Recherche

La violence raciste redouble en France

© Copyright : DR

21 mars 2005 - 12h01 - Maroc

« Des manifestations tant d’antisémitisme que de racisme et de xénophobie d’un niveau jamais égalé. » La France, pays des droits de l’homme, est-elle gangrenée par le racisme ? Le constat que dresse la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) dans son rapport 2004, qui sera remis cet après-midi à Jean-Pierre Raffarin, est accablant : le nombre de violences et menaces racistes et antisémites a, en 2004, quasiment doublé par rapport à 2003.

Il est passé de 833 à 1 565, atteignant un niveau jamais égalé depuis 1994. Dans le détail, la plus forte hausse concerne les menaces et intimidations, qui ont triplé par rapport à 2003. Et tous les types de racisme sont concernés. Néanmoins, compte tenu de l’importance des communautés, l’antisémitisme, avec 970 actes contre 601 en 2003, est beaucoup plus virulent que le racisme, essentiellement antimaghrébin, avec 595 actes contre 232 en 2003. Petit espoir : « Il faut noter une tendance à la déflation au cours du dernier trimestre 2004, qui pourrait se poursuivre début 2005 », précisent les auteurs du rapport.

Durable

Selon qu’elles visent des juifs ou des Arabes, ces manifestations de racisme ont des caractéristiques différentes : l’antisémitisme est très présent en milieu scolaire, où il continue de progresser. Les exactions ont été multipliées par trois par rapport à 2003. L’autre fait marquant est la déconnection des manifestations d’antisémitisme de l’évolution du conflit israélo-palestinien. « Les auteurs d’exactions antisémites semblent moins réactifs à l’actualité. Mais l’inquiétude n’est pas moins grande puisqu’on en déduirait que l’antisémitisme s’installe, à haut niveau, de manière continue et durable », observe la commission. Concernant les populations arabo-maghrébines, les auteurs du rapport soulignent la persistance d’un nombre important d’actes racistes en Corse, et l’augmentation exponentielle (+251 %) des exactions prenant pour cible l’islam. « On relève une confusion entre immigrés, maghrébins, musulmans, islamistes, entre culture et religion. »

Extrême droite. Sur le profil des auteurs de ces actes, la commission souligne la réémergence de l’extrême droite. Sa part serait passée de 14 % en 2002 à 18 % en 2003 et 30 % en 2004. Cette mouvance serait à l’origine de la majorité des menaces contre les musulmans (59 %). « Les thèses de la suprématie blanche et occidentale, du "nationalisme révolutionnaire" semblent avoir été relancées par les débats de politique intérieure sur l’immigration, la nationalité, la laïcité, et à l’étranger sur l’Europe, l’adhésion de la Turquie, les attentats islamistes. » Ces extrémistes, dont des skinheads, seraient responsables des nombreuses profanations de lieux de culte et de cimetières juifs et musulmans observées en 2004. Les auteurs du rapport soulignent également le développement d’un certain « prosélytisme révisionniste » touchant « les milieux scolaires et universitaires ». Reste que les principales victimes de ces extrémistes seraient les Arabes : « Il apparaît que l’extrême droite vise moins la communauté juive que les populations arabo-musulmanes », souligne la CNCDH. Les juifs seraient, eux, largement victimes des Maghrébins. « Concernant l’antisémitisme, sur 209 interpellations, 104 personnes provenaient de "milieux arabo-musulmans". »

Pour autant, toute la France n’a pas basculé dans le racisme. Paradoxe, que souligne la commission, les Français sont de plus en plus nombreux à juger « enrichissante » la présence de personnes d’une autre nationalité, d’origine étrangère ou d’une autre religion. A condamner la xénophobie et les discriminations. Et à exprimer « un fort soutien aux mesures de lutte contre toutes les formes de racisme ». Mais ces mêmes Français n’en sont pas à une contradiction près. Tandis que 77 % des personnes sondées souhaitent « fortement que l’exercice du culte musulman soit favorisé », 22 % seulement (un chiffre en baisse de 8 points par rapport à 2003) perçoivent la religion musulmane comme positive.

Catherine COROLLER - Libération

Mots clés: France , Manifestation , Racisme

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact