Maroc : victime d’un mariage par la Fatiha, une femme raconte sa mésaventure

23 janvier 2020 - 13h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Leila, 24 ans, se dit victime d’un mariage par la Fatiha, après avoir été en couple avec Mohamed Tahari, avocat et membre du PJD. Elle se bat pour que l’enfant issu de ce mariage coutumier, soit reconnu par son père et enregistré à l’état civil.

Depuis 2015, Leila et Mohamed Tahari filaient le parfait amour. Ensemble, ils avaient opté pour le mariage par la fatiha, avant de passer au mariage légal. Chemin faisant, la jeune femme découvrit que son fiancé était déjà marié. C’est alors que tout se complique pour Leila. Suite à une plainte de l’épouse de Tahari, la police l’arrêtera pour adultère et chantage. Elle a dû payer une caution de 5 000 dirhams pour obtenir sa libération après 48 h de garde à vue, fait savoir Morocco World News.

Par la suite, Leila raconta à la presse qu’elle avait décidé de quitter le pays. Elle partit vivre en Turquie avec sa sœur, mais elle commença par recevoir des appels de Tahari et de sa sœur qui la suppliaient de revenir au Maroc. "Il m’a dit qu’il allait divorcer et qu’il avait des problèmes avec sa femme", a fait savoir la jeune femme.

Selon ses dires, Tahari avait promis de l’épouser légalement, une fois que son divorce serait prononcé. "Il est allé chez moi et nous nous sommes fiancés", a-t-elle poursuivi. Lors de la cérémonie de fiançailles, le couple a également fait un mariage par la "fatiha" (non reconnu par la législation marocaine). Dès lors, Tahari était aux petits soins pour Leila. Elle mettra au monde une fille, aujourd’hui âgée de huit mois. Ce n’est qu’après cela qu’elle s’était rendue compte que Mohamed Tahari n’avait aucunement l’intention de se marier légalement avec elle, ni de reconnaître leur enfant. Elle fera appel à la justice.

"J’ai intenté une action en justice en octobre 2019, mais le tribunal m’a dit que je n’avais pas suffisamment de preuves contre lui, car je n’ai soumis que des photos de la fête de fiançailles", a-t-elle raconté. Le tribunal a demandé à Leila d’amener douze témoins pour corroborer son histoire à cause de l’absence de preuves ; ce qu’elle n’a pas été en mesure de faire jusque-là. Son seul souhait, dira-t-elle, c’est que sa fille soit enregistrée à l’état civil.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Femme marocaine - Parti de la Justice et du Développement (PJD) - Mariage

Aller plus loin

Maroc : une journaliste arrêtée pour "relations sexuelles hors mariage"

La journaliste au quotidien Akhbar Al Yaoum, Hajar Raïssouni, a été placée en garde à vue par les éléments de la Police judiciaire, le samedi 31 août dernier, pour une sombre...

Liberté provisoire pour Laila, accusée à tort de chantage

Malgré le refus émis par le juge d’instruction lors d’une précédente audience, la Cour pénale de Casablanca a finalement accordé la liberté provisoire à la jeune Laila,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Les adouls marocains vont préparer les jeunes mariés à la vie sexuelle

L’Ordre National des Adouls au Maroc, l’Association marocaine de planification familiale (AMPF) et le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) s’unissent pour préparer les jeunes marocains au mariage. Une convention dans ce cadre, a été...

Maroc : plus de mariages, moins de divorces

Le Haut-commissariat au plan (HCP) vient de livrer les dernières tendances sur l’évolution démographique, le mariage, le divorce et le taux de procréation par rapport à 2020, année de la survenue de la crise sanitaire du Covid-19.

Le Maroc confronté à la réalité des violences sexuelles

Les femmes marocaines continuent de subir en silence des violences sexuelles. Le sujet est presque tabou au Maroc, mais la parole se libère de plus en plus.

Hiba Abouk et Achraf Hakimi amoureux comme au premier jour

Hiba Abouk et Achraf Hakimi sont toujours ensemble et leur relation est comme au premier jour. La femme de l’international marocain a démenti encore les rumeurs évoquant une crise dans son couple.

Jamaa Mouatassim démissionne du PJD, crise au sein de la formation islamiste

Le secrétaire général du Parti de la Justice et du développement (PJD), Jamaa Mouatassim, a démissionné vendredi du bureau du parti, après les rumeurs affirmant qu’il serait le conseiller politique d’Aziz Akhannouch, le chef du gouvernement.

Rapport inquiétant sur les violences faites aux femmes marocaines

Au Maroc, les femmes continuent de subir toutes sortes de violence dont les cas enregistrés ne cessent d’augmenter au point d’inquiéter.

Le mariage des enfants légalisé au Maroc ? une photo sème le doute

La publication d’une image montrant des fillettes prétendues marocaines en robe de mariage tenues par la main par des hommes âgés est devenue virale sur les réseaux sociaux. Certains affirment que cela s’est produit au Maroc. Qu’en est-il vraiment ?

Le Maroc cherche à mettre fin au mariage des mineures

En réponse à une question orale à la Chambre des Conseillers, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi a renouvelé ce lundi 28 novembre, son engagement à mettre un terme au mariage des mineures.

L’humoriste Taliss s’excuse après avoir insulté la femme marocaine

L’humoriste Taliss de son vrai nom Abdelali Lamhar s’est excusé pour la blague misogyne qu’il a faite lors d’une cérémonie organisée en hommage aux Lions de l’Atlas qui ont atteint le dernier carré de la coupe du monde Qatar 2022. Il assure n’avoir pas...

Saad Lamjarred et Ghita El Allaki organiseront un mariage au Maroc

Le chanteur marocain Saad Lamjarred vient de confirmer dans un live sur Instagram l’organisation prochaine au Maroc, d’une vraie fête de mariage avec Ghita El Allaki.