France : liberté provisoire pour la Marocaine soupçonnée d’avoir tué ses deux filles

25 novembre 2021 - 17h00 - Ecrit par : A.P

Une Marocaine en détention provisoire à Gradignan depuis plus de quatre ans, a été libérée mercredi. Naïma B. est soupçonnée d’homicide sur ses deux petites filles handicapées, portées disparues en décembre 2016 à Nérac en Lot-et-Garonne. L’affaire est renvoyée devant l’instruction.

Après quatre ans et trois mois de détention provisoire, Naïma B., la mère d’Inès et de Nawal, deux fillettes polyhandicapées portées disparues depuis décembre 2016, recouvre la liberté, mais reste toutefois sous contrôle judiciaire. Elle avait été arrêtée et mise en examen en septembre 2017 pour « homicides volontaires aggravés », rappelle France 3.

La police n’a jamais retrouvé les corps des fillettes. Quant à Naïma B., elle a toujours clamé son innocence. Ses avocats se réjouissent de sa remise en liberté. « Nous avions fait appel de l’ordonnance de la mise en accusation, car nous estimons qu’il n’y a pas assez d’indices laissant supposer que les fillettes soient décédées », a déclaré Me Sophie Grolleau qui assure sa défense avec Me Patrick Lamarque.

À lire : Liberté provisoire pour Laila, accusée à tort de chantage

Les deux filles âgées de 11 et 13 ans lors de leur disparition, souffraient de plusieurs handicaps. Elles ne pouvaient ni manger, ni se déplacer par leurs propres moyens. Leur mère, Naïma B., était seule à s’occuper d’elles, après que leur père les a abandonnées à la naissance du deuxième enfant. Nawal et Inès étaient placées dans un institut spécialisé et médicalisé avant leur disparition. Elles n’y sont plus jamais revenues, jusqu’à l’annonce de leur disparition en 2017.

Au début de l’enquête, Naïma B. avait déclaré avoir envoyé ses filles au Maroc. Puis, elle a changé de version, jurant les avoir confiées à un couple rencontré en Espagne, sans donner plus de précisions. « Depuis le début, ma cliente répète qu’elle ne les a pas tuées. Elle n’a pas confiance dans les institutions médicales, car ses filles y ont connu trop de difficultés », assure Me Grolleau. Naïma B. persiste et signe que ses filles sont en sécurité, mais sans indiquer de lieux, craignant que la garde de celles-ci ne lui soit retirée. Pour le moment, elle reste en liberté, le temps que le juge d’instruction de la cour d’appel d’Agen qui a ordonné un supplément d’instruction, trouve de nouveaux éléments susceptibles d’élucider l’affaire.

Tags : France - Droits et Justice - Enfant - Homicide - Disparition

Aller plus loin

France : des fouilles pour retrouver deux Marocaines disparues en 2016

La police est toujours à la recherche des deux fillettes polyhandicapées, disparues depuis fin 2016 de Nérac (Lot-et-Garonne). De nouvelles fouilles ont été entreprises au début...

Liberté provisoire pour Laila, accusée à tort de chantage

Malgré le refus émis par le juge d’instruction lors d’une précédente audience, la Cour pénale de Casablanca a finalement accordé la liberté provisoire à la jeune Laila, poursuivie...

Après 13 ans de prison, Hassan Iasir, meurtrier d’une policière, est libre

Le tribunal d’application des peines de Bruxelles a accordé la liberté complète à Hassan Iasir, l’un des trois hommes condamnés en 2011 pour home-jacking avec circonstance aggravante...

Maroc : le frère d’un ex-ministre remis en liberté provisoire, 2 semaines après sa condamnation

Ismail Belkhayat, le frère d’un ex-ministre et homme d’affaires, a quitté la prison d’Oukacha à Casablanca, dans l’après-midi du lundi 11 mai. L’homme avait été condamné à une peine...

Nous vous recommandons

Easyjet : les raisons de la suspension provisoire des vols vers la France

Easyjet a annoncé la suspension de ses vols entre la France et le Maroc du 25 au 30 novembre 2021. Voici les raisons.

Marrakech : saisie de plusieurs tonnes de dattes impropres à la consommation

Des tonnes de dattes impropres à la consommation ont été saisies cette semaine à Marrakech. Informé, l’Office National de Sécurité Sanitaire des produits Alimentaires (ONSSA) a procédé à leur destruction et une enquête a été ouverte afin d’identifier les...

Sahara : la réponse sèche d’Omar Hilale à l’Algérie

Le Maroc a réagi officiellement aux propos du nouveau ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, relatives au Sahara marocain, durant le débat général de la réunion ministérielle du Mouvement des Non-Alignés...

Aziz Akhannouch contraint de se retirer du monde des affaires

Après sa nomination au poste de chef de gouvernement, Aziz Akhannouch renonce à toutes ses responsabilités au sein des différentes entreprises privées affiliées à la holding familiale, afin d’éviter tout conflit...

Mineurs marocains : amende de 200 000 euros contre Eric Zemmour confirmée

Le Conseil d’État a confirmé la sanction prise en mars 2021 par le CSA, aujourd’hui Arcom, après des dérapages verbaux d’Eric Zemmour dans l’émission « Face à l’info », sur les mineurs isolés marocains.

Deux joueurs marocains contrôlés pour dopage

Deux joueurs marocains ont subi des tests antidopages, quelques minutes après la victoire du Maroc contre la Guinée Conakry, mardi 12 octobre dernier. Le résultat est sans appel.

Des célébrités marocaines sous le feu des critiques

Depuis quelques jours, les célébrités marocaines essuient des critiques de la part de leurs fans. Et pour cause, une application créée et utilisée à des fins purement pécuniaires.

Les artistes marocains devront montrer patte blanche avant d’aller en Algérie

L’Algérie a, à travers un décret signé par le Premier ministre Aïmene Benabderrahmane, durci l’entrée des artistes étrangers, notamment Marocains, sur son territoire.

Algérie : une base aérienne militaire près de la frontière marocaine

L’Algérie a décidé de construire une base aérienne militaire près de la frontière marocaine. Dans ce sens, elle développerait une partie de l’aéroport de Tindouf.

Une actrice mexicaine raconte son arrestation par la police marocaine

L’actrice mexicaine Mariana Echeverria a révélé sur son compte Instagram qu’elle et son mari ont été arrêtés par la police puis libérés lors de leur séjour au Maroc.