Maroc : une manifestante poursuivie après avoir accusé des policiers d’attouchements sexuels

10 avril 2021 - 15h40 - Maroc - Ecrit par : G.A

Une enseignante marocaine risque gros pour «  outrage  » après avoir accusé des membres des forces de l’ordre de l’avoir agressée sexuellement en mars pendant une manifestation d’enseignants «  contractuels  » demandant leur intégration dans la fonction publique. Nezha Majdi, âgée d’une vingtaine d’années, a été interpellée avec d’autres manifestants, mardi, alors qu’elle participait à un défilé réunissant quelques centaines de personnes.

Après 48 heures de garde à vue, elle a été poursuivie jeudi avec les 19 autres manifestants pour « violation de l’État d’urgence sanitaire », « attroupement non armé et non autorisé » et « outrage envers des agents de la force publique », a déclaré son avocate Souad Brahma. La jeune enseignante est la seule à être poursuivie pour « outrage envers corps constitué », rapporte l’AFP.

La jeune enseignante avait confié à une web-TV locale des faits assez graves. « Tout peut être tu, sauf l’atteinte à notre dignité qui est une ligne rouge », disait-elle, en larmes, dans cette vidéo devenue virale. « Nezha Majdi a osé dénoncer la violence sexuelle et au lieu d’être protégée, elle se retrouve poursuivie avec des accusations sans fondement », a déclaré Souad Brahma son avocate. Le procès est prévu le 20 mai à Rabat, a-t-elle confié.

Pour rappel, environ 85 000 enseignants ont été recrutés à partir de 2016 sur la base de contrats à durée déterminée (CDD). Ils avaient lancé en 2019 un mouvement de grève accompagné de manifestations, qui se sont déroulées généralement sans incidents. Ils avaient obtenu d’être intégrés en CDI au sein des Académies régionales de l’éducation nationale.

Mais depuis le début de cette année, ils ont entamé une nouvelle série de grèves sous fond de manifestations malgré l’état d’urgence sanitaire. Ils dénoncent cette fois-ci leur « statut précaire », et réclament une amélioration sans délais de leurs conditions.

Sujets associés : Manifestation - Education - Harcèlement sexuel - Arrestation - Coronavirus au Maroc (Covid-19) - Etat d’urgence au Maroc

Aller plus loin

Plus de la moitié des fonctionnaires sont des enseignants au Maroc

La fonction publique compte 436 000 enseignants, soit 55 % des fonctionnaires de l’État, a indiqué mardi le président de la Fondation Mohammed VI des œuvres sociales de...

Maroc : nouvel appel à la grève des enseignants contractuels

Les enseignants contractuels sont à nouveau en colère contre le ministère de l’Éducation nationale. Ils projettent l’organisation d’une grève nationale les 28 et 29 avril, en...

La Wilaya de Rabat interdit la manifestation des enseignants

Les autorités de la wilaya de la région de Rabat-Salé-Kénitra ont une fois encore rappelé que l’interdiction de tout attroupement ou rassemblement sur la voie publique reste de...

L’inquiétude grandit chez les enseignants marocains

Alors que la rentrée scolaire démarre le 7 septembre, les enseignants ne se sont pas encore appropriés le dispositif mis en place par le gouvernement : le présentiel et le...

Ces articles devraient vous intéresser :

L’anglais s’impose peu à peu dans l’école marocaine

Petit à petit, l’insertion de l’anglais dans l’enseignement se généralise au Maroc. Après le primaire, c’est au tour du collège, selon un communiqué du ministère de l’Éducation nationale dès la prochaine année scolaire.

Maroc : augmentation des salaires des enseignants-chercheurs avant fin 2022

Le chef du gouvernement a fait part de son intention d’augmenter les salaires des enseignants-chercheurs avant la fin de 2022, et de signer un accord avec le syndicat avant la fin de l’année. Cette décision a été prise lors d’une réunion entre Aziz...

Covid-19 au Maroc : la deuxième vague Omicron terminée

Au Maroc, la deuxième vague Omicron est terminée. Ceci après deux semaines consécutives de niveau de vigilance « vert faible » de la circulation du Covid-19 et le début de la phase post-vague ou la quatrième période intermédiaire.

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé jusqu’au 31 décembre

Le gouvernement vient d’annoncer, une nouvelle fois, la prorogation de l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national.

Nouvelle prolongation de l’état d’urgence sanitaire au Maroc

Le Maroc a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 31 août, afin de faire face à la propagation du Covid-19 dans le pays.

Après le séisme, le défi éducatif du Maroc sous les tentes

Après le puissant et dévastateur tremblement de terre du 8 septembre, les enfants marocains se rendent à l’école et reçoivent les cours sous des tentes. Certains ont du mal à s’adapter, tandis que d’autres tentent d’« oublier la tragédie ».

Au Maroc, les agences de voyage retrouvent le sourire

Après deux ans de perturbations en raison de la crise de Covid-19, les agences de voyages marocaines retrouvent le sourire, tant les réservations de voyages explosent.

Le prince Moulay Rachid a contracté le Covid-19

Ayant contracté le Covid-19, le prince Moulay Rachid n’a pas pu accompagner le roi Mohammed VI, vendredi 14 octobre 2022, à l’occasion de l’ouverture de la première session de la deuxième année législative de la onzième législature.

Maroc : constat inquiétant pour les élèves

L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a publié les résultats du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) pour 2022, révélant des difficultés majeures dans l’apprentissage au sein de l’école...

Écoles françaises au Maroc : polémique sur l’homosexualité

Chakib Benmoussa, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement primaire et des Sports, s’est exprimé sur l’adoption par des institutions éducatives étrangères au Maroc de programmes promouvant l’homosexualité.