Recherche

Liberté provisoire pour Laila, accusée à tort de chantage

© Copyright : DR

23 janvier 2020 - 18h00 - Société

Malgré le refus émis par le juge d’instruction lors d’une précédente audience, la Cour pénale de Casablanca a finalement accordé la liberté provisoire à la jeune Laila, poursuivie dans une affaire de chantage d’un avocat.

Au départ, la jeune femme avait demandé à son fiancé de reconnaître son enfant, issu d’une relation extraconjugale. Face au refus de ce dernier, qui est avocat de fonction, Laila a décidé de le dénoncer à travers une vidéo publiée sur les réseaux sociaux.

Suite à la découverte de photos obscènes des amants, l’épouse légitime de l’avocat, qui exerce le même métier que son conjoint, dans une tentative d’éviter le scandale, a déposé une plainte contre le couple adultérin, avant d’abandonner, finalement, les poursuites contre son mari.

La jeune femme a été interpellée et placée à la prison Oukacha à Casablanca, suite à la plainte de l’épouse qui, en renonçant à poursuivre son mari, lui a permis de bénéficier du non-lieu.

Par ailleurs, le tribunal des affaires familiales a décidé d’ajourner l’affaire de la filiation au 10 février prochain.

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact