Maroc : une cagnote pour sécuriser l’avortement des femmes

31 octobre 2020 - 21h00 - Maroc - Ecrit par : G.A

Le Mouvement Alternatif pour les Libertés Individuelles (MALI) a mis en place un fonds qui permettra aux femmes d’éviter les avortements clandestins aux lourdes conséquences. C’est le moyen trouvé par le mouvement pour aider les femmes malgré les restrictions imposées par le Covid-19.

Pour pousser le plus de personnes à contribuer à cette cagnotte, MALI a fourni plusieurs chiffres clefs sur l’avortement à l’échelle mondiale. Selon ces statistiques présentées, 25 millions d’avortements non sécurisés sont pratiqués dans le monde, tandis qu’une femme meurt toutes les 9 minutes des suites d’un avortement à risque. De plus, 97% des avortements non-sécurisés sont pratiqués dans les pays en développement, ou encore en Afrique, le risque de décéder suite à un avortement non sécurisé est très élevé.

En ce qui concerne le Maroc, le MALI fait savoir qu’on y compte 800 avortements clandestins ou à risque par jour, selon des chiffres de l’Association marocaine de lutte contre l’avortement clandestin (AMLAC). Un chiffre record pour un pays très conservateur, connu pour sa défense pour la dépénalisation de l’avortement et le droit des femmes de disposer pleinement de leur corps. Le mouvement rappelle qu’au Maroc « l’accès aux soins et à la santé fait partie des droits auxquels des milliers de femmes sont privées, surtout celui très controversé sur la santé sexuelle et reproductive". Le MALI pense que la crise sanitaire liée au Covid-19 et les mesures de confinement ont « eu un impact dramatique sur l’accès à l’avortement, surtout dans les pays comme le Maroc où l’avortement est restreint ou interdit ».

Au Maroc, l’avortement est autorisé que lorsque la grossesse représente un risque pour la femme. Il s’agit là d’une IMG, Interruption médicale de grossesse ou avortement « thérapeutique » et non d’une Interruption Volontaire de Grossesse, sévèrement punie par la loi. Le Code pénal Marocain prévoit des sanctions allant jusqu’à 2 ans de prison pour une femme qui pratique un avortement, de 1 à 5 ans pour quiconque pratique un avortement sur autrui, de 10 à 20 ans s’il y a décès de la patiente et jusqu’à 30 ans s’il y a récidive.

Selon Ibtissame Lachgar, militante des droits humains et féministe marocaine qui avait co-fondé le mouvement, MALI se bat pour les droits sexuels et reproductifs depuis sa création. Mais en ce qui concerne la dépénalisation de l’avortement et la lutte pour l’avortement sécurisé, elle est récente et cela a démarré en 2012 avec Women on Waves. Elle signale que des pilules abortives ont été distribuées à de nombreuses femmes mais puisque la pilule n’est plus vendue, cette action devient de plus en plus difficile.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Fonds - Avortement - Code pénal marocain - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Maroc : le parlement refuse de se prononcer sur l’avortement

Le débat parlementaire sur le droit à l’avortement de nouveau repoussé. Les groupes parlementaires refusent de participer au débat sur cette question et s’en remettent aux...

Maroc : le Conseil des oulémas dit non à la légalisation de l’avortement

Le débat sur la légalisation de l’avortement au Maroc atteint aujourd’hui le Conseil supérieur des oulémas. Toujours aussi conservateurs, ils réaffirment leur adhésion aux...

Le débat sur l’avortement relancé au Maroc

Une nouvelle proposition de loi sur l’avortement a été soumise il y a quelques jours au Parlement par le groupe du PPS. Elle entend non seulement réformer la loi sur...

Fès : 7 individus, dont un gynécologue risquent la prison pour pratique d’avortement

Sept personnes font l’objet d’une enquête ouverte mardi, par la brigade régionale de la police judiciaire de Fès. Elles seraient impliquées dan une affaire de pratique...

Ces articles devraient vous intéresser :

Aziz Akhannouch confiné après avoir contracté le Covid-19

Le Chef du gouvernement,Aziz Akhannouch, a contracté le Covid-19, sous une forme asymptomatique, selon le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas.

Royal air Maroc relance une ligne vers le Portugal

La compagnie aérienne Royal Air Maroc (RAM) a annoncé la reprise de la liaison Casablanca-Porto. Cette ligne est restée suspendue depuis le début de la pandémie de Covid-19.

Maroc : plus de mariages, moins de divorces

Le Haut-commissariat au plan (HCP) vient de livrer les dernières tendances sur l’évolution démographique, le mariage, le divorce et le taux de procréation par rapport à 2020, année de la survenue de la crise sanitaire du Covid-19.

Le Maroc proroge, à nouveau, l’état d’urgence sanitaire

Le Maroc a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 30 novembre 2022, afin de faire face à la propagation du Covid-19 dans le pays.

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé jusqu’au 31 décembre

Le gouvernement vient d’annoncer, une nouvelle fois, la prorogation de l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national.

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé encore d’un mois

Réuni en séance hebdomadaire ce jeudi 29 décembre 2022, le gouvernement a décidé de prolonger jusqu’au 31 janvier 2023, l’état d’urgence sanitaire.

Atteint par le Covid-19, Noussair Mazraoui donne de ses nouvelles

L’international marocain Noussair Mazraoui a reçu le soutien de ses fans qui ont appris qu’il a attrapé le Covid-19 lors de sa participation à la coupe du monde Qatar 2022. À son tour, il leur a exprimé sa gratitude.

Covid-19 : les Marocains désertent les centres de vaccination

Au Maroc, ce n’est plus la grande affluence dans les centres de vaccination. La stabilité de la situation épidémiologique semble expliquer ce désintérêt des Marocains pour la vaccination contre le Covid-19.

Les touristes reviennent en force au Maroc

Après deux ans de restrictions sanitaires liées au Covid-19, les hôtels enregistrent une très forte demande pour les vacances de fin d’année. Les réservations explosent et les professionnels espèrent atteindre les chiffres d’avant-Covid.

Le prince Moulay Rachid a contracté le Covid-19

Ayant contracté le Covid-19, le prince Moulay Rachid n’a pas pu accompagner le roi Mohammed VI, vendredi 14 octobre 2022, à l’occasion de l’ouverture de la première session de la deuxième année législative de la onzième législature.