Maroc : une cagnote pour sécuriser l’avortement des femmes

31 octobre 2020 - 21h00 - Maroc - Ecrit par : G.A

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

Le Mouvement Alternatif pour les Libertés Individuelles (MALI) a mis en place un fonds qui permettra aux femmes d’éviter les avortements clandestins aux lourdes conséquences. C’est le moyen trouvé par le mouvement pour aider les femmes malgré les restrictions imposées par le Covid-19.

Pour pousser le plus de personnes à contribuer à cette cagnotte, MALI a fourni plusieurs chiffres clefs sur l’avortement à l’échelle mondiale. Selon ces statistiques présentées, 25 millions d’avortements non sécurisés sont pratiqués dans le monde, tandis qu’une femme meurt toutes les 9 minutes des suites d’un avortement à risque. De plus, 97% des avortements non-sécurisés sont pratiqués dans les pays en développement, ou encore en Afrique, le risque de décéder suite à un avortement non sécurisé est très élevé.

En ce qui concerne le Maroc, le MALI fait savoir qu’on y compte 800 avortements clandestins ou à risque par jour, selon des chiffres de l’Association marocaine de lutte contre l’avortement clandestin (AMLAC). Un chiffre record pour un pays très conservateur, connu pour sa défense pour la dépénalisation de l’avortement et le droit des femmes de disposer pleinement de leur corps. Le mouvement rappelle qu’au Maroc « l’accès aux soins et à la santé fait partie des droits auxquels des milliers de femmes sont privées, surtout celui très controversé sur la santé sexuelle et reproductive". Le MALI pense que la crise sanitaire liée au Covid-19 et les mesures de confinement ont « eu un impact dramatique sur l’accès à l’avortement, surtout dans les pays comme le Maroc où l’avortement est restreint ou interdit ».

Au Maroc, l’avortement est autorisé que lorsque la grossesse représente un risque pour la femme. Il s’agit là d’une IMG, Interruption médicale de grossesse ou avortement « thérapeutique » et non d’une Interruption Volontaire de Grossesse, sévèrement punie par la loi. Le Code pénal Marocain prévoit des sanctions allant jusqu’à 2 ans de prison pour une femme qui pratique un avortement, de 1 à 5 ans pour quiconque pratique un avortement sur autrui, de 10 à 20 ans s’il y a décès de la patiente et jusqu’à 30 ans s’il y a récidive.

Selon Ibtissame Lachgar, militante des droits humains et féministe marocaine qui avait co-fondé le mouvement, MALI se bat pour les droits sexuels et reproductifs depuis sa création. Mais en ce qui concerne la dépénalisation de l’avortement et la lutte pour l’avortement sécurisé, elle est récente et cela a démarré en 2012 avec Women on Waves. Elle signale que des pilules abortives ont été distribuées à de nombreuses femmes mais puisque la pilule n’est plus vendue, cette action devient de plus en plus difficile.

Sujets associés : Fonds - Avortement - Code pénal marocain - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Suivez Bladi.net sur Google News

Aller plus loin

Salé : un avortement tourne au drame dans une clinique privée

Deux personnes ont été présentées devant le parquet général près de la cour d’appel de Rabat pour répondre du décès d’une jeune femme ayant succombé à un avortement. Il s’agit de la...

Maroc : vers une libéralisation partielle de l’avortement

Le Maroc, à travers la commission de la justice et de la législation, fait un grand pas vers la reconnaissance, dans certains cas, de l’avortement. Ainsi, le projet de loi...

Le débat sur l’avortement relancé au Maroc

Une nouvelle proposition de loi sur l’avortement a été soumise il y a quelques jours au Parlement par le groupe du PPS. Elle entend non seulement réformer la loi sur l’avortement,...

Maroc : El Othmani dit non à l’avortement

Face aux caciques de son parti, Saâd Eddine El Othmani, Président du Parti de la Justice et du développement (PJD), a réagi à la recommandation du Conseil national des Droits de...

Nous vous recommandons

Fonds

Le Maroc pourrait produire des vaccins anti-Covid pour toute l’Afrique

Au cas où le Maroc serait prêt à accueillir une unité de production de vaccins qui sera consacrée à l’Afrique, il peut compter sur la contribution financière de Bruxelles. C’est ce qu’a indiqué ce jeudi, l’un des porte-parole de la Commission...

Coronavirus : le roi Mohammed VI ordonne au gouvernement de dégager 10 milliards de dh

Le roi Mohammed VI a instruit le conseil du gouvernement à l’effet de créer un fonds spécial dédié à la gestion de la pandémie du Coronavirus.

La BAD lance un fonds de 10 milliards de dollars pour l’Afrique

La Banque africaine de développement (BAD) vient en aide aux pays africains dans la lutte contre le coronavirus. Elle a créé un fonds doté de 10 milliards de dollars, soit 9,2 milliards d’euros.

