Inès et Nawal, disparues sans trace : leur mère devant les assises

20 juillet 2023 - 18h20 - France - Ecrit par : P. A

La mère d’Inès et Nawal, deux sœurs portées disparues à Nérac depuis décembre 2016, va comparaître devant les assises du Lot-et-Garonne. Accusée de les avoir tuées, Naïma B. nie les faits. Les corps des enfants n’ont jamais été retrouvés.

La chambre de l’instruction a confirmé mercredi le renvoi de Naïma B., 55 ans, devant la cour d’assises du Lot-et-Garonne. Accusée d’homicides volontaires aggravés, la femme d’origine marocaine tentera de convaincre les jurés qu’elle n’a pas tué ses deux filles, Inès et Nawal, âgées de 13 et 11 ans au moment de leur disparition. « Cela aurait été impensable qu’elle ne soit pas renvoyée devant une cour d’assises. Ce n’est pas parce qu’on n’a pas retrouvé de corps qu’il n’y a pas eu de meurtre », a confié à France 3, Me Sylvia Brusseau, avocate du père des deux fillettes.

Les corps d’Inès et Nawal n’ont jamais été retrouvées depuis leur disparition en décembre 2016. Les deux sœurs souffraient de plusieurs handicaps et suivaient un traitement dans un institut spécialisé médicalisé du département du Lot-et-Garonne. Elles n’y sont jamais revenues après être rentrées à Nérac pour les congés de fin d’année en décembre 2016. Mais ce n’est qu’au printemps 2017 que le département signale leur disparition. Interpol est informée de l’affaire en mars de la même année et une information judiciaire a été ouverte en juillet.

À lire : France : liberté provisoire pour la Marocaine soupçonnée d’avoir tué ses deux filles

La mère de deux filles est la principale suspecte. Elle s’occupait seule des deux enfants lourdement handicapés (elles ne pouvaient ni parler, ni manger, ni se déplacer) et nécessitant une prise en charge permanente. Leur père avait quitté la maison après la naissance de Nawal. Dans le cadre de l’enquête, la Marocaine et ses proches ont été placés sur écoute et un traceur GPS a été posé sur sa voiture. Mais aucun indice permettant de la relier à la disparition, ou de localiser les enfants, n’a pu être relevé.

Mise en examen en septembre 2017 pour délaissement de mineurs, puis pour homicide aggravé, Naïma B. a été placée en détention. Lors de son audition, la mère a donné plusieurs versions. Elle a déclaré avoir confié les enfants à sa famille au Maroc, ou les avoir laissées à des inconnus sur une aire d’autoroute à Tarifa en Espagne. Après quatre ans de détention, elle a été libérée en novembre 2021, mais reste sous contrôle judiciaire. La mère assure désormais que ses filles sont en sécurité, mais refuse de donner leur localisation. Elle encourt la réclusion à perpétuité.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Droits et Justice - Enquête - Femme marocaine - Enfant - Disparition - MRE

Aller plus loin

France : une Marocaine accusée d’homicide sur ses deux filles reste en prison

La demande de remise en liberté de la Marocaine résidant en France, Naïma B., 53 ans, mise en examen pour homicide sur ses deux filles de 11 et 13 ans, disparues depuis décembre...

France : liberté provisoire pour la Marocaine soupçonnée d’avoir tué ses deux filles

Une Marocaine en détention provisoire à Gradignan depuis plus de quatre ans, a été libérée mercredi. Naïma B. est soupçonnée d’homicide sur ses deux petites filles handicapées,...

Maroc : étrange disparition de cinq élèves à Zagora (vidéo)

Cinq élèves sont portés disparus depuis jeudi dans la région de Zagora. Les autorités locales s’activent pour les retrouver.

France : des fouilles pour retrouver deux Marocaines disparues en 2016

La police est toujours à la recherche des deux fillettes polyhandicapées, disparues depuis fin 2016 de Nérac (Lot-et-Garonne). De nouvelles fouilles ont été entreprises au début...

Ces articles devraient vous intéresser :

Football : la stratégie de la FRMF pour attirer les binationaux

La sélection marocaine de football est composée de plusieurs joueurs binationaux qui ont opté pour le Maroc au détriment de la Belgique, de l’Espagne, des Pays-Bas, de l’Italie et bien d’autres. Derrière ces choix parfois difficiles, se trouve un...

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

Importation de devises par les Marocains résidant à l’étranger : Ce qu’il faut savoir

Pour les Marocains résidant à l’étranger (MRE), l’importation de devises au Maroc nécessite certaines formalités essentielles qu’il faut absolument connaître. Que vous rentriez avec des devises sous forme de billets de banque ou d’instruments...

Le Maroc mise sur ses compétences à l’étranger

Le Maroc veut impliquer davantage ses compétences à l’étranger à son processus de développement. Dans ce sens, un mécanisme est en cours d’élaboration pour accompagner les talents marocains à l’étranger, conformément aux orientations royales.

Le dilemme des MRE : vendre leurs biens ou se soumettre à l’échange fiscal

Des Marocains résidant à l’étranger (MRE) appellent à la suspension de l’accord multilatéral sur les échanges de renseignement automatiques des comptes financiers.

Maroc : crise du célibat féminin

Au Maroc, le nombre de femmes célibataires ne cesse d’accroître, avec pour conséquence la chute du taux de natalité. Quelles en sont les causes ?

Retour définitif des MRE au Maroc : ce que dit la douane

Selon les dernières régulations édictées par la douane marocaine, les Marocains résidant à l’étranger qui prévoient de rentrer définitivement au Maroc doivent se conformer à certaines règles concernant l’importation de biens.

Maroc : une sortie en voiture vire au drame

Une sortie en famille qui finit en tragédie. Deux sœurs de 19 et 10 ans sont mortes noyées samedi dans le barrage de Smir près de la ville de M’diq, après que l’aînée, qui venait d’avoir son permis de conduire, a demandé à ses parents à faire un tour...

Les MRE confrontés à un durcissement des conditions d’envoi de fonds depuis l’Europe

Face au durcissement des autorités européennes sur les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE), le wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri appelle à une action diplomatique d’envergure.

Immobilier au Maroc : les MRE en première ligne

L’apport considérable des Marocains résidant à l’étranger (MRE) devrait contribuer à booster le marché de l’immobilier au Maroc au troisième trimestre 2023.