Le débat sur l’avortement relancé au Maroc

11 juin 2022 - 09h00 - Maroc - Ecrit par : G.A

Une nouvelle proposition de loi sur l’avortement a été soumise il y a quelques jours au Parlement par le groupe du PPS. Elle entend non seulement réformer la loi sur l’avortement, mais également renforcer les droits à la santé et à l’intégrité physique des femmes.

Le PPS marche sur les traces du rapport sur l’interruption volontaire de grossesse transmis au roi Mohammed VI en 2015 par la Commission royale, composée du Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH) et du Conseil supérieur des Oulémas, annonce Touria Skalli, membre du bureau politique de la formation de gauche. Dans ses conclusions, la commission avait noté que l’avortement n’est dûment légal que dans trois cas seulement. « Lorsque la grossesse constitue un danger pour la vie et la santé de la mère », en cas de « graves malformations et de maladies incurables que le fœtus pourrait contracter » et enfin lorsque « la grossesse résulte d’un viol ou d’inceste ».

À lire : Avortement médicalisé : voici la proposition du CNDH

Le Conseil des Oulémas se désolidarisera plus tard de ce rapport et rendra un avis en défaveur de tout amendement des dispositions du Code pénal relatives à l’avortement, soulignant que ces dispositions « ne connaîtront aucune modification sauf ce qu’exige l’intérêt et permet l’Ijtihad ». Cette initiative fut rangée au placard même si la question continue de préoccuper les associations de défense des droits des femmes et des droits humains. Aujourd’hui, ce sont les députés du parti du Progrès et du Socialisme (PPS) qui ont décidé de remettre le sujet sur la table.

À lire : Maroc : le Conseil des oulémas dit non à la légalisation de l’avortement

La nouvelle proposition de loi milite pour la « protection de la femme enceinte, et à travers elle, la famille, tout en la mettant au centre du cadre législatif régissant la santé ». Le texte propose que l’interruption volontaire de la grossesse soit autorisée lorsque la vie de la mère serait en danger, dans le cas d’une grossesse à risque, lorsque la grossesse survient après un inceste, ou lorsque la grossesse est portée par une mineure.

À lire : Maroc : une cagnote pour sécuriser l’avortement des femmes

« Ce sont les 4 catégories où on appelle à ce que la loi autorise et encadre un avortement sécurisé, médicalisé, public et transparent pour tous et encadré par la loi », explique Touria Skalli, parlementaire, membre du bureau politique du PPS et membre du groupe ayant élaboré la proposition de loi.

À lire : Maroc : 600 à 800 avortements clandestins par jour

« Le fait que cette proposition soit à nouveau acceptée par le parlement et qu’elle sera présentée devant une commission, c’est ce qui importe le plus pour nous. Qu’elle soit discutée, débattue, critiquée, amendée… l’important c’est que le débat soit posé et qu’ensuite une loi soit adoptée. Une loi qui soit juste le fruit d’un accord consensuel sur la question », ajoute-t-elle.

Sujets associés : Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) - Avortement - Parlement marocain

Aller plus loin

Maroc : vers une libéralisation partielle de l’avortement

Le Maroc, à travers la commission de la justice et de la législation, fait un grand pas vers la reconnaissance, dans certains cas, de l’avortement. Ainsi, le projet de loi...

Meknès : arrestation d’un médecin,cerveau d’un réseau d’avortement clandestin

Les services de la police de Meknès ont démantelé un réseau actif dans le trafic de médicaments de contrebande et d’avortement clandestin. À la tête de cette bande criminelle,...

Maroc : le parlement refuse de se prononcer sur l’avortement

Le débat parlementaire sur le droit à l’avortement de nouveau repoussé. Les groupes parlementaires refusent de participer au débat sur cette question et s’en remettent aux...

Salé : un avortement tourne au drame dans une clinique privée

Deux personnes ont été présentées devant le parquet général près de la cour d’appel de Rabat pour répondre du décès d’une jeune femme ayant succombé à un avortement. Il s’agit...

Ces articles devraient vous intéresser :

Corruption au Maroc : des élus et entrepreneurs devant la justice

Au Maroc, plusieurs députés et élus locaux sont poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption et d’abus de pouvoir.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Maroc : pas de congé menstruel pour les femmes fonctionnaires

La proposition de loi visant à instaurer un congé menstruel, d’une durée ne dépassant pas deux jours par mois, en faveur des femmes fonctionnaires n’a pas reçu l’assentiment du gouvernement.

Maroc : la liste des députés poursuivis pour corruption s’allonge

Trois députés marocains viennent d’être déférés devant la justice pour corruption. Déjà une vingtaine de parlementaires sont poursuivis en justice pour des faits de corruption et dilapidation des deniers publics.

Pourquoi le PJD s’oppose-t-il à l’encradrement des dons ?

Le Parti de la justice et du développement (PJD) n’adhère pas au projet de loi relatif aux appels à la générosité publique et a choisi de s’abstenir lors de son adoption en commission à la première Chambre.

Le racket des gardiens de voitures au Maroc dénoncé

Le groupe parlementaire du Parti du progrès et du socialisme (PPS) exprime son inquiétude face à ce qu’il qualifie de “harcèlement” et “racket” dont sont victimes les automobilistes par les auto-proclamés gardiens de voitures.

Port d’armes : le Maroc durcit son arsenal juridique

Le gouvernement fait du contrôle des armes à feu une priorité. Dans ce sens, il a adopté un projet de loi pour répondre aux défis actuels et aux mutations sociales et technologiques. Ce projet est déjà sur la table du Parlement.

Augmentation de la pension rentraite des Marocains

Les travailleurs du secteur privé pourraient se retrouver avec 100 DH de plus sur leurs pensions de retraite. Le gouvernement étudie sérieusement sa faisabilité actuellement.

27 000 Marocains ont quitté le Maroc en 2022 pour travailler à l’étranger

Quelque 27 000 Marocains ont quitté le pays en 2022, selon le ministre de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences, Younes Sekkouri. Ce sont des départs réguliers via des canaux officiels.

16 deputés marocains perdent leurs sièges

La Cour constitutionnelle vient d’annuler l’élection de 16 membres de la Chambre des représentants, suite aux recours relatifs au scrutin du 8 septembre 2021.