Maroc : elle frôle la mort, après un avortement clandestin chez un ami

1er février 2021 - 18h30 - Maroc - Ecrit par : K.B

Faute de pouvoir avorter, une jeune femme, victime d’une grossesse non désirée, a accepté de subir une césarienne au domicile d’une de ses connaissances, à Biougra. Une imprudence qui aurait pu lui être fatale.

Une jeune femme tombe enceinte suite à une relation extraconjugale, et cherche désespérément à interrompre sa grossesse. Elle en fait part à un ami, qui accepte de pratiquer l’avortement chez lui, moyennant une grosse somme d’argent.

Selon le site Agadir24, l’état de santé de la jeune maman célibataire s’est vite détérioré, suite à de graves complications. Transférée d’urgence à l’hôpital de Biougra, la victime a été finalement prise en charge au centre hospitalier d’Agadir, où son pronostic vital ne serait plus engagé.

Plus tard, elle révélera aux enquêteurs l’identité du principal mis en cause, dont on ignore la fonction exacte, poursuit la même source. Celui-ci a été interpellé, mercredi dernier et placé en garde à vue en attendant la fin de l’enquête judiciaire.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Biougra - Avortement

Aller plus loin

Fès : 7 individus, dont un gynécologue risquent la prison pour pratique d’avortement

Sept personnes font l’objet d’une enquête ouverte mardi, par la brigade régionale de la police judiciaire de Fès. Elles seraient impliquées dan une affaire de pratique...

Salé : un avortement tourne au drame dans une clinique privée

Deux personnes ont été présentées devant le parquet général près de la cour d’appel de Rabat pour répondre du décès d’une jeune femme ayant succombé à un avortement. Il s’agit...

Meknès : arrestation d’un médecin,cerveau d’un réseau d’avortement clandestin

Les services de la police de Meknès ont démantelé un réseau actif dans le trafic de médicaments de contrebande et d’avortement clandestin. À la tête de cette bande criminelle,...

Marrakech : procès en appel des accusés d’avortements clandestins

Deux médecins et 13 autres accusés dont des infirmières, ont été condamnés avec sursis par le tribunal de première instance de Marrakech dans l’affaire du réseau d’avortement...

Ces articles devraient vous intéresser :