Le Maroc à un pas de la légalisation du cannabis

5 décembre 2020 - 17h30 - Maroc - Ecrit par : S.A

Le Maroc est le seul pays de la région MENA à avoir voté pour le retrait du cannabis de la liste des drogues dures lors de sa 63ᵉ session de la Commission des stupéfiants des Nations-Unies (CND) tenue mercredi 2 décembre à Vienne.

L’Algérie, l’Égypte, l’Irak, la Libye et la Turquie ont voté contre le retrait du cannabis de la liste des drogues dures. Outre le Maroc, le Chili a également choisi la même option. Selon les Nations Unies, ce pays considère qu’il existe une relation directe entre la consommation de cannabis et l’augmentation des risques de souffrir de dépression, de déficit cognitif, d’anxiété, de symptômes psychotiques, entre autres  ».

C’est par 27 voix pour, 25 contre et une abstention que les 53 États membres de la CND ont adopté le reclassement du cannabis hors de la catégorie des drogues les plus dangereuses. Avec ce vote, un pas de plus a été franchi pour la légalisation du cannabis à des fins médicales, voire récréatives.

Plus de 50 pays ont jusque-là adopté des programmes relatifs au cannabis médicinal. Les pays comme le Canada, l’Uruguay et 15 États américains ont légalisé son usage récréatif. Le Mexique et le Luxembourg, eux, s’apprêtent à le faire.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Drogues - Vienne - Cannabis

Aller plus loin

Au Maroc, les appels à la légalisation du cannabis se multiplient

Les militants et acteurs associatifs appellent sans cesse à la légalisation de la culture du cannabis dans le Nord du Maroc. Leur appel sera-t-il enfin entendu ?

Le cannabis serait efficace contre le coronavirus

La recherche des médicaments pour venir à bout du covid-19 se poursuit. Dans une étude, qui a fait l’objet de pré-publication, des scientifiques canadiens ont identifié 13...

Légalisation du cannabis : le Maroc suivra-t-il l’exemple du Liban ?

Après le Canada, le Liban a également légalisé, ce jeudi 24 avril 2020, le cannabis à des fins médicales. Pourtant, le Maroc, premier producteur mondial, hésite encore à donner...

Le Maroc fait un pas vers la légalisation du cannabis

Sous la présidence de Saâdeddine El Othmani, un projet « portant usage légal du cannabis » va être examiné, jeudi 25 février, en conseil du gouvernement. Un pas de plus vers la...

Ces articles devraient vous intéresser :

« L’Escobar du désert » fait tomber Saïd Naciri et Abdenbi Bioui

Plusieurs personnalités connues au Maroc ont été présentées aujourd’hui devant le procureur dans le cadre de liens avec un gros trafiquant de drogue. Parmi ces individus, un président de club de football.

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

Le Maroc face à la menace de la « Poufa », la cocaïne des démunis

Le Maroc renforce sa lutte contre la « Poufa », une nouvelle drogue bon marché, connue sous le nom de cocaïne des pauvres », qui a non seulement des répercussions sociales, notamment la séparation des familles et une augmentation des suicides et des...

Boufa, la drogue qui terrifie le Maroc

Le Maroc mène des actions de lutte contre les drogues dont la « Boufa », une nouvelle drogue, « considérée comme l’une des plus dangereuses », qui « envahit certaines zones des villes marocaines, en particulier les quartiers marginaux et défavorisés. »