d’abandonner leur lutte. Les deux figures du Hirak du Rif ont suspendu ce lundi, la grève de la faim engagée depuis plusieurs semaines contre leurs conditions de détention.

La nouvelle de la suspension de cette grève de la faim est communiquée par le père de Nasser. Dans un live sur Facebook, celui-ci a annoncé que le leader du Hirak du Rif a été évacué d’urgence dimanche, au CHU de Fès après la détérioration de son état de santé. D’après les examens cliniques, Nasser et Nabil ont perdu respectivement 16 et 15 kg, a affirmé Ahmed Zefzafi, qui a indiqué que son fils est toujours alité et « incapable de se tenir debout ».

À l’origine de cette grève de la faim engagée par Nasser et Nabil soutenus par d’autres activistes du Hirak, les deux leaders du Hirak du Rif réclamaient entre autres, «  d’être rassemblés dans un même établissement pénitentiaire, de pouvoir recevoir de la lecture, des repas corrects et de disposer de plus longues durées pour les appels téléphoniques et les visites familiales  ». Dans la foulée, des personnalités politiques ont plaidé pour un « dialogue constructif » avec eux pour « préserver leurs droits constitutionnels ». Il s’agit à les en croire, d’appeler à un règlement définitif du dossier du Hirak, notant qu’« une interaction positive » avec les « revendications légitimes de ces détenus » relève de « l’intérêt supérieur du Maroc et des Marocains », souligne Hespress.

Poursuivant dans cette direction, l’Association marocaine des droits humains (AMDH), a saisi par écrit la DGAPR, l’invitant à « agir et répondre » à ces détenus « privés de leurs acquis constitutionnels ». À sa suite, Amina Maelainine, députée PJDiste, a lancé sur Facebook dans un post, qu’« on ne peut ignorer une grève de la faim au vu des conséquences non seulement pour la santé et la survie même des détenus, mais aussi pour l’image, intérieure et extérieure, du Maroc et la situation des droits de l’homme qui y prévaut ».

Faut-il le rappeler, après l’annonce par Ahmed Zefzafi le 18 août, de la décision de Nasser et Nabil d’entamer une grève de la faim, plusieurs voies tant de la société civile que de la sphère politique, se sont levées pour appeler à la résolution définitive du dossier du Hirak du Rif qui n’honore guère l’image du Maroc à l’international.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Nasser Zefzafi - Hirak - Manifestations à Al hoceima - Nabil Ahamjik - Grève de la faim

Aller plus loin

Maroc : sept militants du Hirak du Rif émigrent clandestinement en Espagne

Sept anciens prisonniers et militants du mouvement du Hirak, qui avaient participé aux manifestations sociales dans la région du Rif en 2017, ont émigré en Espagne. Ils ont...

La justice espagnole ordonne l’expulsion de militants du Hirak

Jamal Mohamed Mouna et Jawhari, deux militants issus du Hirak du Rif poursuivis par le Maroc, ont embarqué il y a quelques jours à bord d’un bateau de fortune pour rejoindre le...

La photo d’un ancien détenu du Hirak émeut la toile

L’ancien détenu du Hirak du Rif, El Mortada lamrachen, n’a eu d’autre choix que de sortir dans la rue pour vendre des bricoles. Tout comme son défunt père, il a été contraint...

Ces articles devraient vous intéresser :

Appel à la libération « immédiate » de Nasser Zezafi

À l’occasion de la Journée internationale des populations autochtones le 9 août, cinq organisations internationales de défense des droits humains ont appelé à la libération « immédiate et inconditionnelle » de Nasser Zefzafi, leader du mouvement de...

Nasser Zefzafi sort exceptionnellement de prison

Nasser Zefzafi, leader du mouvement de contestation du « Hirak », a bénéficié d’une permission pour rendre visite à un proche malade.