Maroc : une journaliste arrêtée pour "relations sexuelles hors mariage"

4 septembre 2019 - 16h20 - Maroc - Ecrit par : K.B

La journaliste au quotidien Akhbar Al Yaoum, Hajar Raïssouni, a été placée en garde à vue par les éléments de la Police judiciaire, le samedi 31 août dernier, pour une sombre affaire de corruption, d’avortement clandestin et de relations sexuelles hors mariage.

La victime, qui devait être présentée au Procureur général, en compagnie de son époux, un professeur d’université d’origine soudanaise, le lundi 2 septembre, a été déférée devant la justice le même jour.

Énumérant les chefs d’inculpation, le juge d’instruction a chargé la journaliste, son mari selon un mariage coutumier non encore officialisé, ainsi qu’un médecin gynécologue de corruption et d’avortement clandestin. Selon Alyaoum24, les mis en cause ont rejeté ces accusations en bloc.

Le médecin, 70 ans, dénonce cette grosse erreur de justice, en déclarant : "En 40 ans de médecine, je n’ai jamais commis d’infraction, et aujourd’hui je me retrouve à cet âge accusé à tort d’un acte que je n’ai pas commis".

La journaliste a confirmé les déclarations du médecin, en soutenant qu’elle avait été victime d’une hémorragie sévère nécessitant une intervention urgente. Elle a déploré les circonstances de son arrestation, précisant : "J’ai été ceinturée par six individus en tenue civile, dans le quartier d’Agdal".

Malgré la contre-expertise médicale effectuée par un gynécologue de la maternité Souissi, à Rabat, la justice a tout de même décidé de maintenir les poursuites judiciaires à son encontre, ainsi que les autres personnes poursuivies. Nièce d’Ahmed Raïssouni, idéologue du Mouvement unicité et Réforme (MUR), matrice du PJD, certains y voient déjà une manière pour les autorités pour pointer du doigt les figures islamistes marocaines et les contradictions de leur discours.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Corruption - Avortement - Akhbar Al Yaoum - Bavure policière - Hajar Raissouni

Aller plus loin

Des ennuis judiciaires pour le journaliste Soulaiman Raïssouni

Le journaliste Soulaiman Raïssouni, directeur de la rédaction du quotidien Akhbar Alyoum a été interpellé devant son domicile à Casablanca, puis placé en garde à vue, vendredi...

Maroc : le syndicat de la presse fustige l’arrestation de Hajar Raissouni

Suite aux nombreuses rumeurs que suscite l’arrestation de Hajar Raissouni, journaliste d’Akhbar Al Yaoum, le Syndicat national de la Fresse marocaine (SNPM) est sorti de son...

Maroc : victime d’un mariage par la Fatiha, une femme raconte sa mésaventure

Leila, 24 ans, se dit victime d’un mariage par la Fatiha, après avoir été en couple avec Mohamed Tahari, avocat et membre du PJD. Elle se bat pour que l’enfant issu de ce...

Ces articles devraient vous intéresser :

Deux fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone en prison

Accusés de détournement de fonds, deux anciens fonctionnaires du consulat du Maroc à Barcelone ont été placés en détention, mercredi, par le procureur général du Roi près du tribunal des crimes financiers de Rabat.

Soupçons de corruption par le Maroc au Parlement européen

Le scandale de corruption qui secoue le Parlement européen continue de livrer ses secrets. Le Maroc est, lui, aussi soupçonné d’avoir sollicité des eurodéputés pour qu’ils interviennent en sa faveur notamment sur la question du Sahara.

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Parlement européen : le Maroc aurait offert des séjours à la Mamounia

La députée socialiste Marie Arena et l’ex-eurodéputé italien Antonio Panzeri, visés dans le scandale au parlement européen, auraient bénéficié en 2015 d’un séjour de luxe à l’hôtel La Mamounia de Marrakech, tous frais payés par les autorités marocaines.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Hafid Derradji accuse la CAF de corruption à cause du Maroc

Le commentateur sportif algérien de beIN Sports, Hafid Derradji, affirme que la Confédération africaine de football (CAF) a attribué l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2025 au Maroc et n’hésite pas à accuser l’organisation de...

Corruption au Maroc : arrestation d’un ex-ministre, un avertissement pour les responsables ?

Après l’arrestation jeudi de Mohamed Moubdii, député du Mouvement populaire (MP) et ancien ministre, pour des crimes financiers présumés, des voix s’élèvent pour appeler le gouvernement marocain à renforcer sa lutte contre la corruption et...

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Corruption au Maroc : les chiffres qui révèlent l’étendue des dégâts

Une étude de l’Instance Nationale de la Probité, de la Prévention et de la Lutte contre la Corruption (INPPLC) dresse un état des lieux préoccupant de la corruption au Maroc.