France : liberté provisoire pour la Marocaine soupçonnée d’avoir tué ses deux filles

25 novembre 2021 - 17h00 - France - Ecrit par : A.P

Une Marocaine en détention provisoire à Gradignan depuis plus de quatre ans, a été libérée mercredi. Naïma B. est soupçonnée d’homicide sur ses deux petites filles handicapées, portées disparues en décembre 2016 à Nérac en Lot-et-Garonne. L’affaire est renvoyée devant l’instruction.

Après quatre ans et trois mois de détention provisoire, Naïma B., la mère d’Inès et de Nawal, deux fillettes polyhandicapées portées disparues depuis décembre 2016, recouvre la liberté, mais reste toutefois sous contrôle judiciaire. Elle avait été arrêtée et mise en examen en septembre 2017 pour « homicides volontaires aggravés », rappelle France 3.

La police n’a jamais retrouvé les corps des fillettes. Quant à Naïma B., elle a toujours clamé son innocence. Ses avocats se réjouissent de sa remise en liberté. « Nous avions fait appel de l’ordonnance de la mise en accusation, car nous estimons qu’il n’y a pas assez d’indices laissant supposer que les fillettes soient décédées », a déclaré Me Sophie Grolleau qui assure sa défense avec Me Patrick Lamarque.

À lire : Liberté provisoire pour Laila, accusée à tort de chantage

Les deux filles âgées de 11 et 13 ans lors de leur disparition, souffraient de plusieurs handicaps. Elles ne pouvaient ni manger, ni se déplacer par leurs propres moyens. Leur mère, Naïma B., était seule à s’occuper d’elles, après que leur père les a abandonnées à la naissance du deuxième enfant. Nawal et Inès étaient placées dans un institut spécialisé et médicalisé avant leur disparition. Elles n’y sont plus jamais revenues, jusqu’à l’annonce de leur disparition en 2017.

Au début de l’enquête, Naïma B. avait déclaré avoir envoyé ses filles au Maroc. Puis, elle a changé de version, jurant les avoir confiées à un couple rencontré en Espagne, sans donner plus de précisions. « Depuis le début, ma cliente répète qu’elle ne les a pas tuées. Elle n’a pas confiance dans les institutions médicales, car ses filles y ont connu trop de difficultés », assure Me Grolleau. Naïma B. persiste et signe que ses filles sont en sécurité, mais sans indiquer de lieux, craignant que la garde de celles-ci ne lui soit retirée. Pour le moment, elle reste en liberté, le temps que le juge d’instruction de la cour d’appel d’Agen qui a ordonné un supplément d’instruction, trouve de nouveaux éléments susceptibles d’élucider l’affaire.

Sujets associés : France - Droits et Justice - Enfant - Homicide - Disparition

Aller plus loin

Liberté provisoire pour Laila, accusée à tort de chantage

Malgré le refus émis par le juge d’instruction lors d’une précédente audience, la Cour pénale de Casablanca a finalement accordé la liberté provisoire à la jeune Laila,...

Casablanca : le chauffard "fast and furious" en liberté provisoire

Déféré devant le parquet le 13 janvier, pour avoir conduit à vive allure sur l’autoroute casablancaise, Anas H., le jeune homme qui avait violé le code de la sécurité routière,...

Le drame d’Ikram : Entre croyance en l’exorcisme et mort de ses deux filles

Une Marocaine a été condamnée par le tribunal de Saragosse à 18 ans de prison pour le meurtre de l’une de ses filles mineures. La culpabilité d’Ikram Benhadi n’a pas pu être...

Inès et Nawal, disparues sans trace : leur mère devant les assises

La mère d’Inès et Nawal, deux sœurs portées disparues à Nérac depuis décembre 2016, va comparaître devant les assises du Lot-et-Garonne. Accusée de les avoir tuées, Naïma B. nie...

Ces articles devraient vous intéresser :

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.

Prison : le Maroc explore les « jour-amendes »

L’introduction du système de jour-amende dans le cadre des peines alternatives pourrait devenir une réalité au Maroc. Une loi devrait être bientôt votée dans ce sens.

Des ennuis judiciaires pour deux anciens ministres (15 milliards de DH en jeu)

L’Association marocaine de la protection des deniers publics vient de déposer une plainte devant la justice contre deux anciens ministres de la Jeunesse et des sports et d’autres responsables pour avoir dilapidé environ 15 milliards de dirhams.

Maroc : une sortie en voiture vire au drame

Une sortie en famille qui finit en tragédie. Deux sœurs de 19 et 10 ans sont mortes noyées samedi dans le barrage de Smir près de la ville de M’diq, après que l’aînée, qui venait d’avoir son permis de conduire, a demandé à ses parents à faire un tour...

Maroc : les ravages du mariage sur reconnaissance de dette

Une forme de mariage peu médiatisée est en train de prendre de l’ampleur dans certaines régions du Maroc, selon une émission diffusée sur la chaîne Al Aoula. Il s’agit du mariage sur reconnaissance des dettes.

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.

Le club des avocats offre un service gratuit d’orientation juridique pour les MRE

Le club des avocats au Maroc apporte son aide à la communauté marocaine résidant à l’étranger en mettant à sa disposition des lignes téléphoniques qui leur permettront de bénéficier gratuitement d’une orientation juridique et des conseils.

Hiba Abouk, séparée d’Achraf Hakimi, trouve du réconfort auprès de ses enfants

Affectée par sa séparation avec Achraf Hakimi et la polémique liée à leur divorce, Hiba Abouk continue de garder le moral haut et le sourire grâce à ses enfants Amin (3 ans) et Naïm (1 an).

Trafic de billets de match : le député Mohamed El Hidaoui interrogé par la police

Soupçonné d’être impliqué dans une affaire de vente illégale de billets au Mondial 2022, le député RNI, Mohamed El Hidaoui, a été entendu, vendredi, par la justice.

Une école musulmane fermée à Villeurbanne

La préfecture de Villeurbanne a procédé à la fermeture d’une école musulmane, accueillant d’ordinaire une centaine d’enfants en primaire. Les parents se voient contraints d’inscrire leurs enfants dans d’autres établissements.