Recherche

Maroc : les kessalates se rebiffent

© Copyright : DR

15 janvier 2021 - 12h00 - Société - Par: I.L

L’injustice a assez duré pour les salariées des hammams de Berrechid qui sont au chômage depuis plusieurs mois et sans indemnité financière. Elles ont organisé un sit-in à la préfecture de Berrechid pour réclamer l’ouverture de leur lieu de travail et pour dénoncer les spas qui ont repris leur activité.

Les masseuses sont en colère contre les autorités locales, rapporte Al Akhbar. Non seulement, elles n’ont bénéficié d’aucune indemnité du Fonds de solidarité, mais elles assistent impuissantes à la reprise de leurs activités par des spas (bains de luxe et de remise en forme), autrefois des salons de beauté. Dans leurs revendications, elles soutiennent que ces spas ne respectent pas les mesures de sécurité édictées pour contrer le coronavirus malgré l’affluence constatée dans ces établissements.

Au chômage depuis plusieurs mois, certaines femmes sont contraintes à la mendicité pour nourrir leur famille. Face à cette situation de précarité, elles plaident pour la réouverture de leurs établissements tout en promettant respecter les règles en vigueur. Aussi ont-elles menacé durcir leur mouvement de protestation en l’absence de solutions concrètes.

Alertées, les autorités locales ont constitué une commission qui a organisé une tournée dans la ville et a procédé à la fermeture de ces spas qui ont suppléé les salons de beauté après la fermeture des bains maures.

Conscients de la précarité dans laquelle vivent ces dames, des internautes ont appelé les autorités locales à rouvrir les bains traditionnels tout comme dans des villes avoisinantes comme Settat, Bir Jdid, Khouribga et Ben Ahmed.

Mots clés: Grève , Berrechid , Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Bladi.net

Bladi.net - 2021 - Coronavirus Maroc - A Propos - Contact