Catastrophes naturelles : voici la liste des personnes éligibles à l’indemnité

Les récentes intempéries qu’a connues le Maroc ont mobilisé plusieurs instances de l’État, dont le Fonds de solidarité contre les événements catastrophiques. Des précisions ont été communiquées par ce fonds concernant la procédure d’indemnisation et les...

L’ONEE secouée par un détournement de 500 000 dirhams

La Direction régionale de l’Office national de l’Eau et de l’Électricité (ONEE) à Oualidia a été secouée par une affaire de fraude et de détournement de fonds. Un employé de l’agence est soupçonné d’avoir détourné 500 000 dirhams, destinés au paiement des...

Avortement

Maroc : le PJD au cœur d’un scandale sexuel

À Kénitra, une jeune fille accuse un responsable PJDiste d’avoir entretenu des relations sexuelles avec elle hors mariage et de l’avoir abandonné après qu’elle est tombée enceinte. Face au refus du jeune homme de reconnaître la grossesse, la femme enceinte...

Maroc : elle frôle la mort, après un avortement clandestin chez un ami

Faute de pouvoir avorter, une jeune femme, victime d’une grossesse non désirée, a accepté de subir une césarienne au domicile d’une de ses connaissances, à Biougra. Une imprudence qui aurait pu lui être...

Le débat sur l’avortement relancé au Maroc

Le décès au Maroc d’une mineure de 14 ans, début septembre, des suites d’un avortement clandestin, a relancé le débat sur la dépénalisation de cette pratique qui prend de l’ampleur dans le royaume.

Le débat sur l’avortement relancé au Maroc

Une nouvelle proposition de loi sur l’avortement a été soumise il y a quelques jours au Parlement par le groupe du PPS. Elle entend non seulement réformer la loi sur l’avortement, mais également renforcer les droits à la santé et à l’intégrité physique des...

Le procès de Soulaimane Raissouni à nouveau reporté

Le procès relatif à « l’agression sexuelle » impliquant le journaliste Soulaimane Raissouni s’est ouvert mardi. Pour la troisième fois, la Cour d’appel de Casablanca l’a renvoyé à l’audience du 15 avril, a confié à l’AFP Me Mohamed Sadqo l’avocat de la...

Code pénal marocain

Maroc : doit-on appliquer la peine de mort aux pédophiles et violeurs ?

Le viol et le meurtre du jeune Adnane à Tanger a poussé de nombreux Marocains à exiger que la justice applique la peine de mort à la personne qui serait reconnue coupable de ce crime atroce. Bien que choquée par la nature du crime, la présidente du...

Ramadan : les Marocains divisés sur les dé-jeûneurs

Le débat sur l’article 222 du Code pénal marocain resurgit après l’arrestation de plusieurs jeunes qui rompaient le jeûne du ramadan mercredi dernier dans un café à Casablanca.

Maroc : les nouveautés du Code de procédure pénale

Le projet de Code de procédure pénale en élaboration depuis des mois, sera enfin disponible cette semaine, pour sa présentation au conseil du gouvernement. Quelques modifications ont été exposées aux...

Peine de mort : le CNDH appelle le Maroc à voter en faveur du moratoire universel

Le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) continue ses actions pour l’abolition de la peine de mort. C’est dans cette optique qu’il a suggéré au Maroc de voter en faveur de la résolution relative au moratoire universel sur l’application de la peine...

Une première au Maroc : un couple poursuivi pour adultère, acquitté

Le tribunal de première instance de Zagora a rendu un jugement qui donne de la matière au grand débat sur la liberté des relations sexuelles hors mariage et les libertés individuelles en général. Il a acquitté un couple vivant en concubinage alors qu’il...

Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Affaire Hamza mon bb : Ibitissam Batma maintenu en détention à cause du coronavirus

La suspension des audiences dans les tribunaux depuis le lundi 16 mars en raison de la crise du coronavirus, complique les choses pour Ibitissam Batma, qui voit sa détention prolongée, jusqu’à ce que la situation sanitaire s’améliore. Il y a quelques...

Coronavirus : 7 767 morts depuis mars dernier au Maroc

Quelque 24 patients ont succombé au coronavirus en 24h, a indiqué le ministère de la Santé, ce qui porte le nombre de morts dus au coronavirus dans le royaume à 7 767 depuis le début de l’épidémie en mars...

Scénario noir pour l’économie marocaine

Le Conseil marocain de la conjoncture (CMC) s’est penché sur le choc économique engendré par la pandémie du coronavirus (covid-19). Dans une analyse, le CMC a relevé que la pandémie a bouleversé l’économie mondiale et a installé un climat de terreur et de...

Marrakech, ville fantôme

Le confinement décrété pour contrer la pandémie du COVID-19 au Maroc est globalement respecté dans la ville de Marrakech. La ville ocre s’est muée en ville fantôme ou presque.

Le coronavirus touche l’équipe médicale de l’hôpital de Tanger

Les dépistages massifs opérés dans les entreprises sont à l’origine des nouvelles contaminations au coronavirus au Maroc. Des dizaines de cas positifs ont été enregistrés, dimanche et lundi dernier parmi le personnel soignant de l’hôpital de...