L’inquiétude grandit chez les enseignants marocains

3 septembre 2020 - 14h30 - Maroc - Ecrit par : S.A

Alors que la rentrée scolaire démarre le 7 septembre, les enseignants ne se sont pas encore appropriés le dispositif mis en place par le gouvernement : le présentiel et le distanciel. De plus, la formation des enseignants à l’utilisation des nouvelles technologies n’est pas encore effective.

"La situation est floue. Il y a beaucoup de questions en suspens actuellement. Est-ce que le public peut assurer une qualité d’enseignement en mode distanciel ? Quid du privé aussi ?", confie à Challenge.ma Adil El Mahdi, secrétaire général de l’Association marocaine des enseignants de français (AMEF), par ailleurs directeur adjoint de l’École supérieure de l’éducation et de la formation d’Agadir. Selon lui, le flou existe davantage dans le préscolaire.

Agadir ici, beaucoup de familles, explique M. El Mahdi, ont préféré changer d’écoles à leurs enfants, compte tenu de la situation actuelle. En effet, certaines familles ont choisi de retirer leurs enfants du privé pour les inscrire dans le public, pour la simple raison qu’elles estiment que dans le cas où le reconfinement va resurgir, l’enseignement se fera à distance, et qu’il ne sert à rien de payer très cher une école alors que ce sont les parents qui s’impliquent dans ce cas. C’est moins cher pour les parents".

À en croire le responsable, il y a un souci en matière d’équipements informatiques quant à l’enseignement à distance au cas où le Maroc devra faire face à un nouveau confinement. "Il nous est également demandé des enregistrements vidéos de cours selon des normes qui nous dépassent", poursuit-il. Il a fait savoir que le ministère a un projet en cours pour équiper les enseignants avec les matériels nécessaires, au moins au niveau des établissements des grandes villes. Selon M. El Mahdi, le grand défi aujourd’hui est de réussir à former les enseignants en matière d’enseignement à distance, parce que les professeurs n’étaient pas préparés à une telle situation.

"Je pense qu’il est nécessaire de mettre en place un programme national de formation dans ce sens. En tous cas, si la situation sanitaire se dégrade, cela posera un sérieux problème dans le dispositif du distanciel. Mais, je reste confiant que la rentrée 2020-2021 sera une réussite", conclut Adil El Mahdi.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Agadir - Education

Aller plus loin

Importations des cahiers scolaires : les industriels locaux révoltés

Les industriels marocains sont révoltés contre l’importation des cahiers scolaires qui prend une part de plus en plus importante au niveau du marché local. Et la situation n’est...

Maroc : des enseignants condamnés pour avoir manifesté

Les 45 enseignants contractuels qui ont été arrêtés l’année dernière, lors des manifestations qui ont eu lieu à Rabat, ont été fixés sur leur sort. Ils ont été condamnés à...

Maroc : une manifestante poursuivie après avoir accusé des policiers d’attouchements sexuels

Une enseignante marocaine risque gros pour «  outrage  » après avoir accusé des membres des forces de l’ordre de l’avoir agressée sexuellement en mars pendant une manifestation...

Plus de la moitié des fonctionnaires sont des enseignants au Maroc

La fonction publique compte 436 000 enseignants, soit 55 % des fonctionnaires de l’État, a indiqué mardi le président de la Fondation Mohammed VI des œuvres sociales de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Après le séisme, le défi éducatif du Maroc sous les tentes

Après le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre, les enfants marocains se rendent à l’école et reçoivent les cours sous des tentes. Certains ont du mal à s’adapter, tandis que d’autres tentent d’« oublier la tragédie ».

Mohammed VI nomme les membres du Conseil Supérieur de l’Éducation

Le roi Mohammed VI a procédé mercredi à la nomination des membres du Conseil Supérieur de l’Éducation, de la Formation et de la Recherche Scientifique (CSEFES). Cet organe composé de 20 membres a pour objectif de définir les politiques publiques dans...

Écoles françaises au Maroc : polémique sur l’homosexualité

Chakib Benmoussa, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement primaire et des Sports, s’est exprimé sur l’adoption par des institutions éducatives étrangères au Maroc de programmes promouvant l’homosexualité.

L’Institut musulman Al Cham à Montpellier fermé par la Préfecture

L’Institut Al Cham, établissement religieux musulman situé à Montpellier, a été fermé suite à un contrôle administratif inopiné mené par la préfecture. Les autorités ont constaté que l’établissement accueillait illégalement des enfants mineurs de moins...

Maroc : constat inquiétant pour les élèves

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a publié les résultats du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) pour 2022, révélant des difficultés majeures dans l’apprentissage au sein de l’école...

Une école musulmane fermée à Villeurbanne

La préfecture de Villeurbanne a procédé à la fermeture d’une école musulmane, accueillant d’ordinaire une centaine d’enfants en primaire. Les parents se voient contraints d’inscrire leurs enfants dans d’autres établissements.

L’apprentissage de l’anglais dans l’enseignement supérieur, une priorité pour le Maroc

Le Maroc accorde une place de choix à l’apprentissage de l’anglais dans l’enseignement supérieur. Une réforme est en cours.

L’enseignement de la langue amazighe généralisé dans les écoles marocaines

Le ministère de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports vient d’annoncer son plan de généralisation de l’enseignement de la langue amazighe dans tous les établissements du primaire d’ici à l’année 2029-2030.

Maroc : les écoles privées veulent augmenter les frais de scolarité

Les écoles privées au Maroc menacent d’augmenter les frais de scolarité d’environ 5 %, ce qui leur permettra de récupérer le montant de l’Impôt sur le revenu (IR) pour les enseignants vacataires, qui est passé de 17 à 30 % depuis le 1ᵉʳ janvier de...

Pénurie de médecins au Maroc : Le système de santé à bout de souffle

La pénurie de médecins persiste au Maroc. Par ailleurs, la réduction de la durée de formation en médecine suscite actuellement une vive protestation de la part des étudiants.