Maroc : l’incompréhensible décision du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire

29 février 2020 - 17h30 - Maroc - Ecrit par : S.A

Alors que le président du tribunal de première instance de Kénitra a plaidé pour le maintien d’Abderrazak Jbari à son poste de juge anticorruption, le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) en a décidé autrement. Ce juge avait refusé de se faire corrompre par un trafiquant de drogue.

Le juge anticorruption, Abderrazak Jbari, est redevenu juge de la Chambre correctionnelle du tribunal de première instance de Kénitra. Et ce, suite à la décision du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) qui a entériné celle de le démettre de ses fonctions. La demande de renouvellement, formulée par le président du tribunal de première instance, n’aura pas reçu l’assentiment du CSPJ, fait remarquer Akhbar Al Yaoum.

Cette décision mérite réflexion, dans la mesure où elle a été prise à la suite de deux faits majeurs. Le premier concerne le refus du désormais ancien juge anticorruption d’accepter la somme de dix millions de dirhams contre l’abandon des poursuites dans le cadre d’une affaire de trafic international de drogue. Outre son refus, Abderrazak Jbari avait ordonné la détention du criminel et ajouté le chef d’accusation "corruption" aux charges retenues contre lui.

Le second est relatif à une plainte anonyme contre le juge Jbari, adressée au président du parquet général, Mohamed Abdennabaoui. Selon la plainte, l’intégrité de celui qui avait entre-temps condamné des notables qui tentaient de le corrompre à des peines d’emprisonnement ferme, est remise en cause. En sa qualité de secrétaire général du club des magistrats, Abderrazak Jbari a envoyé une déclaration de son patrimoine à son président, Abdellatif Chentouf. À ce jour, l’audition du juge n’a pas eu lieu.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Drogues - Corruption - Kenitra

Aller plus loin

Maroc : un baron de la drogue offre 10 millions de dirhams à un juge

Un trafiquant international de drogue a proposé au juge d’instruction près le tribunal de première instance de Kénitra de choisir un montant entre 1 et 10 millions de dirhams,...

Maroc : des magistrats sanctionnés

Le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) a émis des mesures disciplinaires à l’encontre de 15 magistrats déférés devant le conseil. Il s’agit d’une décision prise après...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : des biens et des comptes bancaires de parlementaires saisis

Au Maroc, les parquets des tribunaux de première instance ont commencé à transmettre aux nouvelles chambres chargées des crimes de blanchiment d’argent les dossiers des présidents de commune et des parlementaires condamnés pour dilapidation et...

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Le club des avocats offre un service gratuit d’orientation juridique pour les MRE

Le club des avocats au Maroc apporte son aide à la communauté marocaine résidant à l’étranger en mettant à sa disposition des lignes téléphoniques qui leur permettront de bénéficier gratuitement d’une orientation juridique et des conseils.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

Les cafés et restaurants menacés de poursuites judiciaires

Face au refus de nombreux propriétaires de cafés et restaurants de payer les droits d’auteur pour l’exploitation d’œuvres littéraires et artistiques, l’association professionnelle entend saisir la justice.

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

« L’Escobar du désert » fait tomber Saïd Naciri et Abdenbi Bioui

Plusieurs personnalités connues au Maroc ont été présentées aujourd’hui devant le procureur dans le cadre de liens avec un gros trafiquant de drogue. Parmi ces individus, un président de club de football.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.

Corruption : Rachid M’barki reconnaît les faits

Après avoir juré, sous serment, en mars dernier devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences étrangères, n’avoir jamais perçu de rémunération occulte en contrepartie de la diffusion d’informations erronées ou très orientées pour...