Marrakech : procès en appel des accusés d’avortements clandestins

8 avril 2021 - 23h20 - Maroc - Ecrit par : A.P

Deux médecins et 13 autres accusés dont des infirmières, ont été condamnés avec sursis par le tribunal de première instance de Marrakech dans l’affaire du réseau d’avortement clandestin dont le procès a été ouvert en appel depuis mardi dernier.

Deux médecins dont un gynécologue, 5 infirmières et 8 autres accusés, ont été condamnés en première instance dans cette affaire, indique le quotidien Al Ahdath Al Maghribia qui rappelle que les deux médecins âgés de 77 et 67 ans, ont été condamnés à 6 mois de prison avec sursis et à verser une amende de 500 dirhams pour pratique de l’avortement illégal et vente de médicaments prohibés destinés à l’interruption de grossesse. Un autre accusé a été condamné à 6 mois de prison avec sursis pour détournement de mineur, attentat à la pudeur et adultère. Quant aux cinq infirmières et à deux employées, elles ont écopé de deux mois de prison avec sursis assortis d’une amende de 500 dirhams pour complicité dans la pratique des interruptions clandestines de grossesse.

Le 26 juin 2020, les mis en cause avaient été arrêtés dans une clinique du quartier Gueliz, et déférés en état d’arrestation par le parquet général devant la Chambre correctionnelle du tribunal de première instance. Des médicaments servant à l’avortement ainsi que des fichiers de certaines patientes avaient été découverts sur les lieux et saisis par la police.

Le verdict de la Cour d’appel dans cette affaire dite du « plus grand réseau d’avortement à Marrakech » est vivement attendu par les populations qui sont impatientes de savoir si les juges confirmeront la sentence prononcée en première instance.

Sujets associés : Marrakech - Droits et Justice - Procès - Avortement

Aller plus loin

Au Maroc, il est temps de se pencher sur « l’interruption volontaire de grossesse »

Le gouvernement a finalement réagi à l’affaire Meryem, la fille de 14 ans, violée et décédée lors d’un avortement clandestin. Lors du point de presse hebdomadaire, le...

Avortement : la décision des États-Unis va-t-elle impacter au Maroc ?

La Cour suprême des États-Unis a révoqué le 24 juin, l’arrêt « Roe v Wade », qui, depuis près d’un demi-siècle, garantissait le droit à l’avortement pour les Américaines. Cette...

Fès : 7 individus, dont un gynécologue risquent la prison pour pratique d’avortement

Sept personnes font l’objet d’une enquête ouverte mardi, par la brigade régionale de la police judiciaire de Fès. Elles seraient impliquées dan une affaire de pratique...

Marrakech : arrestations pour adultère et avortement

11 individus dont un médecin, quatre infirmières, six clients et une mineure de 17 ans ont été interpellés, mardi à Marrakech. Il leur est reproché leur implication présumée...

Ces articles devraient vous intéresser :

La justice confirme l’amende de 2,5 milliards de dirhams contre Maroc Telecom

Le recours de Maroc Telecomcontre la liquidation de l’astreinte imposée par l’agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT), a été rejeté par la cour d’appel de Rabat.

Le droit des femmes à l’héritage, une question encore taboue au Maroc

Le droit à l’égalité dans l’héritage reste une équation à résoudre dans le cadre de la réforme du Code de la famille au Maroc. Les modernistes et les conservateurs s’opposent sur la reconnaissance de ce droit aux femmes.

Maroc : vers l’égalité des sexes dans les contrats de mariage

Le ministre marocain de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a réaffirmé son engagement en faveur de l’égalité entre les sexes lors de la conclusion de contrats de mariage et autres actes juridiques.

Maroc : un ministre veut des toilettes pour femmes dans les tribunaux

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, s’est indigné face à l’absence de toilettes pour les femmes dans les tribunaux, ce qui selon lui constitue un « véritable problème » pour les détenues.

Enfants hors mariage : « la fête d’une nuit est à payer pendant 21 ans »

Comme pour les couples mariés, les enfants nés hors mariage au Maroc seront pris en charge par les parents. Une disposition est prévue dans le nouveau Code pénal pour reconnaitre leur droit, a annoncé le ministre de la Justice Abdellatif Ouhabi.

Maroc : le casier judiciaire électronique enfin lancé

Le ministère de la Justice a procédé mardi, au lancement de quatre nouveaux services numériques dont le casier judiciaire électronique.

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.

Le kickboxeur marocain Mohammed Jaraya arrêté par la police

Le kickboxeur néerlandais d’origine marocaine, Mohammed Jaraya, risque gros. Il vient d’être arrêté par la police et les accusations à son encontre pourraient mettre définitivement fin à une carrière pourtant prometteuse.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.